Pour gagner le pari du meilleur avenir : Des cadres maliens réfléchissent sur les problèmes multiformes du Mali

5
Afin d’amener les cadres maliens à réfléchir sur les problèmes multiformes qui secouent le Mali, la première rencontre de la conférence des cadres pour le Mali s’est tenue, le samedi 4 novembre, dans la salle de conférence du Mémorial Modibo Keïta. La cérémonie d’ouverture était présidée par le président de la commission d’organisation, Baba Moulaye Haïdara, en présence de l’ancien ministre Mamadou Namory Traoré et plusieurs cadres maliens soucieux de l’avenir du Mali. Selon le président de la commission d’organisation, nul n’ignore que le Mali traverse une période critique de son histoire. En effet, les Maliens observent malheureusement des crises multiformes non seulement dans le fonctionnement des Institutions, mais aussi à plusieurs égards une forte dégradation du niveau de vie des populations. « Face aux multiples fléaux est née l’idée d’organiser un cadre de réflexion sur les causes profondes de ces fléaux afin de proposer des pistes de solutions alternatives », a-t-il ajouté. À le croire, la conférence des Cadres pour le Mali est donc un espace approprié, ouvert à toutes les personnes de bonne volonté pour accueillir des contributions salvatrices pour le Mali. Et de poursuivre que c’est un forum libre où les citoyens, quels que soient leur statut, peuvent proposer des solutions idoines pour gagner le pari du meilleur devenir du pays. Pour M. HaÏdara, cette conférence vise, entre autres, à définir ensemble les voies et moyens pour trouver une stratégie nationale de sortie de crise, à élaborer des projets d’amélioration des institutions de la République et d’amendement ou de révision de la constitution, à dégager un programme de développement à moyen et long termes pour faire du Mali un pays uni, de paix, de solidarité et de progrès, tourné définitivement vers la voie de l’émergence avec ses atouts réels. « La conférence n’a pas pour objet de critiquer ou de porter des jugements sur des personnes, des partis politiques ou d’associations, de tenir des écarts de langage au cours des discussions. Aussi, les insultes, les rumeurs ou les informations mal fondées sont bannies ainsi que les accusations pour faire porter la responsabilité de la situation actuelle à des responsables politiques du passé ou actuel seront évitées, l’histoire en jugera. Les débats seront orientés vers des propositions concrètes et appropriées, pragmatiques et réalistes. Il sera écarté tout débat qui peut choquer ou toucher la sensibilité d’un groupe de personnes », a-t-il précisé. Par ailleurs, il a déclaré que cette rencontre est un espace permanent de réflexion et de partage d’idées-forces, de propositions concrètes et de progrès susceptibles de permettre à l’effervescence de l’intelligentsia nationale, aux cadres compétents et motivés du pays de participer pleinement à l’érection d’une nation apaisée et réconciliée avec en toile de fond la recherche d’un leadership de qualité à tous les niveaux. Pour finir, l’orateur a laissé entendre que de telles actions permettent de freiner la propagation des virus de la médiocrité, de l’improvisation, de l’opportunisme et de l’amateurisme dans la conduite des affaires tant publiques que privées. Elles permettent également la mise en place de structures adéquates, souples et qui puissent fonctionner sans problèmes majeurs, en vue de la mise en œuvre efficace et efficiente des programmes. « Nous attendons de ses échanges une synergie d’actions ouvertes et constructives découlant de l’ambiance créée à savoir le besoin de la rencontre de l’autre, d’émulation d’un esprit d’équipe soudée et qui gagne », a-t-il conclu. Boubacar PAÏTAO Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here