Flash – Colère des compresses : Une marche projetée sur Koulouba

2
Les travailleurs compressés ne décolèrent plus contre l’Etat. Et pour manifester cette lancinante colère, ils envisagent d’organiser une marche sur le palais présidentiel de Koulouba, le 16 novembre prochain. Cette manifestation qui se prépare déjà à la Bourse du travail a pour objectif d’exiger le payement des droits et autres indemnités des travailleurs compressés. Et l’occasion pour l’association des travailleurs compressés du Mali (ATCM) de préparer une grande mobilisation de ses adhérents. SECURITE : Un curieux accord entre le gouvernement et la Minusma Le gouvernement et la MINUSMA ont signé le jeudi dernier un accord de coopération et de soutien aux forces armées maliennes. Il s'agit pour la mission onusienne d'apporter aux forces maliennes un soutien logistique, et un appui en matière de partage d'information, de renseignement, et de neutralisation d’explosifs. La Minusma souhaite accompagner les Famas dans le domaine du transport, de la planification et des activités de formation. Cet accord exclut cependant tout soutien tactique direct aux forces maliennes pour les opérations offensives, anti-terroristes ou de lutte contre la criminalité transnationale. Un bien curieux accord pour une Mission de stabilisation au Mali. MINUSMA : Les missiles de Mahamat Salah Le chef de la mission de l’ONU au Mali, Mahamat Salah Amadif, était face aux parlementaires le jeudi dernier pour la traditionnelle séance de questions – réponses organisée chaque année pour que les Nations Unies expliquent leurs actions. Sous une pluie de critiques, le représentant spécial de l'ONU n'a pas tardé à renvoyer dos à dos le gouvernement, les parlementaires et les groupes armés. « Sur la question de la dégradation de la sécurité dans le centre, dit-il, nous avons alerté tout le monde il y a un an. On nous a rétorqué : il n'y a pas de problème. » Attaqué sur les actions de l'ONU dans cette partie du pays et sur le support qui sera apporté aux futures élections prévues en décembre, Mahamat Saleh Annadif contre-attaque : « Dans le Centre, nous savons que les routes ne sont pas sécurisées, il n’y a pas d’administration, pas de préfet, pas de sous-préfet. Est-ce que la Minusma va partir faire préfet ou sous-préfet dans ces régions ? Non, assure-t-il. Nous sommes prêts à accompagner le gouvernement et nous sommes vraiment en train de faire tout notre possible pour que les élections aient lieu, mais soyons réalistes. Nous avons quand même deux acteurs qui sont là, armés, qui sont dans une partie du territoire et qui disent ne pas vouloir des accords et des élections. » Sur la question des autorités intérimaires, Mahamat Saleh Annadif est encore plus piquant. « A quoi ont-elles servi ? » questionne-t-il. Celles de Kidal ont été installées le 6 novembre 2017. Celles de Tombouctou n'ont jamais commencé à travailler. Pour le chef de l'ONU, la responsabilité incombe à la fois aux mouvements armés et au gouvernement. A ce rythme et avec ces genres de discours, on est sûr que la Minusma est partie pour une présence de 100 ans au Mali… G5 SAHEL : Fin de la première opération La toute première opération conduite par la Force antiterroriste G5 Sahel a pris fin le samedi 11 novembre. Dénommée Hawbi, « Vache noire » en langue songhoy, elle s’est déroulée dans la zone des trois frontières entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Cette vaste opération de contrôle de zone a réuni 350 soldats du Burkina, 200 soldats nigériens, 200 militaires maliens et 180 militaires de la force Barkhane. Toutes les troupes sont coordonnées depuis le poste de commandement de Niamey au Niger. A ce stade, aucun terroriste n’a été arrêté. TERRORISME : Des attaques revendiquées… Le groupe de soutien à l’islam et aux musulmans a revendiqué dans un communique une série d’attaques au Nord du Mali. Notamment celle contre le convoi du premier ministre et l’embuscade visant les camions de la mission de l’ONU au Mali (MINUSMA) sous escorte des militaires maliens, dans laquelle le groupe dit avoir perdu un combattant, mais ne mentionne pas l’attaque à l’engin explosif qui a tué cinq civils passagers d’un bus près d’Ansongo. LABEZEANGA : Un poste de sécurité attaqué Dans la soirée du 10 au 11 novembre 2017, le check point FAMa à la sortie d’Ansongo vers Labezanga, a été attaqué par des terroristes aux environs de 20 heures. La force française (Barkhane) est intervenue avec des frappes aériennes. Suite à l’attaque, les FAMa ont entamé la fouille du secteur. Elles ont découvert le corps d’un assaillant. YOUWAROU : Le domicile du maire adjoint de Dongo attaqué Des hommes armés non identifiés se sont introduits, le jeudi dernier au domicile du maire adjoint de la localité de Dongo (cercle de Youwarou). Selon des sources locales, les assaillants, après avoir constaté l'absence de l’élu, se sont enfuis avec la moto d'un agent de GIZ. Selon ces mêmes sources, les autorités locales sont en train de prendre les dispositions nécessaires pour sécuriser la zone. ALMOUSTRAT : La rougeole refait son apparition Un cas suspect de rougeole a été signalé dans le village d'Agregaw, dans le cercle d'Amoustarat. Selon des sources locales, une mission du Centre de Santé de Référence de Bourem s'est rendue sur les lieux pour effectuer des prélèvements sanguins sur la personne suspecte. KOULIKORO : 3 listes pour les élections de décembre Trois listes de candidatures ont été enregistrées pour les élections du 17 décembre dans le cercle de Koulikoro. Sur les 165 candidats retenus, 56 sont des femmes, soit plus de 33%. Ces informations ont été communiquées le vendredi dernier par le gouvernorat de la région. CULTURE : M’Boulle Koite lauréat du prix découverte RFI 2017 Le jury du prix RFI découverte RFI 2017, réuni à Paris le jeudi 9 novembre dernier et préside par le chanteur franco-Congolais Singuila a désigné M’Boulle Koité, lauréat de cette édition, il a été choisi parmi les 10 finalistes de l’Edition 2017 pour la qualité de sa musique et son originalité. Auteur, chanteur et compositeur né en juin 1990 à Bamako au Mali, M’Bouillé Koité est issu d’une famille de griots-musiciens, son père est un joueur de guitare et son oncle Habib Koité (lauréat du Prix Découvertes RFI en 1993) est une personnalité emblématique de la musique malienne connue mondialement. Grâce au soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), de la Sacem et de l’UNESCO, il remporte 10 000 € et l’organisation d’un concert à Paris. Il bénéficie également d’une tournée en Afrique organisée par l’Institut français. DECES : L’ancien ministre Harouna Kanté n’est plus Le ministre Harouna Kanté est décédé le samedi 11 novembre 2017 à l’âge de 63 ans à Paris en France. Le rapatriement de la dépouille et les obsèques feront l’objet d’une publication ultérieure sur notre page. Docteur Ingénieur spécialisé en constructions civiles, il était diplômé de l'École nationale supérieure des Mines de Paris. Harouna Kanté était également détenteur d’un DEA de l’Ecole nationale des ponts et chaussées (université de Paris VI) et d’un Certificat d’aptitude professionnelle à l’enseignement technique de l’Ecole normale supérieure de Cachan. Il était aussi spécialiste de la formation des adultes de l’Organisation internationale des institutions supérieures de contrôle en finances publiques (INTOSAI). Il a enseigné à l'École nationale d'ingénieurs de Bamako de 1995 à 2011. Il a assumé les fonctions de contrôleur au Contrôle général des services publics du Mali de 1992 à 2004 et a servi au Bureau du Vérificateur Général de mars 2005 à janvier 2012. Le 25 avril 2012, il est nommé ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dans le premier gouvernement de Cheick Modibo Diarra dont il était le beau-frère. Il est reconduit dans le deuxième gouvernement de Cheick Modibo Diarra le 20 août 2012. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here