Problématique de l’emploi au Mali : La stratégie de la FNDEM

2
Pour informer l’opinion nationale et internationale de son existence et de sa stratégie de lutte contre le chômage des jeunes, la Fédération nationale des demandeurs d’emploi du Mali (FNDEM) a organisé jeudi une conférence de presse à la Maison des jeunes. La FNDEM a dévoilé sa stratégie pour résoudre la problématique d’emploi au Mali. La conférence était animée par son président, Abdoulaye Cissé. Créée le 2 octobre 2017, la Fédération nationale des demandeurs d’emploi est un groupement qui s’attache à promouvoir l’employabilité, la formation, l’épanouissement socioéconomique et culturel des jeunes. Elle se donne comme mission, a précisé son président, de resserrer les liens entre ses membres et d’autres fédérations dans le but de redynamiser les structures fédéralistes et associatives traditionnelles pour leur intégration à l’économie nationale, initier et soutenir les micros projets générateurs de revenus en faveur de la jeunesse, assurer la formation et le suivi de ses membres dans le cadre de l’apprentissage de divers métiers. Il a aussi rappelé que la Fédération s’engage dans la dynamique de sensibilisation des jeunes afin de les orienter vers auto-emploi, “car l’Etat n’a pas le moyen de donner du travail à tout le monde”. Pour le secrétaire général de la Fédération, Cheick Oumar Doumbia, la problématique de l’employabilité des jeunes est due à une question de démographie. “Pour parler d’emploi, il faut prendre en compte l’aspect démographique de la chose. Aujourd’hui, au niveau du PIB du Mali, il y a un gap de 22 % qui équivaut à plus 1400 milliards de F CFA. Ce déficit prend son départ au niveau du surplus économique du Malien”, a-t-il précisé. Il y a une nécessité d’investir plus dans la jeunesse, mais aussi cette nécessité que la jeunesse s’investisse dans la nation. La Fédération est là pour permettre à la jeunesse d’exécuter ses devoirs, mais aussi, assister avec de nouvelles idées dans le secteur de l’emploi pour permettre au Mali de recouvrir les 22 % manquant de notre PIB. Le système fondamental-lycée-université n’est plus adéquat. Il est inadmissible qu’on puisse faire 12 ans d’études et n’avoir aucune compétence précise. Ce qui est une erreur en 2017. Parlant de la situation qui prévaut à l’INPS entre les stagiaires licenciés et la direction, la Fédération des demandeurs d’emploi du Mali pense que l’INPS a fait beaucoup d’effort en recrutant 800 personnes, un exemple qui doit être suivi par les autres structures. Pour atteindre ses objectifs la Fédération nationale des demandeurs d’emploi du Mali se dit prête à travailler avec toutes les bonnes volontés soucieuses de la problématique d’emploi des jeunes. Youssouf Coulibaly Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here