Championnat de D2 du District : Cette année sera-T-elle la bonne pour Yeleen olympique?

5
Les Rouges ont dominé la phase initiale du championnat de la tête et des épaules. Tous les signaux sont au vert et l’équipe semble bien partie pour être sacrée cette année Le président Mohamed Sissoko garde les pieds sur terre, mais a du mal à cacher son optimisme dans la perspective du Carré d’as qui se profile à l’horizon. Cette année, son équipe, Yeleen olympique a réalisé l’un des meilleurs parcours de son histoire en championnat de D2 du District et tous les signaux sont actuellement au vert pour le keeper-capitaine Kalilou Traoré et ses coéquipiers. Après avoir survolé les débats lors de la phase de poules du championnat (Yeleen olympique s’est qualifié pour le Carré d’as à quatre journées de la fin de la compétition), les protégés du coach Ibrahim N’Diaye se préparent pour le sprint final, c’est-à-dire, la course vers le titre de champion du District, qualificatif pour le tournoi de montée en D1. Du côté de l’Hippodrome, tout le monde, joueurs, dirigeants et supporters, rêve de voir l’équipe vaincre le signe indien cette année et accéder à l’élite la saison prochaine. «Nous n’avons jamais été si bien placés pour remporter le titre de champion du District. Cette année, l’équipe a réalisé sa meilleure saison et mérite le titre suprême», souligne le président du club, Mohamed Sissoko. «Je respecte tous les adversaires et je sais, aussi, que la route qui mène à la D1 est longue et parsemée d’embûches, mais très sincèrement, je suis optimiste pour la suite des événements», ajoutera le premier responsable de Yeleen olympique. Celui qui préside aux destinés des Rouges depuis plus d’une décennie (2007) est conscient que le plus dur pour ses protégés est à venir, mais, insiste-t-il, «l’équipe est suffisamment armée pour aller au bout de son rêve». «Les enfants sont motivés, ils ont envie de réaliser quelque chose ensemble. Nous avons tiré les enseignements de l’échec de l’année dernière et on fera tout pour ne pas répéter les mêmes erreurs. Les enfants ont prouvé qu’ils peuvent rivaliser avec les meilleurs, nous comptons beaucoup sur eux», renchérira Mohamed Sissoko. Meilleur buteur de la première phase du championnat, avec 11 réalisations, le canonnier Diadié Samadiaré assure, pour sa part, que l’équipe est prête et n’a qu’un seul objectif : le titre de champion du District. Le groupe, soulignera le jeune attaquant, est devenu mature et regorge de joueurs de talent. «Nous avons amélioré le niveau de notre football, la direction du club, notamment le président Mohamed Sissoko fait tout pour mettre l’équipe dans les meilleures conditions de travail. Je pense que nous sommes bien armés pour aller au bout cette année», dira Diadié Samadiaré, alors que le keeper-capitaine Kalilou Traoré met l’accent sur la mobilisation autour de l’équipe. «Tout le monde est mobilisé, surtout au niveau de la direction du club. A l’image du président Mohamed Sissoko, nous avons des dirigeants qui ne lésinent pas sur les moyens pour mettre l’équipe dans de bonnes conditions de travail», témoignera le dernier rempart des Jaunes et noirs. DEUX CENTRES AVEC INTERNATS-Yeleen olympique a été porté sur les fonts baptismaux en 2004. L’une des particularités du club, c’est qu’il dispose de deux centres de formation qui sont basés à Bamako et à Koulikoro. Une cinquantaine d’enfants fréquentent les deux centres où ils font leur formation, avant d’accéder à l’équipe A. Tous les mômes sont des élèves (la scolarité est même obligatoire pour accéder au centre) et le centre dispose d’un directeur pédagogique qui s’occupe uniquement du volet scolaire. «On ne transige jamais sur la question de la scolarité, le centre se donne même le droit de voir les bulletins des enfants», dira Benoît Diarra, l’un des techniciens du centre, en précisant que le club organise chaque année des tournois de détection à travers le District de Bamako. Plusieurs joueurs ont été formés à Yeleen olympique qui ont font, aujourd’hui, le bonheur des sélections nationales. Parmi ces joueurs figurent Adama Niane, Yves Bissouma, Souleymane Diarra, Moussa Djénépo, Falaye Sacko, Hadji Dramé, Mamadou Samaké, le buteur de la finale de la dernière CAN U17. La Principauté de Monaco a été partenaire du centre de Yeleen olympique qui a reçu, en février 2012, la visite du Prince Albert. «La Principauté de Monaco nous a beaucoup aidés, avoue Mohamed Sissoko. C’est grâce aux partenaires que le centre est devenu ce qu’il est aujourd’hui», conclura le patron de l’équipe de la Commune II. Souleymane B. TOUNKARA Coupes africaines des clubs : LA CAF DÉVOILE LE CALENDRIER Dans notre édition du lundi 13 novembre, une erreur nous a fait dire que les préliminaires des deux coupes africaines des clubs se disputeront en décembre. En fait, la Ligue des champions d’Afrique et la coupe CAF ne débutent pas en décembre, mais en février 2018, précisément les 9, 10, 11 février pour les manches aller. Naturellement, les licences doivent être faites avant le début des deux compétitions, c’est-à-dire, entre le 1er et le 31 décembre 2017. Ce délai peut être prolongé de deux semaines pour les retardataires (1er-15 janvier), mais ces derniers devront débourser 400 dollars (environ 200.000F cfa) pour avoir le précieux sésame. La Confédération africaine de football (CAF) a, également communiqué la date du Championnat d’Afrique des nations (CHAN) qui est prévu au Maroc. La compétition se déroulera du 12 janvier au 4 février 2018, ce qui revient à dire que les clubs en lice pour les préliminaires de la Ligue des champions et la coupe CAF pourront récupérer leurs éléments avant le début de la campagne. Le Mali sera représenté par quatre clubs (deux en Ligue des champions et deux en coupe CAF) mais pour le moment, on ne connaît pas le nom des heureux élus. Si le championnat national va à son terme, c’est le champion et son dauphin qui disputeront la Champion’s league. Mais si la compétition ne se termine pas (une hypothèse fort probable), il faudra alors changer les règles pour désigner les équipes qui participeront à la campagne africaine 2018. Déjà, il se murmure que ce sont les quatre demi-finalistes de la coupe du Mali qui seront désignés par la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) pour défendre les couleurs du pays dans les deux compétitions. S. B. T. Partager Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here