Lutte contre les menaces transfrontalières et le terrorisme : L’Approche novatrice du projet GAR-SI

7
Le premier Comité de pilotage du projet Groupes d’action rapides de surveillance et intervention au Sahel (GAR-SI) s’est tenu, vendredi, au ministère de la Sécurité et de la Protection civile. C’était sous la présidence du représentant du ministre en charge de la Sécurité, le colonel major Ismaël Deh, en présence de l’ambassadeur de l’Union européenne (UE), Alain Holleville, du directeur du Projet GAR-SI Sahel, le général Francisco Espinosa Navas, et de nombreux invités. L’ambassadeur de l’UE au Mali, co-président du Comité de pilotage du projet GAR-SI, a rappelé que les appuis existants de l’UE, à travers le Fonds européen de développement (FED), s’élèvent à 615 millions d’euros pour la période 2014-2020 (plus de 400 milliards de Fcfa). Alain Holleville n’a pas occulté les moyens nouveaux du Fonds fiduciaire d’urgence créé au Sommet de la Valette, ceux des missions EUTM et EUCAP Sahel Mali. Il a ajouté que l’UE est également très impliquée dans le Comité de suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation. Toujours, à en croire M. Holleville, l’UE, conformément à sa stratégie Sahel, adoptée en mars 2011, s’est engagée aux côtés des autorités maliennes, à soutenir les efforts menés dans le domaine de la sécurité et notamment à promouvoir, dans la région, et en particulier au Mali, une approche dite ‘’Sécurité et Développement’’. De plus, le diplomate a expliqué que GAR-SI Sahel est un projet européen régional, assis sur l’expérience espagnole qui vise à contribuer à la stabilisation de la zone considérée, moyennant le renforcement des capacités opérationnelles des autorités nationales et l’amélioration du contrôle effectif du territoire. «Ceci à travers la création d’unités robustes, flexibles, mobiles, multidisciplinaires et autosuffisantes dans les pays du G-5 Sahel et au Sénégal. Ces unités doivent être capables de faire face à tout type de menaces, y compris les menaces terroristes, la criminalité organisée et la traite des êtres humains, la lutte contre les atteintes à l’environnement et ayant la capacité de renforcer le contrôle des frontières clés», a précisé l’ambassadeur de l’UE au Mali. Dans son intervention, le représentant du département de la Sécurité et de la Protection civile a souligné que cette réunion a été organisée pour faire le point sur l’avancement du projet GAR-SI qui vise deux objectifs majeurs, à savoir : rendre plus efficace l’action préventive et réactive des Forces de sécurité nationales afin de garantir un contrôle plus efficace du territoire et des frontières du Mali, de la Mauritanie, du Burkina Faso et du Niger ; créer des conditions favorables à une meilleure coopération transfrontalière et régionale entre les pays concernés et, ainsi, contribuer à une lutte plus efficace contre les menaces transnationales, y compris celles posées par les réseaux terroristes et de criminalité organisée. «Après la phase d’élaboration, nous voilà entrés dans le concret. Nous lançons aujourd’hui une phase décisive du GAR-SI, les effectifs au niveau de la Gendarmerie sont disponibles prêts à entrer en action à tout moment», a déclaré le colonel-major Ismaël Deh. Il a, en outre, indiqué que deux escadrons du Groupement spécial d’intervention de la Gendarmerie nationale ont été dégagés pour accomplir en plein temps les missions dévolues au projet GAR-SI et un projet de décision du ministère de la Défense et des Anciens combattants portant création de l’unité GAR-SI est déjà disponible. «Au cœur de la stratégie de nos Forces armées et de sécurité, il y a la volonté d’offrir aux populations des conditions de libre circulation et de protection de leurs biens qui soient dignes d’elles et qui correspondent aux standards internationaux en la matière», a noté le colonel-major Ismaël Deh. Maïmouna SOW Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here