Chérif Ousmane Madani Haïdara lors de sa conférence bilan du mois de la solidarité “Sur les activités que j’ai réalisées durant le mois, je n’ai pas reçu un franc du gouvernement”

4
Le guide spirituel des Ançars (vice-président du Haut conseil islamique du Mali et président des prêcheurs au sein de la Limama, président du Groupement des leaders religieux spirituels musulmans du Mali, Seid Chérif Ousmane Madani Haïdara était le parrain national de la 23e édition des activités du mois de la solidarité. Au terme de ce mois, le guide spirituel était devant la presse le samedi dernier pour faire le bilan des activités réalisées, avant de se prêter aux questions des journalistes. La cérémonie s’est déroulée en présence du secrétaire général du ministère de la Solidarité et son staff, du président du Haut conseil islamique du Mali, Mahamoud Dicko, qui avait à ses côtés beaucoup d’autres leaders religieux. Dans ses propos liminaires, le Guide spirituel, après avoir rendu grâce au Bon Dieu, dira qu’il était de son devoir de revenir devant la presse pour faire la restitution des grandes activités réalisées durant le mois de la solidarité. «Nous ne pouvons que saluer les Maliens, les leaders religieux pour leur accompagnement et leur appui dans la réalisation des activités durant le mois de la solidarité». Il soulignera : «Aucun Malien n’est resté en marge du mois de la solidarité. Tous les Maliens m’ont accompagné en apportant leur contribution durant le mois de la solidarité. Je ne peux que les remercier», a-t-il dit. Les activités réalisées par Seid Chérif Ousmane Madani Haïdara, sa famille et ses disciples les Ançars étaient nombreuses et diverses. Elles se chiffrent à 125 920 895 Fcfa. En plus de cela, le parrain Haïdara a participé à 22 activités programmées par le gouvernement à travers le ministère de la Solidarité et de l’Action humanitaire. Les activités menées par la Communauté musulmane (Amupi, Limama, Glrsm, Hcim, Unafem) en guise de contribution et d’accompagnement pour Haïdara s’élèvent à 9 426 250 Fcfa. En plus de ces contributions, l’Union des jeunes musulmans du Mali (Ujmma), en partenariat avec les jeunes chrétiens (protestants et catholiques) a fait des donations de produits achetés à l’Union malienne des aveugles (Umav) aux écoles et medersas. Il y a d’autres contributions des partenaires. Il s’agit des consultations gratuites, des soins et des interventions chirurgicales par le groupe de médecins spécialistes de l’école de santé du Kala de Niono au centre de santé Cherifla ; une journée de consultation et de soins gratuits organisée par la Polyclinique de la République d’Iran ; un don de couvertures et moustiquaires aux malades avec gratuité de quelques jours d’hospitalisation par l’hôpital de Kati en collaboration avec les Ançars de Kati ; des consultations et des soins gratuits par le Centre de santé Cherifla ; les couvertures médiatiques de toutes les activités programmées durant tout le mois sur toute l’étendue du territoire, excepté Kidal ; donations de vivres et non vivres (estimées à des millions) réalisées par Harouna Sangaré à l’endroit des démunis ; appuis de groupes d’amis sur les réseaux sociaux. Les propositions d’amélioration du mois de la solidarité Malgré sa satisfaction pour la réalisation des activités, Haïdara a fait des propositions pour l’amélioration de l’organisation du mois de la solidarité afin qu’il soit un facteur de cohésion sociale, d’union et de réconciliation. Pour cela, il a proposé de réunir certaines conditions à temps : l’information et l’explication du mois de la solidarité dans son ensemble aux parrains nationaux et aux parrains des semaines thématiques et à ceux des différentes localités dont les rôles ne doivent pas se limiter au titre honorifique ; d’étendre les donations à toutes les couches vulnérables en général et aux personnes en situation de handicapes, veuves et orphelins en particulier ; de maintenir les actions de solidarité durant toute l’année, un tant soit peu. Les révélations de Haïdara Ces propositions de Haïdara sont consécutives au fait qu’il n’a pas été informé à temps par le gouvernement de sa nomination comme parrain national du mois de la solidarité. Il n’a été informé officiellement que le 28 septembre 2017 par le Cabinet du ministère de la Solidarité et l’Action humanitaire, soit à trois jours du commencement du mois d’octobre, mois consacré à la solidarité. En plus de ce retard d’information, Haïdara a informé la presse en ces termes : “Le gouvernement ne m’a rien donné. Je n’ai pas reçu un franc du gouvernement. Je n’ai même pas eu le prix d’essence pour mes déplacements à l’intérieur du pays. Si le gouvernement me donnait un franc, je le vomirais à l’au-delà. Je voulais même démissionner parce que je ne savais rien du mois de la solidarité. C’est après que j’ai été approché par le département de la Solidarité pour m’expliquer le contenu du mois de la Solidarité “, a-t-il dit, avant d’annoncer qu’il s’attendait à des difficultés qui étaient les bienvenues. Ces informations de Haïdara ont été confirmées par le secrétaire général du ministère de la Solidarité, Samba Baby (présent à la cérémonie) qui soulignera que le retard de l’information de Haïdara était dû à des démarches administratives. Présent à la cérémonie avec d’autres leaders religieux, le président du Haut conseil islamique du Mali (Hcim), Mahamoud Dicko, a remercié les autorités maliennes et surtout Chérif Madani Haïdara qui l’avait informé de sa nomination pour le parrainage du mois de la Solidarité. “Ce que Haïdara a réalisé comme activités, il l’a fait au nom de la religion musulmane et au nom de la cohésion et l’unité des musulmans”, a-t-il indiqué, avant de faire des bénédictions pour l’unité des musulmans, la paix et la réconciliation au Mali. Parce qu’à ses dires, la crise du Mali a pris une profondeur à l’intérieur du pays. “Nous devons nous donner la main pour le retour de la paix au Mali. Nous devons faire pression sur nous-mêmes pour aller à la paix. C’est la patrie qui est en jeu. Nous devons faire face à l’essentiel. Pourquoi ne pas organiser une journée de réflexion sur le réarmement moral des Maliens surtout de l’Armée qui a besoin du soutien et de l’accompagnement de tout le peuple malien ?”, a-t-il prôné, avant de reconnaître que Haïdara, de part ses activités réalisées, a donné de l’engouement au mois de la solidarité.Tout en faisant des bénédictions, les représentants de Limama, de l’Amupi, de l’Unafem se sont réjouis du parrainage par Haïdara du mois de la solidarité. Siaka DOUMBIA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here