78èmes CST de l’Association africaine de l’eau : Les assises de Bamako, un avant-gout du congrès

33
Il s’agit d’un évènement intercontinental qui réunit plus de 15000 professionnels du secteur de l’eau et de l’assainissement. C’est sous le thème « Equité et durabilité dans l’accès à l’eau et l’Assainissement en Afrique » que se sont ouverts le 27 novembre dernier au Radison blu Hôtel, les travaux des 78emes assises du Conseil scientifique et technique de l’Association africaine de l’eau prévu des 11 et 16 décembre 2018. Cette rencontre était placée sous la présidence du ministre de l’Energie et de l’Eau, Malick Alhousseini. Il avait à ses côtés, le directeur général de la SOMAGEP, Boubacar Kane et de son homologue de la SOMAPEP, Aly Diallo, le président du Conseil Scientifique et Technique (CST) de l’AAE, Olivier Gosso et plusieurs invités venus des pays membre de l’Association et de la France. Membre de l’Association internationale de l’Eau (IWA), l’organisation de ces assises vise à soutenir et à renforcer les capacités des sociétés d’eau et d’assainissement d’Afrique dans la gestion durable desdits services publics. En effet, le CST de l’AAE est un évènement intercontinental qui réunit plus de 15000 professionnels du secteur de l’eau et de l’assainissement. Le choix porté sur le Mali pour la tenue de cette session n’est pas fortuit. Il répond à une tradition de l’AAE qui veut que le pays qui abrite le congrès accueille les assises. Une marque de confiance pour le pays. Plusieurs communications ont marqué la cérémonie. Dans son mot de bienvenue, l’hôte principal de la rencontre, le Directeur de la SOMAGEP a souligné que cette rencontre permet de répondre des disfonctionnements liés à l’accès équitable des populations au service public de l’eau potable. Des disfonctionnements qui ont pour nom, des niveaux de service insuffisants, la desserte intermittente, des coupures imprévues, pression faible et variable, la qualité de l’eau incertaine, l’hétérogénéité de l’offre du service public au sein d’une même ville. Par ailleurs, Boubacar Kane affirmé que c’est une mission redoutable dont notre pays mesure la portée historique. Avant de les assurer que toutes les dispositions ont été prises par le Mali pour relever le défi de l’organisation de l’évènement. De son côté, le président du CST de l’AAE a rappelé que l’organisation a murit grâce à l’assiduité de ses organes. Rappelant les défis actuel en terme d’accès à l’eau, Olivier Gosso a proposé des axes de réflexion qui, selon lui, répondent au défi de l’heure. Il s’agit de la gouvernance du secteur de l’eau et de l’assainissement, la définition des politiques de l’eau, la problématique des infrastructures en matière de production d’eau potable et d’assainissement et la question du financement du secteur. C’est pourquoi explique-t-il, «les présentes assises permettent de réfléchir sur la responsabilité des Etats, des sociétés d’eau dans la mise en œuvre du droit à l’eau, à l’assainissement sur leurs capacités à réaliser cet objectif du développement durable ». Dans son d’ouverture, le ministre de l’Energie et de l’Eau, a pour sa part salué l’initiative de porter le choix sur le Mali. Selon Malick Alhousseini, cela dénote de la confiance en notre pays de sa capacité à relever le défi de l’organisation des grands rendez-vous. Il profité de l’occasion pour rappeler les efforts entrepris au niveau national pour atteindre les ODD en terme d’accès à l’eau potable. Et Malick Alhousseini de donner l’assurance du gouvernement de ne ménager aucun effort pour la réussite de l’évènement. Avant de déclarer ouvert les travaux des 78eme assises de l’AAE. Rappelons que plusieurs thématiques ont été débattues au cours des panels de hauts niveaux. Il s’agit notamment, l’équité et durabilité dans l’accès à l’eau et à l’assainissement en Afrique, quels indicateurs de performances du secteur de l’eau et de l’assainissement en Afrique ; qualité de l’eau : utilité de l’électrolyseur de chlore ; le dessalement en Afrique ; l’innovation dans les produits de traitements de l’eau. La visite de stands d’expositions autour d’un cocktail et la photo de famille ont mis fin à la cérémonie. Mohamed Naman Keita Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here