Flash – G5 Sahel (1) : La Minusma au secours…

5
La France demande un soutien matériel et logistique de la mission de l’ONU au Mali pour accélérer le déploiement de la force antiterroriste du G5 Sahel. Un projet de résolution a été nouvellement initié par la diplomatie française pour soutenir avec un fonds spécial de l'ONU au Mali les opérations du G5 Sahel. Cette nouvelle proposition de la France espère lever le blocus des Etats-Unis à tout financement onusien à cette force anti-djihadiste du G5. Pour obtenir l'accord de Washington, les diplomates français proposent de créer un fonds spécial pour ne pas empiéter sur les ressources de la Minusma et de signer un accord technique entre l’ONU et les pays du G5. La résolution souligne par ailleurs que cette aide ne sera que temporaire, le temps que la force devienne autonome. Pour sa première année d'opérations, les besoins de la Force du G5 sont estimés à plus de 250 milliards de francs CFA. Toutefois à ce jour, les promesses n'atteignent pas 100 milliards de FCFA même avec l'engagement des États-Unis d'apporter jusqu'à 30 milliards de francs CFA d’aide. ============== ================== =================== G5 SAHEL (2) : Une réunion prochaine à Paris Une réunion internationale à laquelle participera le Mali aura lieu le 13 décembre prochain à Paris. L'objectif sera d'accélérer le déploiement de la force multinationale. Le président français estime que la mise en place de la force “n'avance pas assez vite et que les terroristes ont enregistré des victoires militaires et symboliques notamment au Niger”. “Il est urgent de renverser la tendance”, a précisé Emmanuel Macron en marge du 5e sommet Afrique-Europe à Abidjan. ============== ================== =================== ENFANT TUE PAR BARKANE AU MALI : « Aucune faute » L'affaire avait empoisonné la visite, en début d'année, au Mali de François Hollande pour le sommet Afrique-France. Un enfant de 10 ans avait été tué par Barkhane lors d'une opération, fin 2016, dans l'extrême nord du Mali. Le corps avait été sommairement enterré par les soldats français et beaucoup de zones d'ombres planent autour de cette affaire relayée tout d'abord sur les réseaux sociaux. « Un jeune berger », disaient ses parents alors que Barkhane parlait d'un « informateur ». Jeudi 30 novembre, la porte-parole du ministère des Armées « a regretté la mort de cet enfant », mais assure que l'action des militaires français était « légitime». Un an après, la porte-parole du ministère des Armées assure que l'enquête interne de l'armée française n'a révélé « aucune faute individuelle ou collective dans l'usage de la force ». Les militaires français auraient tiré avec un hélicoptère sur un jeune guetteur agissant pour le compte d'un groupe armé terroriste «afin d'empêcher des poseurs de bombes d'atteindre un convoi logistique français ». ============== ================== =================== RAID FRANCAIS D’ABEIBARA : « C’est bien des otages qui ont été victimes » Les soldats maliens tués, fin octobre, lors d’un raid de la force française Barkhane contre un groupe jihadiste dans le nord du pays étaient « bien des otages », malgré les doutes émis par Paris, a réaffirmé le président Ibrahim Boubacar Keïta, dans un entretien. « Il s’agissait bel et bien d’otages des terroristes et il ne faudrait pas qu’il y ait là-dessus la moindre ambigüité entre nos amis français et nous », souligne le chef de l’Etat. C’est un fait regrettable, qui peut hélas survenir dans ce type d’opération. On doit l’admettre et ne pas chercher d’autres raisons qui n’existent pas », insiste-t-il. Cette opération menée par Barkhane dans la nuit du 23 au 24 octobre près d’Abeïbara (nord-est) contre un groupe affilié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) s’était soldée selon l’état-major français par la mort de 15 jihadistes. Mais pour le ministère malien de la Défense, onze militaires maliens prisonniers des jihadistes se trouvaient parmi les victimes du raid. L’état-major français avait lui assuré qu’à « aucun moment » la présence de soldats maliens dans ce camp d’entraînement n’avait été établie. ============== ================== =================== GAO : Attaque contre le MOC Deux hommes armés dans un véhicule ont tiré, le vendredi dernier, sur une patrouille des éléments du MOC. Un gendarme malien a été légèrement touché. Les bandits ont ensuite pris la fuite. De sources locales, la gendarmerie de la localité a ouvert une enquête et un suspect a été arrêté. ============== ================== =================== MENAKA(1) : Couvre-feu décrété A Ménaka, un couvre-feu a été instauré dans la ville par le gouverneur de la région. Il est désormais interdit de circuler sur des engins dans la localité de 20 heures à 05 heures du matin. Selon les autorités locales, cette mesure intervient suite à la recrudescence des attaques, vols et assassinats dans la zone. Ce couvre-feu permettra, selon le gouverneur, de mieux contrôler et sécuriser les personnes et leurs biens. ============== ================== =================== MENAKA(2) : Patrouilles communes Les forces armées maliennes et les groupes armés GATIA et MSA vont désormais mener des patrouilles ensemble dans la vile de Ménaka. Cette décision a été prise à la suite d'une rencontre tenue le 29 novembre dernier entre le Gouverneur de la localité, les FAMAs et les deux groupes armés. Cette initiative vise à mettre fin aux multiples braquages dans la localité. ============== ================== =================== AFFRONTEMENTS ENTRE ORPAILLEURS : Des morts et de nombreux blessés Au moins quatre éléments des forces de sécurité maliennes ont trouvé la mort suite aux affrontements entre orpailleurs de Gnaouléni (cercle de Kangaba) et ceux de Balandougou en territoire guinéen. Les deux villages se rejettent la responsabilité des violences. Toutefois, des sources locales indiquent que ce n'est pas la première fois que les deux villages s'affrontent pour un site d'orpaillage situé dans la zone. Aujourd’hui, un calme relatif semble régner dans la localité, après l’envoi par les autorités maliennes d’éléments de forces de sécurité. ============== ================== =================== SANTE : Le Mali face au Sida Plus de cent mille personnes vivent avec le VIH SIDA au Mali. Selon les spécialistes de la maladie, les antirétroviraux permettent de réduire le risque de transmission de la maladie. Toutefois, au Mali la majeure partie des victimes n'ont pas accès à ces médicaments même s'ils sont gratuits. ============== ================== =================== CULTURE : Biennale photographique à Bamako Bamako s'apprête à accueillir la 11ème édition de la biennale africaine de la photographie, qui se déroulera du 2 décembre 2017 au 31 janvier 2018. Une occasion de montrer que Bamako n'a rien perdu de sa flamme ni de sa ferveur créatrice. Face à l’obscurantisme, face au repli identitaire, face à l’extrémisme, la culture est toujours une forme de réponse. Ville de musique, Bamako n’a jamais cessé de vivre. Ses créateurs continuent d’enrichir le monde, bien au-delà du Mali. De nombreux plasticiens du continent feront le déplacement, offrant ensemble, à travers la variété de leurs travaux, un kaléidoscope coloré du présent. ============== ================== =================== SAN : Prière pour la paix Une soixantaine de fidèles chrétiens ont prié le samedi dernier à San pour le retour de la paix au Mali. Cette prière spéciale a été dite à l'occasion d'une récollection sur la place et le rôle des personnes consacrées dans l’évangélisation. La rencontre a été organisée par le bureau diocésain de l'association des personnes consacrées. ============== ================== =================== SEGOU : Le CNJ à la recherche de solution Une conférence nationale extraordinaire du conseil national de la jeunesse du Mali s’est déroulée à Ségou. Durant deux jours, les jeunes venus de toutes les régions du pays et du district vont échanger pour trouver une solution aux difficultés que rencontre le CNJ. ============== ================== =================== CAMPAGNE AGRICOLE 2017-2018 : Les populations ont besoin d’aide Les cultures ont souffert des stress hydriques liés aux séquences sèches et à l’arrêt précoce des pluies. Ainsi, les productions céréalières attendues sont estimées à 68, 3 millions de tonnes, soit une hausse de 4% par rapport à la campagne 2016-2017. Les productions fourragères restent très faibles et quasi inexistant dans les grandes zones d’élevage par endroits au Mali. Pour prévenir les risques liés à ces déficits, les experts du CILSS exhortent le gouvernement à appliquer leurs recommandations. Le gouvernement est invité à s’investir immédiatement dans l’élaboration et la mise en œuvre des plans de réponse pour assister les populations en crise et d’urgence alimentaire pour empêcher la dégradation des moyens d’existence des populations. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here