Moussa Sinko Coulibaly démissionnaire de l’armée : “Pour le Mali, je suis prêt à collaborer avec tout le monde”

13
Contribuer pleinement au changement en 2018, mettre ses expériences au service du Mali… le général Moussa Sinko Coulibaly est convaincu d’être porteur d’un projet pour sortir le Mali de la crise multidimensionnelle. Dans un entretien accordé à Renouveau TV, le général Moussa Sinko Coulibaly exprime ses ambitions. Quelques jours après la démission de Moussa Sinko Coulibaly des Forces de défense et de sécurité, le ciel commence à se dégager. L’ex-directeur de cabinet de la junte militaire de Kati en 2012 est revenu sur ses motivations dans l’émission Kunafoni Blon de Renouveau TV. D’entrée de jeu, Moussa Sinko a fait savoir qu’il a servi les Forces de défense et de sécurité pendant plusieurs années. “Aujourd’hui, j’ai décidé tout en continuant de servir l’armée à travers mes compétences et mon expérience, à mettre cette compétence au service d’autres causes. C’est ce qui motive ma prise de décision et je suis prêt non seulement à continuer à servir les Forces de défense et de sécurité mais aussi pouvoir servir sur la scène politique, économique, sociale…” Selon Moussa Sinko Coulibaly, le statut général des militaires imposent des limitations, des réserves par rapport à certaines activités. “Pour moi, il était important en voulant respecter ce statu de pouvoir entamer la démarche qui me permet aujourd’hui de contribuer autrement sans des contraintes pour pouvoir librement mener d’autres activités”, déclarera-t-il. “L’expérience que j’ai acquise au ministère de l’Administration territoriale et depuis que j’ai quitté le ministère à l’Ecole de maintien de la paix, me permet aujourd’hui d’apporter une contribution positive aux débats politiques, d’enrichir le débat politique et c’est ce que j’ai envie de faire. Je vais contribuer pleinement, activement, mettre toute mon énergie au service du changement pour le renouveau démocratique et aussi pour une meilleure gouvernance ici au Mali. Pour le Mali, je suis prêt à collaborer avec tout le monde”, a-t-il promis. Pour lui, l’idéal est de défendre un projet au service de tous les Maliens. “Ce projet n’est pour une personne ou contre une personne. C’est un projet pour l’ensemble des Maliens et je pense que les Maliens pourraient trouver des espaces d’épanouissement et de développement à l’intérieur de ce projet. Je ne suis pas le seul. C’est l’ensemble des Maliens qui souhaitent un changement…” Bréhima Sogoba Source : aBamako aBamako

1 commentaire

  1. Non pas de cette manière et il ne pourra plus rien apporter de potable à ce pays et ne va plus jamais être capable de corriger l’erreur commise. Sinon, il devait en toute responsabilité reconnaitre d’abord son erreur pour ensuite s’en excuser. Lui, il est tout simplement prêt à prendre une revanche. Peut être que ses espoirs ont tout simplement été déçus, il a pensé avoir des projets avec le pouvoir qui n’ont pas été concrétisés. Ils ont mis le pays à terre et je ne suis pas sûr que nous soyons prêts à les pardonner eu égard à tous ce que nos braves populations ont subi comme humiliation, sévices, tortures physiques et sexuelles et souvent devant les maris ou les enfants suite à leur coup d’État le plus débile qu’aucun pays civilisé du monde n’est connu. La première révolte des touaregs dans l’Adrar des Iforas date si je ne m’abuse de 1964. Et depuis cette date jusqu’au 22 mars 2012 (date du décès de la République) aucune de nos Régions n’a été prise par les rebelles à plus forte raison, trois Régions en trois jours. Kidal est pris le Vendredi 30 mars 2012, Samedi 31 mars 2012, c’est Gao qui fait les frais et Tombouctou est tombe dans les maibs des rebelles, le Dimanche 01 avril 2012.
    De grâce que ces gens nous laissent d’abord diriger notre humiliation. En temps normal et dans un pays sérieux, les propos qu’il vient de tenir devaient l’amener devant le juge. Mais hélas le Mali d’aujourd’hui est devenu ce que nous voyons malheureusement tous les jours. A cause de leur serment, certains parmi eux ne devaient pas fuir le Nord pour ensuite venir semer la zizanie au Sud et plonger le pays dans le plus profond des trous qu’il n’a jamais connu de son indépendance à 2012.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here