Protection de la Presse Contre les Violences : Le MPV-Mali né avec des dents !

7
Les journalistes maliens sont violentés dans l’exercice de leur métier. Le constat est amer. La liberté d’expression est en danger. Fort de cela, des journalistes doyens et jeunes se sont réunis autour d’un mouvement dénommé Mouvement de Protection de la Presse contre les Violences (MPV-MALI). Lancé officiellement avec succès ce lundi 04 décembre 2017 à la Maison de la Presse devant un parterre de journalistes, ce Mouvement, comme son nom l’indique, entend s’urger en véritable défenseur contre toutes sortes violences faites aux journalistes. Il fixe d’ores et déjà comme premier combat : ‘’ Rendez-nous Birama’’. Il s’agit d’user de tous les moyens afin de faire en sorte de retrouver les traces du journaliste Birama Touré disparu dans des conditions obscures depuis le 29 janvier 2016. Lire l’intégralité du discours prononcé par le Président du MPV-MALI, Boubacar Yalkoué, Directeur de Publication du bihebdomadaire’’ Le Pays’’. Mouvement de Protection de la Presse contre les Violences (MPV-MALI) Bamako-le 04 décembre 2017. Maison de la presse de Bamako Amis de la presse, familles TOURE, NIARE, DRAVE (parents de notre confrère disparu Birama Touré), chers collègues, bonjour. C’est un réel plaisir pour moi de vous annoncer à travers cette cérémonie modeste le lancement d’une association pour la défense de la presse. Elle se nomme Mouvement de Protection de la Presse contre les Violences (MPV-MALI). MPV-MALI est composé de doyens (ceux-là qui ont vu naitre et qui sont les premiers acteurs de la presse malienne), de jeunes journalistes, directeurs de publication, d’animateurs et d’admirateurs de notre dure profession. L’idée de sa mise en place est partie d’un constat. Un manque criard d’union au sein de la presse. Cette faiblesse dont nous (journalistes) sommes responsables nous expose à toute sorte de violences. Qui ne se rappelle pas des agressions, intimidations, interpellations etc. dont certains journalistes ont été victimes ces dernières années au Mali. J e veux parler des cas de : Saouti Labass Haïdara, Directeur de Publication du quotidien Indépendant ; Birama Fall, Directeur de Publication Le Prétoire ; Alexis Kalambri, Directeur de publication Les Echos, Sambi Toure Directeur de publication Info Matin, Abrahamane Keïta, Directeur de Publication Le Temoin ; BS Diarra, Directeur de Publication La Sentinelle ; Ammy Baba Cissé, Directeur de Publication de Le Figaro du Mali ; Salif Diarra, Maliactu.com (presse en ligne) Adama Dramé Directeur de Publication du Le Sphinx ; Dramane Aliou Koné, Directeur de Publication L’indicateur du Renouveau et Directeur de la Radio Renouveau FM ; Bandiougou Tounkara Diougous, Directeur de radio Maliba FM, Mohamed Youssouf Bathily RAS BATH, animateur à la radio Renouveau FM, Boubacar Yalkoué, Directeur de Publication de Le Pays, le groupe Kayira ; Fredy Mattar, Directeur de Publication MINDISS ; Ousmane Koné directeur de Publication Le Hoggar ; Boukari Daou, Directeur de Publication Le Républicain et autres Oui pour certains il y a eu de la solidarité ; des actions (marches et journée presse morte) ont été initiées. Mais le constat dans l’ensemble est dramatique. Quand un journaliste a des problèmes, il ne bénéficie pas d’un soutien large et confortable. A part quelques amis dans le milieu qui l’apportent leur soutien, il est contraint à se battre seul face aux menacent extérieures. Ce constat s’est manifesté sans riposte appropriée de la corporation. Il s’est enfin exacerbé et au-delà des agressions, des interpellations et intimidations, nous assistons, regard impuissant, à des phénomènes jamais vécus dans le temps au Mali. Deux journalistes de RFI (Claude Verlon et Ghislaine Dupont) disparaissent au nord du Mali. Ils sont retrouvés sans vie. Les enquêtes sont ouvertes mais jusqu’à présent aucune nouvelle. Au Mali, qu’avons-nous fait de concret pour la cause de ces confrères morts sur le sol malien dans le cadre de leur travail ? Quelques actions et ça s’arrête là sans résultat probant. Quelques temps après, le malheur frappe à la porte des journalistes maliens. Un des nôtres, Birama Touré reporter au journal d’investigation Le Sphinx a disparu, le 29 janvier 2016, dans des circonstances mystérieuses. Cela fait bientôt deux ans, nous n’avons aucune nouvelle de notre confrère. Condamnation, conférence, publication dans des journaux… et l’affaire s’arrête là. Notre comportement nous affaiblit individuellement et impacte dangereusement sur l’avenir de la presse au Mali. Ailleurs, sous d’autres cieux, le constat est tout autre. La liberté d’expression est précieuse et est bien protégée. Quand un journaliste est confronté à des problèmes dans l’exercice de son métier, il bénéficie du soutien total nom seulement de la presse dans son ensemble mais d’autres couches qui se joignent souvent aux journalistes lors des manifestations dans les rues. La force de la presse, elle réside dans l’union. Elle est indispensable et il est aujourd’hui urgent de se retrouver, à travers un mouvement de veille, pour faire face à la menace qui nous guette tous car aujourd’hui ou demain, ça peut arriver à n’importe qui parmi nous. Voilà la mission que le Mouvement de Protection de la Pression contre les Violences s’est assignée. Il est là pour la corporation et aussitôt qu’un de ses membres se trouvera dans une situation difficile dans l’exercice de son métier, le MPV-MALI s’érigera en défenseur sans arrière-pensée. Vous journalistes, nous n’avons pas besoin de vous saluer pour avoir effectué le déplacement car il s’agit de sauver notre case commune qui brûle. A vous amis de la presse merci de votre présence et de vos contributions dans la lutte pour la cause de la presse à chaque fois qu’un problème surgit. Quant aux familles fondatrices TOURE, DRAVE, DIARE (parents de notre confrère disparu Birama Touré) nous vous remercions d’avoir répondu à notre appel. Nous vous rassurons que dans un futur proche vous aurez des nouvelles de notre confrère, votre parent disparu il y a deux ans. C’est le premier combat de notre mouvement. D’autres actions sont prévues dans les semaines à venir. Nous n’accusons personne. Nous croyons à la sincérité de tout un chacun et nous lançons un appel solennel à l’endroit de tous ceux qui ont l’amour de la presse, reconnaissent sa place dans la construction d’une Nation à se joindre à nous afin de retrouver notre confrère disparu, Birama Touré. Rendez nous Birama - Rendez nous Birama-Rendez nous Birama !!! Mouvement de Protection de la Presse contre les violences MPV-MALI Le Président Boubacar Yalkoué Le surtitre, le titre et le chapeau sont de la Rédaction Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here