Route du poisson : L’expertise et de la réputation de l’entreprise ATP/SGTI se confirment

13
Le Premier ministre malien, Abdoulaye Idrissa Maïga, accompagné de plusieurs collaborateurs et d’élus, a procédé le dimanche 5 novembre 2017 à Bankass à l’inauguration du tronçon Ouo-Bankass-Koro longue de 91 km. Le bitumage de cette route dite du poisson est le fruit de l’expertise du Groupement d’entreprises africaine des travaux publics-Société des grands travaux internationaux (ATP/SGTI). Lancé en 2010 par Hamed Diané Séméga, alors ministre de l’Equipement et des Transports du président ATT, ce projet s’inscrit globalement dans le cadre du premier programme d’actions prioritaires de l’autorité du développement intégré du Liptako-Gourma et du programme d’actions communautaires des infrastructures et du transport routier adopté par les Etats-membres de l’UEMOA en 2001. Le financement fut assuré par quatre bailleurs de fonds notamment la BOAD (46,73%), la BIDC (32,60%), l’UEMOA (12,22%) et l’Etat Malien (8,45%), pour un délai d’exécution de 24 mois. L’Africaine des travaux publics est une société anonyme de droit burkinabè créée en 2006. Elle est spécialisée dans les travaux de construction de routes, de bâtiments, de barrages, d’aménagements hydro agricoles, d’ouvrages divers de génie civil. L’entreprise emploie plusieurs centaines de personnes au Burkina Faso et plus de 200 autres à travers ses succursales au Niger, au Mali et en Côte-d’Ivoire. En dix ans d’existence, elle a acquis des références techniques majeures. Au Niger par exemple, ATP assure le bitumage en partenariat public-privée des axes Illéla-Bagaroua (107 km), Daji-Dangona (10km). Elle a déjà offert au Niger la route nationale 27 (Say-Tapoa) d’une longueur de 97 km, sans oublier les nombreux exécutés au Burkina Faso et qui font d’elle aujourd’hui, une référence internationale en BTP. Sa première aventure au Mali était la route du poisson. Un tronçon d’intégration et d’échanges commerciaux, qui a connu un ralentissement dans ces dernières années du fait du conflit politico-militaire qui a éclaté en 2012 dans le Nord du pays. L’insécurité qui y régnait a conduit à un arrêt de deux ans des travaux de bitumage de la voie lancés en 2010, provoquant un réaménagement technique, administratif et financier du projet à la reprise en 2014. Par ailleurs, ATP a été victime de plusieurs vols de véhicules et d’intimidations par des bandits, trafiquants et contrebandiers qui empruntent ce tronçon. Mais l’exécution de ces travaux était une question d’honneur et de responsabilité pour l’entreprise et cela à son péril et à celui de ces employés, nous signale, Hamidou Wedrago, le Dg ATP-Mali. Il a par la même occasion expliqué qu’ils étaient conscients de l’importance de cette route pour le Mali, pour notre communauté ouest-africaine et surtout pour les populations avant de se réjouir que ce bitumage apporte un nouveau souffle à l’activité économique de la région. Pour son premier chantier en terre malienne, on peut donc déduire que l’Africaine des travaux publics et son partenaire tunisien ont séduit leurs partenaires par leur expertise et leur réputation avérée, ouvrant du coup des perspectives prometteuses pour sa filiale ATP-Mali. Amidou Keita Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here