13ème session ordinaire de l’ANAM : Le bilan jugé satisfaisant

5
La Maison des Ainées a abrité le Jeudi 23 novembre 2017 la 13ème session ordinaire de l’Agence Nationale d’Assistance Médicale. La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence d’Hamadoun Konaté ministre de la solidarité et de l’action humanitaire. Les points inscrits à l’ordre du jour étaient de faire le compte rendu de la 12ème session, d’examiner le procès verbale et l’état de mise en œuvre des recommandations issues de la 12 session, présenter le rapport financier 2017 à mi-parcours ainsi que les perspectives pour le reste de l’année ainsi que les années à venir. Dans son intervention, le ministre a affirmé que la protection sociale est un droit de chaque citoyen devient un élément essentiel et incontournable de toute politique d’exclusion sociale et de lutte contre la pauvreté. C’est dans ce contexte dira M.Konaté que l’ANAM a élaboré son plan de travail 2017 basé sur ses missions et la gestion axée sur les résultats, avec un accent particulier sur l’amélioration du taux d’immatriculation et des prestations. C’est ainsi exprime le ministre que la mise en œuvre de ces nouvelles stratégies a permis l’immatriculation au RAMED de 96 422 nouveaux indigents pour la période de janvier à octobre2017, sur lesquels, 20 412 ont bénéficié de prestations médicales remboursées par l’ANAM. En outre 71 054 personnes ont été identifiées par les ASACO sont en cours d’immatriculation. Au total 231 199 personnes sont immatriculées au RAMED dont 45 586 ont profité de prise en charge gratuite. Aux dires de M Konaté sur une prévision budgétaire globale de ressources de 2 836 230 211 fcfa, les réalisations ont été de 2 228 616 968 fcfa à la date du 30 septembre soit un taux de réalisation de 78,58%. Malgré ce résultat, des difficultés demeurent parmi lesquelles il a cité entre autre la timide mobilisation des contributions des collectivités territoriales au financement du régime. Seules deux communes ont payé au titre de l’année 2017. La rupture de stocks de médicaments en DCI au niveau de certaines structures sanitaires. Le difficile accès de certaines localités du nord et du centre dû à l’insécurité. Le ministre a invité les administrateurs à faire un examen judicieux des documents soumis à leur appréciation pour l’atteinte des objectifs de l’ANAM Bissidi Simpara Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here