Comité de Normalisation oui mais …

42
Depuis quelques jours, on ne parle que de la mise en place d’un Comité de normalisation pour gérer les affaires du football malien pour une durée de 6 mois. Cette décision aurait été prise par le Conseil d’urgence de la Fédération internationale de football association (Fifa) en marge du tirage au sort de la Coupe du monde 2018 Russie. Mais pour le moment, cette décision n’a pas été notifiée à la Fédération malienne de football. En d’autres termes, aucune lettre officielle de la Fifa ou de la Caf n’a été adressée à l’instance dirigeante du football malien, même si le principe de la mise en place de ce Comité semble acquis. Depuis lundi, c’est une véritable fête au niveau du département des Sports, comme si c’était une victoire du ministre Poulo dont le seul souhait était la mise en place d’un Comité de normalisation. Il a tenté en vain, sous l’Inspecteur général Boubacar Baba Diarra d’installer au forceps ce Comité de normalisation qui n’a duré que quelques semaines sans pouvoir poser le moindre acte, avant d’être dissout. Le but de la mise en place du Comité de normalisation Poulo n’est autre que de gérer l’argent du football malien. C’est pourquoi, il a tout fait pour créer un blocage qui ne dit pas son nom. Nous respectons cette décision de la Fifa, si elle estime que la fin de la crise du football malien passe obligatoirement par ce Comité de normalisation. Mais comme le dit si bien un adage, on ne nettoie pas le caca avec du pipi. En d’autres termes, il faut éviter de créer un autre conflit en cherchant à installer les mêmes gens décriés comme partie au conflit en les couvrant du manteau de Comité de normalisation. En langage clair, il faut que le Comité de normalisation soit composé de gens qui n’ont pas pris part à cette crise pendant les 4 dernières années. Ce qui signifie qu’il faut les chercher en dehors des membres du fameux Comité de normalisation mis en place en mars dernier par le ministre Poulo et dirigé par le jeune banquier Sidi Diallo car lui et son équipe ne sont pas neutres et les faire revenir peut aussi pousser les autres à se radicaliser et refuser de coopérer, disons leur retourner la défiance et le Mali ne sortira jamais de ce cercle vicieux. Il appartient au président IBK d’être vigilant car s’il faut que la résolution de la crise du football soit du ôte-toi-que-je-m’y-mette, on sera encore loin du bout du tunnel. En plus, s’il faut mettre en place un Comité de normalisation uniquement pour faciliter, par la suite, le contrôle de la Fédération malienne de football par un camp qui n’a jamais voulu rien céder, comme la chose lui appartenait à lui seul, croit-on que les autres, docilement, se laisseront faire ? C’est pour dire que la résolution de la crise du football passe par l’émergence d’hommes neufs, disons qui ne sont pas encore connus comme des acteurs de la crise actuelle. Qu’on se le tienne pour dit ! A.B. HAÏDARA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here