Liberté d’expression et protection des journalistes : Le MPV comme nouveau parabole de sureté !

7
Le lundi 4 décembre 2017, à la Maison de la presse, devant de nombreux responsables d’organisations professionnelles de la presse malienne, des confrères, doyens et d’éminents journalistes le Mouvement de la Protection de la Presse contre les Violences (MPV-Mali) fut lancé. Des hommes et femmes de la presse malienne ne veulent plus rester les bras croisés face aux préjudices que certains de leurs confrères ont subi, subissent ou vont subir. C’est pourquoi sous l’égide du directeur de publication du bi-hebdo le Pays, Boubacar Yalkouyé, ils ont mis sur orbite une nouvelle organisation, appelée Mouvement de la Protection de la Presse contre les Violences (MPV-Mali). Le lancement du MPV-Mali, tenu dans la salle secondaire de la Maison de la Presse, lundi matin a enregistré la présence autour de Boubacar Yalkoué (Président) de Lassine Diawara, vice-président de MPV, de Cheick Hamala Sylla, directeur de publication du bi-hebdo l’Aube et des représentants des familles fondatrices de Bamako. Le MPV est composé de doyens, de jeunes journalistes, des directeurs de publication, d’animateurs et d’admirateurs de cette dure profession. Selon son président, sa création découle d’un constat patent : le manque d’union au sein de la presse malienne. Cette faiblesse dont les journalistes sont responsables les expose à toute sorte de violence. « Qui ne se rappelle pas des cas d’agression, d’intimidations, d’interpellations dont certains ont été victimes ces dernières années au Mali ? » s’interroge Yalkoué avant d’égrener le long chapelet des noms des journalistes, animateurs et chroniqueurs victimes d’abus. A savoir : Saouti Labass Haïdara Directeur de Publication du quotidien l’ Indépendant, Birama Fall Directeur de Publication le Prétoire, Alexis Kalambri Directeur de publication les Echos, Sambi Toure Directeur de publication Info Matin, Abrahamane Keïta, Directeur de Publication le Temoin, BS Diarra Directeur de Publication la Sentinelle , Ammy Baba Cissé Directeur de Publication le Figaro du Mali, Salif Diarra ‘’Maliactu’’ (presse en ligne), Adama Dramé Directeur de Publication ‘’le Sphinx’’, Dramane Aliou Koné Directeur de Publication ‘’l’indicateur du Renouveau’’ et Directeur de la Radio ‘’Renouveau FM’’, Bandiougou Tounkara dit Diougous Directeur de la radio ‘’Maliba FM’’, Boubacar Yalcouyé, Directeur de Publication ‘’le Pays’’, le groupe ‘’Kayira’’, Freddy Mattar, Directeur de Publication ‘’MINDISS’’ , Ousmane Koné directeur de Publication ‘’Le Hoggar’’, Boukari Daou, Directeur de Publication ‘’le Républicain’’ et les deux journalistes de RFI Claude Verlon et Ghislaine Dupont. Yalkoye dans son intervention a parlé sur le cas Birama Touré reporter au journal d’investigation ‘’Le Sphinx’’ disparu, le 29 janvier 2016, dans des circonstances mystérieuses. Pour lui la force de la presse réside dans l’union, elle est indispensable et il est aujourd’hui urgent de se retrouver à travers un mouvement de veille pour faire face à la menace. D’où l’avènement du MPV-Mali. Par Fatoumata COULIBALY Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here