Régime d’IBK : Ces Hommes d’ATT aux affaires

33
Indexé (à tort ou à raison ?) de ruminer la haine contre son prédécesseur, Amadou Toumani Touré suite à sa mise en accusation pour haute trahison devant la Haute cour de justice, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta n’a, pourtant, pas boudé son plaisir à faire recours à certaines compétences humaines de l’ancien régime qui se battent, aujourd’hui, à ses côtés ou au-delà des frontières. La preuve de sa conviction que chaque Malienne et chaque Malien, quelle que soit son appartenance politique, comptent dans le combat qu’il mène depuis 2013 pour « le bonheur des Maliens et l’honneur du Mali ». Ainsi, moult « amis » d’ATT opèrent dans tous les rouages de l’administration publique et dans les organismes et institutions internationaux. A César, ce qui est à César pour que le Mali gagne ! Qui sont-ils ? Où sont-ils? Au Mali, la fin d’un régime annonce la galère pour les hommes et les femmes qui l’ont animé durant des années. Ils meurent, le plus souvent, avec le régime quel que soit leur compétence à cause de leur appartenance politique ou idéologique. C’est cette injustice sociale que le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta donne l’impression de corriger depuis son investiture à Koulouba en septembre 2013. Contrairement à ses devanciers, il aide les proches et collaborateurs de son prédécesseur Amadou Toumani Touré à émerger dans la haute administration malienne ou les organismes internationaux dans l’unique but de faire gagner le Mali. Ce constat a été fait depuis les premières heures de son accession à Koulouba. Hamane Niang, président de FIBA-Afrique Le ton a été donné par l’élection de l’ancien ministre en charge des Sports, puis de la Culture (2007-2012) du président ATT. Il a été élu à la présidence de la Fédération internationale de basketball-Afrique (FIBA-Afrique) en 2014. Sa candidature malienne avait été portée, à l’époque, par le Gouvernement malien conformément à la politique de la promotion des cadres maliens décrétée par le président IBK. Au nom du gouvernement du Mali, le ministre Housseini Amion Guindo avait adressé une lettre de félicitation à celui qui est resté ministre pendant 5 ans sous le président ATT. « Cette élection de Hamane Niang au sein du bureau de l’instance suprême du basket-ball dans le monde est non seulement une fierté pour le mouvement sportif national mais aussi un honneur pour le Mali. A cette occasion, au nom du président de la République et du Gouvernement, je vous adresse mes chaleureuses félicitations et vous souhaite plein succès », s’en réjouissait le ministre des Sports à l’annonce de l’élection d’Hamane Niang. Comme pour dire qu’il n’attendait que ce coup de pousse du Gouvernement d’IBK pour renouer avec les gloires, la même année (2014), Hamane Niang a été élu premier vice-président de la Fédération internationale de Basket-ball (FIBA-Monde) lors du 18ème congrès de l’instance de football tenu à Madagascar, le 1er août 2014. Ahmed Diane Séméga, Haut-Commissaire de l’OMVS Après Hamane Niang, ce fut le tour d’Ahmed Diane Séméga, ancien ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau puis de l’Equipement et des Transports sous le président ATT. Il a été dans tous les Gouvernements de l’ère ATT et le président du parti PDES, une formation politique qui réclame l’héritage du président ATT. Il fait aussi partie de l’un des nombreux hommes de confiance du président ATT qu’il considère comme étant son père adoptif en politique. Cet ancien collaborateur d’ATT est élu Haut-Commissaire de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) le 17 mai 2017. Ce choix porté sur lui à Conakry, lors de la conférence des chefs d’Etats de l’OMVS pour prendre les rênes de cette organisation sous régionale, avait été pistonné par le Gouvernement malien à travers le ministère en charge des Affaires étrangères. Ses anciens camarades du PDES lui reprochent, d’ailleurs, à tort ou à raison d’avoir accepté les faveurs d’un régime qui a combattu son mentor ATT, toujours en exil à Dakar. Mme Thiam Aya Diallo, Ambassadeur du Mali au Japon Mme Thiam Aya Diallo était la Directrice générale de l’aéroport internationale Modibo Kéïta sous ATT. L’épouse d’Ahmadou Abdoulaye Diallo, ancien ministre de la Promotion des investissements et des Petites et Moyennes entreprises, porte-parole du gouvernement que certains qualifiaient de griot du régime d’ATT est à son tour propulsée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Mali au Japon, en Australie, en Nouvelle Zélande, en République de Corée et en République des Philippines avec résidence à Tokyo, le mercredi 26 juillet 2017. Economiste de formation, Mme Thiam a fait ses premiers pas dans le monde diplomatique pendant la transition dirigée par le Professeur Dioncounda Traoré en 2013 en devenant Ambassadrice du Mali en Suisse et auprès des Nations Unies. C’est donc dire que la femme de l’ancien collaborateur du président ATT est d’une expérience avérée dans le monde de la diplomatie que le président IBK a reconnu sans arrière-pensée. Ahmadou Abdoulaye Diallo, Directeur du Fonds de Solidarité africain (FSA) L’ancien ministre malien de l’Economie, de l’Industrie et du Commerce sous ATT, Ahmadou Abdoulaye Diallo dirige, actuellement, le Fonds de Solidarité Africain (FSA). Il est à ce poste depuis la 3ème session extraordinaire de l’institution tenue les 30 et 31 octobre 2015à Niamey (Niger). Pour rappel, Ahmadou Abdoulaye Thiam était dans le staff de campagne du candidat, Amadou Toumani Touré en 2002. Deux mois après l’investiture du président ATT, le 8 juin 2002, il a été nommé Conseiller économique du président de la République du Mali. Il fait, aujourd’hui, la fierté de tout le Mali au FSA. Pr. Tiémoko Sangaré, ministre des Mines Le président de l’Adema-PASJ, Pr. Tiémoko Sangaré n’échappe pas lui aussi au radar d’IBK bien qu’il fût deux fois ministre sous le président ATT, d’abord en tant que ministre en charge de l’Agriculture, puis de l’Environnement (2007-2012). Sans être un proche du président ATT, le professeur de l’Enseignement supérieur avait fortement contribué à sa réélection en 2007. Il était l’un des principaux meneurs de l’Alliance pour la démocratie et le progrès (ADP) créée pour soutenir la candidature du président ATT en 2007. Il revient aux affaires lors de la constitution du gouvernement d’Abdoulaye Idrissa Maïga en qualité de ministre des Mines. Housseini A. Guindo, ministre des Sports Né le 21 avril 1970 à Bandiagara dans la région de Mopti, président de la Convergence pour le développement du Mali (Codem), Housseini Amion Guindo occupe le poste de ministre des Sports dans le Gouvernement d’Abdoulaye Idrissa Maïga. Entre ATT et lui, c’était le grand amour bien qu’il n’a pas été ministre sous le règne de celui-ci. Les deux hommes s’estimaient beaucoup certainement pour des raisons qu’ils venaient de la même zone. Diplômé de l’ENSUP, il devient professeur d’histoire et géographie au lycée Mgr Montclos de Sikasso puis consultant au compte d’un ONG dénommée « Fonds d’investissement local ». Il se met alors à son compte et ouvre le lycée Amion de Sikasso. En 2005, l’actuel ministre des Sports du président IBK est élu député à l’Assemblée nationale comme candidat indépendant. Il rejoint ensuite le Rassemblement pour le Mali (RPM) avant de claquer la porte deux ans plus tard. Il est depuis 2008 le président de la Convergence pour le développement du Mali, un parti qui se veut une organisation politique à vocation africaine qui vise la construction au Mali, d’un Etat républicain et démocratique doté d’une économie de marché, à visage humain, dont il sera le porte-drapeau à la dernière présidentielle où il se classe 5ème au premier tour. Il doit, aujourd’hui, son titre de ministre de la République grâce au président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. Il est à ce poste depuis le 11 avril 2014. Amadou Koïta, ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne Né le 03 mars 1970 à Bamako, l’actuel détenteur du portefeuille de la Jeunesse et de la Construction citoyenne est l’un des élèves du président ATT en politique. Ancien Secrétaire général du comité AEEM de l’Ecole nationale d’Administration et aujourd’hui président du parti socialiste. A 44 ans, Amadou Koïta fut le président de la Jeunesse du Mouvement citoyen entre 2005 et 2010, puis du Parti pour le développement économique et social (PDES) entre 2009 et 2010. Après son baccalauréat en Sciences biologiques au lycée de Markala, Amadou Koïta arrive à l’ENA pour étudier la gestion. Il entame une carrière dans l’administration publique comme chargé de mission au ministère de l’Artisanat et du Tourisme (2006-2011), puis Chef de Cabinet Adjoint à la Primature pendant neuf mois. De Décembre 2015 à son entrée au Gouvernement d’Abdoulaye Idrissa Maïga, Amadou Koïta occupait le poste de Chef de Cellule d’Appui à la Décentralisation et à la Déconcentration du ministère de l’Economie et des Finances. Il s’est fait remarquer sur la scène politique sous ATT en mouillant le maillot pour lui de 2005 jusqu’à sa junte en 2012. Mais, il n’a, malheureusement, vu ses efforts politiques récompensés à souhait que sous le président IBK. Mohamed Ali Bathily, ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et des affaires foncières Haut magistrat et professeur de droit, le détenteur actuel du portefeuille de l’Urbanisme, de l’Habitat et des affaires foncières dans le gouvernement d’Abdoulaye Idrissa Maïga a été le Directeur de cabinet du président ATT sous la Transition de 1991-1992. Depuis, ce fut une longue histoire d’amitié entre les deux hommes. En guise de témoignage à cette amitié, ATT avait fait embaucher sa femme à l’Hôpital Mère-Enfant Le Luxemburg. Après le baccalauréat obtenu en 1971, Mohamed Ali Bathily, suit des études supérieures en France, à l’Ecole de la magistrature puis à l’Université de Californie du Sud à Los Angeles, (Etats-Unis). Docteur en droit, le ministre Bathily est aussi détenteur d’un diplôme en Administration de la justice. Il a accumulé une riche expérience professionnelle puisqu’il a été magistrat, Directeur de l’Institut de formation judiciaire, Directeur de la Législation au ministère de la Justice, Directeur de cabinet au même département, Ambassadeur du Mali au Sénégal, puis fonctionnaire international. Mohamed Aly Bathily était avocat à la Cour au moment de son entrée au gouvernement d’Oumar Tatam Ly en qualité de ministre de la Justice, Garde des Sceaux. Moctar Ouane, Conseiller diplomatique à l’UEMOA L’actuel Conseiller diplomatique l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (UEMOA), Moctar Ouane a conduit avec succès la diplomatie malienne sous ATT en tant que ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. Un poste qu’il a occupé durant des années. Il a commencé sa longue carrière de ministre le 2 mai 2004 dans le Gouvernement d’Ousmane Issoufi Maïga. Il est reconduit à ce poste par le président Amadou Toumani Touré dans les Gouvernements de Modibo Sidibé du 3 octobre 2007 et du 9 avril 2009. Maharafa Traoré, Directeur général de l’Assurance Volontaire Administrateur du Travail et de la Sécurité sociale, Maharafa Traoré a été ministre de la Justice, Garde des Sceaux, du 6 avril 2011 jusqu’au coup d’Etat du 22 mars 2012. Il doit son entrée dans la haute administration malienne grâce au président ATT. Sa traversée du désert n’a duré que cinq années après ATT. Car en octobre 2017, il revient aux affaires en occupant le poste de Directeur général du Projet Assurance Volontaire (AV+) chargé de la promotion de l’assurance destinée aux travailleurs (non-salariés) non couverts par les prestations sociales. AV+ est le fruit du partenariat public privé entre l’INPS et la SAER-Emploi. Le Secrétaire général du Parti pour le Développement économique et la Solidarité (PDES) est resté fidèle au président ATT jusqu’au bout. Tiéfing Konaté, Ambassadeur du Mali en Russie Le Général Tiéfing Konaté est un militaire né le 30 septembre 1954 à Bamako. Tiéfing Konaté est diplômé de l’École militaire interarmées de Kati, du cours Supérieur de l’École des officiers de gendarmerie de Melun et de l’École d’État-major de la gendarmerie de Maisons-Alfort. Il occupe les fonctions de Conseiller technique au ministère de la Sécurité intérieure et de la Protection civile entre 2000 et 2008, avant d’être nommé Directeur de la Gendarmerie nationale par le président ATT, poste qu’il occupe entre 2008 et 2011. Chef de cabinet au ministère de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, il est nommé ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile le 25 avril 2012 dans le Gouvernement de Cheick Modibo Diarra pendant la transition. Il est reconduit dans ce poste dans le Gouvernement d’union nationale de Cheick Modibo Diarra le 20 août 2012. Il a été nommé ambassadeur du Mali en Russie lors du Conseil des Ministres du 24 février 2016. Gal. Sadio Gassama, Ambassadeur du Mali au Tchad Après avoir commandé, entre autres, les Etats-majors de la Garde nationale et de l’Armée de Terre puis l’Etat-major général des Armées, il fait son entrée dans le Gouvernement sous ATT le 2 mai 2004 en tant que ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile. Il quitte ce département le 2 février 2012 pour celui de la Défense et des Anciens combattants où le coup d’Etat du 22 mars 2012 met fin à ses fonctions ministérielles. Il était l’un des rares militaires à qui ATT faisait confiance. En janvier-mars 2013, pendant la phase opérationnelle de reconquête des villes maliennes sous l’occupation des groupes armés séparatistes et narcoterroristes, l’ex-ministre de la Défense sous ATT et d’autres officiers généraux ont, dans la plus grande discrétion militaire, fourni leurs appuis-conseils à l’Etat-major général des Armées maliennes. A quelques jours de son départ à la retraite en fin décembre 2016, le Général Sadio Gassama est nommé Ambassadeur (le tout premier) du Mali au Tchad par le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. Benson Diakité, Conseiller à la communication du président de l’Assemblée nationale Abdoulaye Benson Diakité est l’actuel Conseiller à la Communication du président de l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé. Il remplace Sidiki N’Fa Konaté à ce poste. Ancien animateur à RFI pendant de longues années, Benson a aussi occupé le poste de Conseiller spécial à la présidence de la République sous ATT. Il est aussi membre fondateur du parti PDES au sein duquel il a occupé le poste de Secrétaire à la Communication. Diarra Diakité, Conseiller à l’Ambassade du Mali à Bruxelles Diarra Diakité, a été nommé lors du Conseil des ministres du mercredi 12 octobre 2016, comme chargé à la Communication auprès de l’Ambassade du Mali en Belgique. Le désormais diplomate en mission en Belgique a servi à la présidence de la République durant des années au sein de la cellule de communication sous le président ATT. Il fait aussi parti des premières recrutées au sein de cette cellule par le président IBK dès les premières heures de sa brillante élection en 2013. Ahmed Mohamed Ag Hamani, PCA de la BDM SA Ahmed Mohamed ag Hamani est nommé, le 9 juin 2002, Premier ministre par le président Amadou Toumani Touré. Il est celui à qui, le président ATT, a fait confiance dès sa brillante élection en 2002 pour conduire les actions gouvernementales. Depuis le 11 avril 2015, il occupe le poste de Président du Conseil d’Administration (PCA) de la Banque de développement du Mali (BDM Sa). Ahmed Mohamed ag Hamani est ingénieur statisticien de formation. Il a commencé sa carrière politique sous le régime de Moussa Traoré. Le 7 janvier 1978, il est nommé ministre de tutelle des Sociétés et Entreprises d’État. Le 28 juin 1979, il devient ministre de l’Information et des Télécommunications. Puis, il est nommé successivement ministre du Plan le 2 août 1980, ministre des Sports, des Arts et de la Culture le 31 décembre 1984, ministre des Transports et des Travaux publics le 6 juin 1986, poste qu’il occupe jusqu’au 20 janvier 1987. Il devient ensuite Haut-commissaire de l’Organisation de mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) avant d’entamer dans les années 1990 une carrière de diplomate. Il est ambassadeur du Mali successivement auprès du Maroc, de la Belgique, du Grand Duché du Luxembourg et de l’Union européenne. Bakary Togola, président de l’APCAM Bakary TOGOLA est né en 1960 à Niamala dans la commune rurale de Koumantou, cercle de Bougouni. En dehors au PDES, il entretenait des relations très amicales avec le président ATT pour qui, il a battu campagne notamment dans le monde des paysans. S’il avait craint pour son poste de premier responsable à l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture du Mali (Apcam) suite de l’élection du président IBK en 2013, il a été réélu pour succéder à lui-même, en 2015 pour un autre mandat de 5 ans. Dr Sidiki N’Fa Konate : Actuellement Directeur général de l’Office Radio-Télévision du Mali (ORTM), Sidiki N’Fa Konaté fut ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement sous ATT entre avril 2011 et mars 2012. Il faisait aussi partie du cercle restreint des amis du président ATT. Il doit d’ailleurs sa nomination dans le Gouvernement du 6 avril 2011 à cette amitié avec l’ancien président de la République. Il revenu à son poste de Directeur général de l’ORTM en avril 2016 5ans après l’avoir quitté et à la suite d’un appel à candidature lancé par le département en charge de la Communication. Inspecteur général, Mahamadou Diagouraga, Haut représentant du président de la République pour la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation Le rapprochement entre ATT et l’Inspecteur général, Mahamadou Diagouraga, n’a pas impacté sur son estime auprès du président IBK. Car, l’ancien Directeur général de la Police nationale (2002-2005 puis 2011–2012) sous ATT est nommé Haut représentant du président de la République IBK pour la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali à la faveur du Conseil des Ministres du 15 juin 2016. Avant sa nomination à ce poste stratégique, Mahamadou Diagouraga était Ambassadeur du Mali en Mauritanie entre 2015 et 2016. Agé de 64 ans, Mahamadou Diagouraga est détenteur du diplôme de fin de cycle en Relations internationales approfondies du Centre d’études diplomatiques et stratégiques de Paris (CEDS) depuis 2002. Ce grand commis de l’Etat est l’un des Officiers de la Police nationale à qui ATT pouvait faire confiance les yeux fermés. Youssouf Z Kéïta Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here