De Kidal à Ménaka : Algabass Ag Intallah alimente une nouvelle rébellion

160
Se sentant abandonné par ses alliés de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et soupçonné d’être de mèche avec des groupes terroristes par les puissances internationales, Algabass Ag Intallah rentre en belligérance. Sous le couvert d’une rencontre avec les membres de la CMA dans la région de Ménaka, le chef du HCUA, Algabass Ag Intallah, travaille plutôt à la mise en place d’une nouvelle rébellion. “Depuis trois jours déjà, la forte délégation politique sous une sécurité militaire renforcée, entame une visite de travail dans les différentes grandes localités de la région de Ménaka. L’objectif est une mise à jour avec toutes les directions politique et militaire au niveau local et des séances publiques d’information et d’échanges avec les responsables des différentes couches communautaires de la région. De Kidal à Ménaka ville en passant par Tinfadimata et autres localités importantes, la délégation séjourne actuellement dans la ville de Talataye. Très attendue, cette mission, composée également de hauts responsables chargés des questions de la sécurité et de la réconciliation, bénéficie d’un accueil chaleureux partout où elle séjourne avec une forte mobilisation au rendez-vous”, peut-on lire sur la page Facebook du porte-parole du HCUA, Almou Ag Mohamed. Sur le terrain, les messages et les consignes sonnent on ne peut plus clair : une invitation à la révolte. Selon des sources proches, tout au long de la tournée dans la région, celui que tous les observateurs sont unanimes à présenter comme un très proche du terroriste Iyad Ag Ghaly a manifesté son mécontentement sur le processus de paix. Pourquoi avoir choisi la région de Ménaka comme point de départ de sa compagne ? Plusieurs raisons expliquent cela. Dans la région de Ménaka, les communautés présentes ont formé une union sacrée dans la lutte contre le terrorisme et veulent surtout être en phase avec l’Etat central. Les récentes patrouilles communes menées par les éléments du Groupe touareg Imghad et alliés (Gatia), dont le mentor est le général El-Hadj Gamou, du Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA), dirigé par Moussa Ag Acharatoumane, et les FAMa ne passent pas aux yeux d’Algabass. Ménaka est plus qu’un enjeu pour Algabass dans la mesure où la communauté Ifoghas veut toujours faire d’elle un Kidal-bis. Démarche solitaire ? La nouvelle démarche d’Algabass Ag Intallah est-elle approuvée par l’ensemble de la CMA ? La réponse divise au sein même de l’ex-rébellion dont la branche MNLA plaide plutôt pour la réunification de l’ensemble des mouvements de la CMA. “Le MSA et le CJA demeurent deux mouvements de la Coordination des mouvements de l’Azawad, car composés de cadres et militants influents de la Coordination. Retrouvons nous pour aider les décideurs à l’application correcte de l’accord pour la paix ! Nous invitons tous les mouvements qui se réclament de la CMA à la retrouvaille”, propose Mahamadou Djéry Maïga du MNLA. Depuis quelques semaines, la cohabitation semble difficile entre le Haut conseil de l’unité de l’Azawad (HCUA) et les autres mouvements de la Coordination. Des proches d’Algabass reprochent aux autres mouvements de n’avoir pas été solidaires à ce dernier après son voyage avorté aux Nations unies. Pis, le HCUA en veut à ses camarades de la CMA de fermer les yeux sur les nombreuses arrestations de Barkhane dans ses rangs. Des raisons qui, selon notre source, fondent la démarche d’Algabass à aller vers une nouvelle rébellion. A. M. C. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here