Amadou Cissé, Président des jeunes du parti FARE ANKA WULI : « Un Mali prospère est possible mais pas avec IBK »

0
La salle de conférence de la maison des ainés a abrité la 3ème convention nationale du parti FARE ANKA WULI le samedi 23 décembre 2017. Avec comme thème « Pour l’Alternance 2018, AN KA WULI », ladite cérémonie était présidée par Modibo Sidibé, président du parti en présence du vice-président Souleymane Tiefolo Koné ; du président des jeunes Amadou Cissé ; de la présidente des femmes Mme Keita Fatouma Cissé et des représentants des partis amis. Notons que cette 3ème convention nationale des FARE se tient au moment où le plus grand nombre des Maliens sont déterminés pour une vraie alternance en 2018. « Le mandat d’IBK a été un échec… ç’a été catastrophique … Un Mali prospère est possible mais pas avec IBK », c’est par ces propos que le président des jeunes du part FARE AN Ka WULI, Amadou Cissé a dénoncé les dérives du régime en place dans son allocution. Pour Amadou Cissé, l’état actuel de notre pays est très critique ; l’insécurité grandissante, la pauvreté, le chômage, la gestion clanique de notre pays l’attestent. Pour Cissé, pour une vraie alternance, il faut faire partir le président IBK qui a montré toutes ses limites. Comme solution, le président des jeunes propose l’élection de Modibo Sidibé à la magistrature suprême. La présidente des femmes non moins secrétaire administratif du parti FARE AN KA WULI Mme Keita Fatouma Cissé a rappelé la nécessité d’une alternance en 2018. Pour la présidente des femmes, l’insécurité menace l’existence même de notre pays. Mme Keita Fatouma Cissé estime que le pouvoir en place a montré toutes ses limites et doit être changé pendant les élections de 2018. « Il est impératif d’aller aux élections pour mettre fin aux politiques qui ont échoué et remplacer les hommes qui les incarnent », a-t-elle déclaré. Quant à Modibo Sidibé, président du part FARE AN KA WULI, il s’est d’abord penché sur la situation critique actuelle que traverse notre pays. Aux dires de l’ancien premier ministre, le Mali souffre de tous les maux (l’insécurité, la prolifération des armes légères, l’absence de l’administration dans beaucoup de zones et tant d’autres dérives). Pour Modibo Sidibé, les programmes présidentiels d’urgences n’ont absolument pas servi à grande chose. « De programmes d’urgence en programme présidentiel d’urgences, tout y passe, sauf s’occuper des urgences du Mali et des populations, que sont l’insécurité, l’affaiblissement de la république, le délitement de l’Etat et les risques de dislocation, entre autres », a-t-il laissé entendre. Parmi les perspectives de sortie de crise, sur le plan politique, l’ancien premier ministre propose une sortie de la trappe des spéculations et des incertitudes distillées, qu’alimentent des intérêts catégoriels en conflits, des ambitions personnelles, des petites stratégies de court terme sans grand rapport avec l’intérêt général, ou encore incompréhensible du plus grand nombre de la population. Parlant des échéances électorales de 2018, Modibo Sidibé invite le gouvernement à organiser les élections et les plus transparentes aussi. « Tenir à date et de façon transparente les élections présidentielles de 2018 en rapport avec les acteurs et les partenaires », a-t-il déclaré. Et d’ajouter « le vote des Maliens est précieux et nous devons le protéger contre toutes les ingérences, contre la fraude et contre la corruption électorale ». Enfin, pour une vraie alternance en 2018, le président des FARE propose un rassemblement des bonnes volontés. Boureima Guindo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here