Insécurité routière: Le Mali enregistre au moins dix mille victimes par an dont 35% à Bamako

25
Pour contribuer à l’amélioration rapide et durable de la sécurité routière au Mali, le Ministère en charge de Transport avec le soutien de la Banque Mondiale a organisé, du 21 au 22 décembre 2017 à l’hôtel Salam de Bamako, un atelier de validation du document de stratégie nationale de sécurité routière 2018-2027. La cérémonie d’ouverture présidée par Sina Sanogo, secrétaire général du ministère en charge des Transports a eu lieu en présence de Zie Ibrahim Coulibaly, représentant de la Banque Mondiale ainsi que plusieurs autres personnalités. Selon Zie I. Coulibaly, au Mali, malgré des statistiques peu exhaustives sur les accidents de la circulation, il est enregistré par an au moins 10 mille victimes avec une forte concentration dans la région de Bamako (près de 35%). Aussi, il est établi que ces victimes se comptent surtout parmi les piétons, les usagers des engins à deux et trois roues. Il a ajouté que près de la moitié d’entre elles ont entre 15 et 34 ans, la frange plus représentative de la population active du pays. Quant à Sina Sanogo, il dira que le plan d’action prioritaire prévu sur une période de cinq ans (2018-2022) prend en compte les insuffisances, lacunes et difficultés identifiées dans le diagnostic établi de la situation de sécurité routière. Il privilégie les interventions à résultat rapide, significatif avec effet durable répondant aux priorités de la sécurité. Le plan assure également, selon Sanogo, une progression vers la réalisation de la vision du gouvernement. La mise en œuvre du plan d’action, explique le secrétaire général du ministère en charge des Transports, devrait permettre de réduire le taux de mortalité à environ 18,5 pour 100 mille habitants soit une réduction de 25% en 2022. Dans ce cadre, dit-t-il, les mesures envisagées visent entre autres, à : rendre les routes plus sûres ; assurer une meilleure sécurité des véhicules ; inciter les usagers de la route à un meilleur comportement ; améliorer et renforcer les services d’urgences. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here