Retour d’ATT au bercail : Le ratage d’une manœuvre politicienne du pouvoir

40
L'ancien président Amadou Toumani Touré dit ATT et sa famille ont enfin regagné Bamako, le dimanche 24 décembre 2017, à bord de l’avion présidentiel du Mali affrété par le président Ibrahim Boubacar Keïta. Présenté sous l’étiquette de la réconciliation nationale, le retour d’ATT au bercail, patiemment préparé par ses amis politiques, pendant que d’autres voulaient le voir derrière le barreau, a été récupéré et précipité pour être instrumentalisé à des fins politiciennes. Mais la manœuvre a fait pitsch !!! Après son long séjour de plus de 5 ans d’exil à Dakar (Sénégal), le président ATT (dont le pouvoir a été renversé en 2012) a été accueilli sur le tarmac de l’aéroport international de Bamako-Senou, par le Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maiga et certains membres du gouvernement, avant de se rendre à Sebenikoro, au domicile d’IBK où ils ont déjeuné en famille. Le froid n’a pas empêché les inconditionnels d’ATT, l’ancien président de la République, de sortir très massivement pour accueillir leurs amis de retour de son exil à Dakar. Haie d’honneur, mobilisation des membres du gouvernement et d’anciens hauts responsables du Mali à l’aéroport, concerts de klaxon, un accueil des grands jours a été réservé à l’ancien président malien ATT à sa descente d’avion vers 11h 45mn à l’aéroport de Bamako. Le Gouvernement, la majorité et l’opposition tous ont répondu présent à cet événement qui restera gravé dans les annales de l’histoire de notre pays. A sa sortie de l’avion comme d’habitude, ATT, à coté de sa femme Lobo, accompagnés de leurs deux filles, a levé les bras sourires aux lèvres. Dans le salon d'honneur du Pavillon Présidentiel, en présence du Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga et de certains membres du gouvernement, l’ancien président ATT n’a pas caché ses émotions au cours de sa toute première déclaration. « C'est avec beaucoup d'émotions que je rentre au pays natal. Permettez-moi tout d'abord de réserver une pensée pieuse aux victimes civiles et militaires maliennes et étrangères du fait d'une guerre injuste et cruelle qui nous a été imposée depuis tant d'années. Aux blessés, aux handicapés et à tous ceux qui ont éprouvé des douleurs énormes, je leur souhaite prompt rétablissement.» a-t-il déclaré. Avant d’exprimer ses salutations et ses remerciements à l’égard du président de la République, IBK pour les efforts consentis et toutes les commodités réservées pour faciliter ce retour au pays natal. Il a aussi salué l'ensemble des anciens membres du gouvernement, des parlementaires et autres délégations présentes. «Je suis profondément comblé. Je présente, mes devoirs à l’ensemble du peuple malien et à tous ceux qui en Afrique comme à travers le monde m'ont aidé, soutenu et parfois assisté.» a-t-il dit. Ensuite, IBK a reçu, en sa résidence à Sebenikoro, ATT et sa famille pour déjeuner en famille. Au delà de l’embellie et du cérémonial, le retour d’ATT au bercail, qui avait été minutieusement préparé par ses amis politiques, semble avoir fait l’objet d’une récupération politique par le pouvoir, le présentant sous l’étiquette de la réconciliation nationale, afin d’en récolter les bénéfices politiques à l’occasion de l’élection présidentielle, dans sept petits mois. Il s’agissait d’une grosse opération de réconciliation nationale à l’occasion de la biennale artistique et culturelle (qui s’est ouverte le dimanche soir 24 décembre) devant réunir les anciens chefs d’Etat autour d’IBK, à savoir le Généraux Moussa Traoré et Amadou Toumani Touré, le Président Alpha Oumar Konaré et enfin Dioncounda Traoré. Selon un journal de la place, Alpha Oumar Konaré avait décliné l’offre. A l’ouverture de la biennale en question, le soir du retour d’ATT au pays, il n’y avait ni Moussa Traoré, ni Alpha Oumar Konaré. Seul l’ancien président par intérim, Dioncounda Traoré et son épouse étaient pour tenir compagnie au président IBK. Ainsi, telle serait la raison secrète de l’accélération par son ainé, du retour d’ATT au bercail, de sources proches des milieux politiques. ATT ne cherchait qu’à retourner au bercail, mais la tentative d’instrumentalisation de son retour aura, en effet, fait pitsch..., tel un pétard mouillé entre les mains du Président IBK! Rappelons que ATT avait été renversé, le 22 mars 2012, par le capitaine Amadou Haya Sanogo et ses hommes qui l'accusaient d'incompétence face à la rébellion dans le Nord Mali. C’est en avril de la même année qu'il a formellement démissionné, puis quitté le Mali pour s'exiler à Dakar au Sénégal. Il sera également poursuivi pour « haute trahison », avant d’être blanchi par le parlement national en décembre 2016. Le coup d’Etat qui l’a renversé n’a fait que précipiter la chute des régions du nord sous le coup de boutoir des extrémistes religieux. Conclusion : ATT n’était pas le pire. L’ancien président regagne en popularité malgré la poursuite par le régime IBK contre lui, pour « haute trahison ». Agir pour récupérer le retour d’ATT était donc une opération politique et un marchandage alléchante, à tenter. Mais la manœuvre politicienne a échoué. Et dès le lendemain lundi, ATT a rejoint les siens à Mopti, où il s’est recueilli sur la tombe de sa mère décédée en son absence. Il compte vivre dans cette ville natale où il pourrait s’occuper de son champ, loin de l’arène politique. Moussa Dagnoko Daou Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here