Retour d’ATT : Belle victoire de l’opposition et cet autre désaveu du camp présidentiel

22

Si IBK, de par sa fonction présidentielle, a joué un rôle non moins important dans le retour d’ATT, c’est surtout l’opposition politique malienne qui a fait monter la pression. Il s’agit donc d’une victoire de Soumaïla Cissé et des siens au grand regret de la majorité présidentielle et surtout du RPM à l’origine de la putative accusation de «haute trahison». Faut-il le rappeler ? Le retour d’ATT a toujours été inscrit en bonne place dans les différentes manifestations de l’opposition politique malienne. En Octobre dernier par exemple, des militants de 13 partis d’opposition et des leaders de la société civile malienne battu pavé pour demander une concertation nationale sur l’insécurité, plus d’équité dans les programmes de l’Office de radio-télévision du Mali, et aussi, réclamer le retour de l’ancien président en exil au Sénégal depuis quatre ans. D’autres manifestations ont suivi avec, toujours en toile de fond, le retour de l’ancien Président. Aussi, il nous appartient que le Chef de file de l’opposition à savoir Soumaïla Cissé s’est particulièrement investi en vue d’atteindre le résultat escompté. Il aurait agi non seulement auprès du président de la République (IBK) mais aussi de la France et du Président Macky Sall du Sénégal. Et aujourd’hui, Koulouba a fini par lâcher du lest. Il s’agit donc d’une grande victoire de l’Opposition politique et d’un cinglant désaveu pour la majorité présidentielle en l’occurrence le RPM à l’origine de l’accusation de «haute trahison» finalement abandonnée par la Haute Cour de justice, faute de preuve. Toute chose, on le devine, ayant pour conséquence de discréditer davantage la mouvance présidentielle. En définitive, c’est parce qu’il était désormais dos au mur et avec une marge de manœuvre trop étroite qu’IBK a finalement accédé à la demande très pressante de ses compatriotes de l’opposition politique et de la société civile. En contrepartie, il espère bien tirer profit de sa «gratitude». Pas blâmable. C’est à la guerre comme à la guerre ! Batomah Sissoko Source : Africatime Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here