3ème convention nationale du parti FARE AN KA WULI: Discours du Président du Secrétariat Exécutif National

39
Madame et Monsieur les Présidents d’honneur, Messieurs les Présidents et Représentants des partis politiques, Honorable(s) Députés, Mesdames et messieurs les Conseillers nationaux, Présidents de Conseil de cercle, Maires, Elus locaux, Chefs de quartier, Camarades membres du SEN, Camarades membres des Commissions Nationales, Camarades Délégués des Sections de l’intérieur et de l’extérieur, Chers Aînés, Mesdames et messieurs Rendons grâce à Dieu, Lui qui nous donne l’heureuse opportunité de nous rassembler ici en ce jour qui marque l’ouverture de la Troisième Convention Nationale des Forces Alternatives pour le Renouveau et l’Emergence, FARE AN KA WULI. Je voudrais au nom des FARE adresser mes chaleureuses salutations et mes remerciements à chacune et à chacun d’entre vous pour avoir répondu si nombreux à notre invitation à prendre part à la cérémonie d’ouverture de notre Convention Nationale. A nos camarades Délégués, observateurs, à nos militants et sympathisants, bienvenue à notre troisième convention. Nous aurons à débattre de l’état du parti depuis la dernière convention, de la situation du pays et à tracer les perspectives. Qu’il me soit permis de relever, pour m’en réjouir l’arrivée toute prochaine du Président Amadou Toumani Touré (ATT). Lors de notre deuxième convention, en notant que les FARE avaient participé à des actions avec l’opposition et des associations concernant le retour du Président ATT, nous avions exprimé l’espoir que la décision prise par l’Assemblée nationale, ouvre la voie à un retour de l’ancien président, dans des conditions conformes à son statut. Aussi, nous sommes heureux pour lui et mesurons toute l’émotion qui sera la sienne en foulant le sol qu’il aime par-dessus tout. Camarades et chers amis, Le Secrétaire général par son rapport campera nos débats sur le Parti. Aussi, permettez- moi de m’appesantir sur le thème de notre convention « Pour l’Alternance 2018, an ka wuli ». Et pour nous, cela ne fait aucun doute, seule l’alternance ouvrira de vraies perspectives à notre pays et à notre peuple ! Je suis convaincu qu’avec enthousiasme et engagement comme aux premières heures, vous ferez souffler le vent du Renouveau Démocratique, du renouveau citoyen dont notre pays a tant besoin. Ainsi, mon propos s’articulera autour de trois points qui me semblent fondamentaux : d’abord l’analyse de la situation qui fonde l’exigence de l’alternance, ensuite les conditions à réunir pour la tenue de l’élection présidentielle, enfin, comment réaliser l’alternance. Mesdames et messieurs, Parlant de la situation nationale, c’est le lieu de nous incliner pieusement devant la mémoire de toutes les victimes des ignobles attentats et autres assassinats. Nous rendons aussi hommage aux éléments des forces armées et de sécurité tombés au champ d’honneur, ceux de la MINUSMA, de Barkhane et nous associons à nos prières tous nos camarades, parents et amis qui nous ont quittés depuis. Je vous invite à observer une minute de silence en leurs mémoires. Merci ! Notre pays n’est pas sorti de la crise. Il a avec ses amis, affronté la partie la plus aigüe de la crise. Nous sommes dans la partie la plus difficile, celle de la stabilisation et qui devrait nous conduire à la normalisation. Cette stabilisation, entamée avec l’Accord de Ouaga, les élections présidentielles et législatives, devait culminer avec l’Accord pour la paix issu du processus d’Alger et, dont la mise en oeuvre allait nous conduire à la normalisation. Malheureusement nous en sommes bien loin et le risque est élevé d’un retour à une phase aigüe. Ce qu’il nous faut conjurer à tout prix. L’insécurité s’est étendue au centre, voir à l’ensemble du pays et sous différentes formes y compris les affrontements communautaires, sur fond de mutations socio-culturelles, écologiques et sur fond d’économie criminelle. Les zones grises et les « poches » livrées aux menaces, aux fréquentes attaques des groupes armés, aux assassinats basculent dans l’instabilité et deviennent dangereuses. La prolifération des armes légères s’est amplifiée, les tentations d’auto-défense, se font pressantes ; l’économie rurale se délite sous nos yeux et aggravera la crise alimentaire, le bétail… Il y a un déficit, voire une inexistence de notre administration sur le terrain. Dans de nombreuses zones le service minimum attendu par les citoyens n’est plus assuré (l’école, la santé, la sécurité des biens et des personnes…) par notre Etat. Les autorités intérimaires n’ont pas encore démontré leur efficacité sur le terrain. L’Accord pour la paix piétine, et les Maliens sont inquiets du manque de perspectives. La situation économique souffre tout autant de ce manque de vision politique structurée en programmes socio-économiques cohérents, si bien que la reprise économique tant attendue peine à se réaliser et se ressentir dans le quotidien de nos compatriotes. A plusieurs reprises, nous avons interpelé la majorité gouvernante sur l’absence de vision, de cap ; on a l’impression qu’elle n’a pas un agenda stratégique du mandat que les maliens lui ont confié. Elle nous conduit au bord du précipice ! Camarades et chers amis, Le temps joue contre le Mali, le temps joue contre le Sahel. Occupons- nous donc des seules urgences qui vaillent pour le Mali, pour notre peuple et pour notre sous-région ! De programmes d’urgence en programme présidentiel d’urgences, tout y passe, sauf s’occuper des urgences du Mali et des populations, que sont l’insécurité, l’affaiblissement de la République, le délitement de l’Etat et les risques de dislocation de la nation, entre autres. Tout cela donne le sentiment d’une majorité gouvernante qui n’a plus la confiance indispensable pour œuvrer au redressement national. Parce que l’urgence aujourd’hui, c’est de stabiliser a minima notre pays et d’organiser à date et dans la transparence l’élection présidentielle de 2018. Et Voilà les tâches indispensables, qu’il nous faut entreprendre par une initiative lucide et robuste en termes sécuritaire et politique. Agir pour garantir la sécurité et redonner espoir à notre peuple, est le premier terme de cette initiative : priorité absolue à la sécurité, la sécurisation des personnes et des biens, la lutte contre le terrorisme, contre les différents trafics. Que les groupes armés se démarquent des terroristes et narcotrafiquants, accélèrent le cantonnement et les patrouilles mixtes et, que soient engagées toutes opérations conjointes Fama, Minusma, Barkhane et la force G5, planifiées et conduites sur une longue période. Notre gouvernement doit recentrer son action, remodeler rapidement la gouvernance de la défense et de la sécurité, consacrer au financement des opérations de sécurité des ressources suffisantes… Les forces de sécurité, gendarmerie, garde nationale et police doivent se déployer pour à la fois permettre les opérations de relèvement, le retour et l’effectivité de l’administration, en coopération étroite avec les autorités traditionnelles et les populations. Ces forces doivent disposer de capacités d’anticiper, de protéger et de contrôler les espaces, dans le discernement et le strict respect des droits humains. Ce faisant et, en attendant de refonder l’Etat, commençons par le redresser, pour que les services déployés portent une autre vision de l’action étatique, celle au service exclusif du citoyen. Le Gouvernement doit donc déployer une architecture à même d’endiguer la diffusion de l’insécurité et l’extension des zones grises, et de lutter à la fois contre le terrorisme et l’insécurité quotidienne. Camarades et chers amis, Nous sommes le Sahel et à menace régionale et complexe, réponse régionale innovante. Et nos Etats doivent faire davantage confiance à une gestion régionale mutualisée de cette menace asymétrique, par des forces communes. Face au terrorisme, la réponse n’est pas que sécuritaire, elle doit s’articuler autour d’une vraie politique globale de notre géographie, forte, cohérente et adaptée à notre responsabilité dans la stabilité de notre sous-région. Nous saluons tous ceux qui se mobilisent aujourd’hui à l’international comme à l’intérieur, pour soutenir fortement l’approche « sécurité et développement » et la nécessité pour les partenaires au développement de contribuer au financement de la sécurité, parce que la formation seule ne suffit pas, l’équipement et le soutien aux opérations sont tout aussi importants. Tout en plaidant pour un financement adéquat et prévisible de la force G5, nous devons comprendre que les capacités régionales à construire doivent être adossées à une démarche qui engage les gouvernements et leurs peuples pour faire de la construction régionale sécuritaire un objet de consensus, afin de consolider dans la durée une « capacité de réponse rapide, collective et efficace» à même d’innover face à un ennemi non conventionnel. Camarades et chers amis, Au plan politique, sortons de la trappe des spéculations et des incertitudes distillées, qu’alimentent des intérêts catégoriels en conflit, des ambitions personnelles, des petites stratégies de court terme sans grand rapport avec l’intérêt général, ou encore incompréhensibles du plus grand nombre. Accrochons nous fermement à l’anse de la République et de la Démocratie, c’est la seule voie solide et durable de sortie de crise pour notre pays. Le Mali doit rester en démocratie. Là réside la seconde mission urgente que nous devons assigner à notre gouvernement : tenir à date et de façon transparente les élections présidentielles de 2018, en rapport avec les acteurs (classe politique et société civile) et les partenaires. Le vote des maliens est précieux et nous devons le protéger contre toutes les ingérences, contre la fraude et la corruption électorales. Nous devons dès maintenant promouvoir la tenue d’élections libres, justes et transparentes devant traduire la volonté authentique exprimée par le Peuple malien et, mettre fin à un régime qui menace l’existence de notre pays et compromet la stabilité de notre région. Pour cela, les forces de progrès, démocratiques et républicaines doivent se réorganiser dans un mouvement le plus large possible, pour exiger des élections libres, transparentes et équitables, où les idées et les principes ne seront plus sacrifiés sur l’autel des puissances de l’argent. Camarades et chers amis, Que faire pour réussir l’alternance qu’attend notre peuple ? L’alternance est indispensable si nous voulons nous éloigner du précipice vers lequel nous conduit cette majorité gouvernante sans vision ni cap et engager une véritable stabilisation structurelle de notre pays. Réaliser l’alternance, c’est se rassembler. Pas de se réunir autour d’une ambition personnelle et de quelques idées opportunistes comme trop souvent notre pratique partisane semble l’illustrer. Non. Il ne s’agit pas davantage de réunir des intérêts, de regrouper des forces, de mettre artificiellement des individus les uns à côté des autres. Notre propos est autre. Il s’agit de rassembler des volontés. Il s’agit d’être les catalyseurs d’un véritable renouveau démocratique, les artisans d’une véritable refondation que mérite le pays qui nous est cher, le pays que nous aimons, qui vacille dangereusement sous nos yeux. Nous voulons plus que le défendre, nous voulons le sortir du piège de l’insécurité, de la pauvreté, de la croissance économique sans perspective pour les jeunes, dont un grand nombre bascule dans l’attrait de l’émigration irrégulière avec tous ses drames. Parce que ce pays, camarades et chers amis, ce n’est ni un parti, ni un groupe, ni un clan. Ce pays, c’est un peuple, une nation, des Maliennes et des Maliens qui aspirent à la modernité, qui ont droit au meilleur et dont l’avenir ne se conçoit que si nous savons tous, nous rassembler. Je sais que rien de tout ce que je viens d’évoquer ne se décrète. Mais se construit. Il y a là affaire de prise de conscience et de volonté, de chacun et de tous. Aujourd’hui, j’en appelle donc, à tous ceux qui ont une ambition pour notre pays. Et plus d’ambition pour notre pays, que pour eux –mêmes. J’en appelle, également à tous ceux qui entendent et soutiennent l’exigence de l’alternance, à faire le choix de l’action, en rejoignant les Patriotes, Républicains et Démocrates dans le mouvement le plus large possible, pour redonner confiance à notre Peuple et, ouvrir avec lui de vraies perspectives de changement. Changement qui sera placé sous le signe de la détermination pour préparer l’avenir, de l’autorité pour protéger chacun et de l’impartialité pour renforcer la justice. Oui ! Tous ensemble, nos Aînés comme notre Jeunesse, retrouvons ce souffle qui fera de nous, les acteurs de notre propre changement. Camarades et chers amis, J’ai entrepris et je poursuivrai avec la plus grande détermination, les consultations et les discussions afin de construire l’alternative la plus crédible et la plus solide pour notre pays. Cette alternative est plus que nécessaire. Il nous la faut. Je la veux ! Je la veux, pour notre peuple plongé dans l’incertitude et qui s’inquiète pour l’avenir de ses enfants, afin qu’il redresse la tête, reprenne confiance et soit maître de son destin. Aujourd’hui plus que jamais, m’habite cette pensée qui me portait en 2013. Je pense chaque jour à ceux qui ont péri pour nous protéger, face à des forces coalisées de la trahison, du fanatisme et du grand banditisme. Je pense à leurs familles et je me pose cette question cruciale : qu’allons-nous faire de la liberté qu’ils nous ont rendue ? Allons-nous laisser se poursuivre le petit jeu de la corruption, des arrangements douteux, du laisser-aller, de l’égoïsme ? Non ! Ce serait de notre part une honte plus lourde que la défaite. Si nous voulons être dignes de ces héros, nous devons nous aussi, choisir la grandeur. Le chemin de la grandeur, celui d’un Mali propre, d’un Mali fort, d’un Mali juste, d’un Mali réconcilié et solidaire : voilà l’enjeu de l’élection présidentielle de 2018. Nous n’avons plus droit à l’erreur. Forgeons l’histoire, parce qu’il n’y a aucune fatalité, aucune prédisposition qui rendrait le Mali incapable de se donner des institutions stables et durables, des alternances pacifiques, une maturité démocratique exemplaire. Tout viendra d’ici, tout viendra de nous ou rien ne sera ! Alors, camarades, chers amis, ensemble et pour l’alternance 2018, An ka wuli ! Je souhaite plein succès à nos travaux. Que Dieu nous garde, que Dieu bénisse le Mali ! Je vous remercie. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here