Alliance pour le Sahel : son volet économique prend forme

40

Annoncée en juillet dernier, l'Alliance pour le Sahel proposée par le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel en avait surpris plus d'un. Beaucoup se sont interrogés sur le rôle de cette nouvelle structure alors que les initiatives s'agrègent autour du G5 Sahel. Une de plus ? Une alliance pour quoi faire ? Quid de son financement ? L'Allemagne va-t-elle suivre alors que c'est la France qui est en première ligne sur ce dossier et sur le front ? Faut-il rappeler que la France, présente dans cette zone avec 4 000 hommes engagés dans l'opération Barkhane, a poussé à la création d'une force militaire commune des pays du G5 Sahel : Mauritanie, Tchad, Mali, Niger et Burkina Faso ? À l'horizon de mars 2018, cette force doit compter quelque 5 000 hommes, qui seront dirigés depuis le quartier général à Sévaré, au Mali. Début novembre, elle a même effectué sa première mission commune sous le nom de code « Haw Bi ». Répondre aux défis économiques et sociaux Poussé par Emmanuel Macron, le G5 Sahel a reçu tardivement le soutien financier de l'Union européenne d'un montant de 50 millions d'euros sur les 250 millions d'euros nécessaires pour le lancement de la force commune. Voilà pour le volet sécuritaire. Car, pour le reste du message, Emmanuel Macron a une vision bien précise de la mission française au Sahel. Dans un entretien publié dans Ouest-France le 13 juillet, il expliquait : « Nous étions trop fragmentés dans nos interventions, nos interlocuteurs étaient trop étatiques. » Poursuivant : « Nous allons financer des projets, sur le terrain, ensemble. L'Alliance pour le Sahel, c'est le pilier du développement qui vient compléter notre pilier de défense commune. » Trouvant le temps de la mise en œuvre trop lent, le président français a de nouveau martelé, le 13 décembre à La Celle-Saint-Cloud : « L'ensemble des participants constitue ce que nous avons choisi d'appeler la coalition Sahel, qui va venir appuyer le travail sur le terrain de la force G5 Sahel et de l'Alliance pour le Sahel avec ses deux piliers, sécurité et développement. » Qu'est-ce que l'Alliance pour le Sahel ? En ce qui concerne donc l'Alliance pour le Sahel, les choses sont allées beaucoup plus vite que prévu. Cette initiative vise à faciliter les échanges entre bailleurs internationaux pour accélérer l'aide au développement dans cette région en proie à l'instabilité politique, économique et sécuritaire. Alors que son aide au développement pour le Sahel est estimée actuellement à quelque 600 millions d'euros, Paris annonce qu'elle augmenterait d'un tiers et a poussé à la constitution de l'Alliance qui réunit également la Banque mondiale, la Banque africaine de développement (BAD) et le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud). L'aide se déclinera en quatre grands axes : éducation-formation, agriculture, gouvernance-justice et lutte contre le changement climatique. À sa tête : Jean-Marc Châtaigner, nommé ambassadeur, envoyé spécial au Sahel, pour veiller à la cohérence de cette approche sur le terrain. Lire sur: http://afrique.lepoint.fr/economie/l-alliance-pour-le-sahel-a-l-epreuve-... Source : Africatime Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here