Retour d’ATT et les catastrophes en suspens : « Calamiteuse entreprise, un lamentable manque de discernement des acteurs », dixit Mamadou Coulibaly

45
Dans une contribution déposée à notre rédaction, M. Mamadou Coulibaly, dépeint le retour d’ATT avec son style direct, poignant rappelant ainsi des « garanties des autorités actuelles » de ne pas l’inquiéter. « Nous sommes Samedi 23 décembre 2017. On parle depuis dans les médias du retour au pays de l’ancien Président de la République Amadou Toumani Touré. Rfi même s’en est fait l’écho. Il aurait, nous dit-on, reçu des garanties des autorités actuelles « pour ne pas être inquiété » ( !?). Les autorités sénégalaises ne voulaient plus de cet hôte Si je pensais, tant soit peu, devoir m’opposer à cette calamiteuse entreprise, j’aurai écrit bien avant pour dénoncer ce qui n’est autre qu’un lamentable manque de discernement des acteurs du pouvoir. J’ai préféré de mon observatoire attendre, motus, que la vérité se dévoile pour être en droit de réagir. Voilà qu’on est au point du non-retour, puisque ce dimanche est la date retenue pour le rapatriement déguisé du furtif passé fugitif puis refugié dérangeant. On trouve moyen de maquiller ce que Maki Sall, de notoriété public, ne supportait plus chez lui. En vérité, les autorités sénégalaises ne voulaient plus, depuis un certain temps, de cet hôte devenu de plus en plus encombrant, qui continue en toute insouciance ses frasques libidinales d’hédoniste impénitent, peu regardant à son statut et à sa réputation. Toute chose déplorée même par ses inconditionnels. C’est un bon débarras pour nos frères du Sénégal. Imaginez, quand on prend congé de ses hôtes après un séjour de 4 ans, le fait-on en catimini ? Qu’est-ce qui explique le silence gêné sénégalais, et le tintamarre côté français sur Rfi ? Allez savoir. Une grosse bévue du régime… Le régime en place commet une grosse bévue en permettant ce retour de l’auto exilé prodigue (un retournement de situation dont il mesure mal les implications), après que des obligés au Parlement aient prétendu n’avoir rien trouvé à reprocher à notre Ponce Pilate. Koulouba fait montre d’une extrême légèreté en cautionnant cette livraison du colis débarqué en disgrâce. Ce mauvais calcul de politicaillerie est en fait une impéritie caractérisée qui se double d’une faute politique gravissime. La question qui vous taraude l’esprit est de se demander si le premier magistrat a vraiment une équipe à hauteur de mission, ou simplement des amis avisés pour se faire pareil harakiri (ç’en est un), se laisser aller à une telle naïveté débonnaire qui frise une ignorance politique insondable. Pourquoi ? Sidéré par l’insensé de l’acte Jusque-là, je m’étais abstenu de dire quoi que ce soit sur le régime actuel, me faisant comme à l’accoutumé le devoir plutôt de procurer un piédestal pour aider, quand ça clopine, réservant mes griffures pour l’heure des comptes. Mais, je suis franchement sidéré par l’insensé de l’acte outrageant que pose le Chef de l’Etat en voulant blanchir “un homme condamné par l’histoire”. D’aucun pense y voir une quelconque dividende politique, absurde. Je suis désolé de devoir dire que le Président IBK visiblement n’a rien compris au pourquoi du score dont il se glorifie tant. Il n’a pas compris pourquoi le vulgum pécus avec des foules en infirmité : aveugles, malades, alités et séniles, se sont tant donnés la peine, malgré leur état souffreteux, de chercher leur bureau de vote pour manifester… ce qu’ils ressentaient de poignant. Nullité de notre personnel politique… Qui a dit que le vote massif d’août 2013 était un vote de confiance ? La nullité de notre personnel politique est telle qu’il est incapable d’avoir une lecture lucide de la situation. Les 77 % et plus de vote spontané pour IBK n’exprimaient pas une popularité ex nihilo du candidat bénéficiaire, cela aurait immanquablement rejailli sur son parti, qui n’en serait pas la formation moribonde, désaffectée, que l’on a connue. Le vote majoritaire du peuple aux dernières présidentielles était surtout un vote de défiance qui lui a profité, les analystes pour la plupart en conviennent, et cela s’explique aisément. IBK écarté par AOK, politiquement fini Ecarté par Alpha Oumar Konaré, dont il était le premier ministre, puis évincé du perchoir par ATT, après avoir trôné au Parlement, l’image d’IBK victime de ses prédécesseurs, n’a le moins du monde touché dans l’opinion ceux qui étaient indexés en compagnons lâcheurs. Si c’était le cas, son parti s’en serait trouvé auréolé et renforcé. Nous sommes dimanche 24. Le mandat d’ATT finissant, IBK était pratiquement fini politiquement, sans soutien, sans grand moyen. Ce sont les mutins de Kati indéniablement qui l’ont remis en selle car le sortant, qu’il accueille en pompe, avait, lui, d’autres projets. Se ressaisissant pour vite prendre ses distances d’avec le FDR (soi-disant front de sauvegarde de la démocratie… des farfelus) de l’époque, il nous a rejoint à la Maison des Aînés pour ensemble dénoncer les apatrides et fumiers qui sont allés souiller l’image du Mali à Ouagadougou. Cissé le vaincu de 2013 n’a pas compris Et, c’est en manœuvrant pour se maintenir à équidistance des groupes sur la scène, à l’absence d’un leader émergeant des forces populaires pour en imposer, qu’il finit par emprunter le couloir médiane charriant le ressentiment des populations maliennes, et qui fera sa soudaine baraka. Il est évident que le RPM n’y est pour rien ; la junte katoise, pour très peu ; et la France, pas plus. Grâce à ses experts, ce pays a surtout une longueur d’avance qui lui permet d’influencer le jockey victorieux par quelques attentions pour en faire bon gré mal gré un redevable, tenable, sinon prenable. Il se trouve que M. Cissé, le vaincu de 2013, non plus, n’a pas compris que c’était beaucoup moins un rejet de sa personne (comme il l’a interprété) que du système qui s’était ligué derrière lui : un concert de malpropres récurrents, de gueux, de voyous en position de défendre leurs biens mal acquis, des avocats du diable, opportunistes et profiteurs, complices de la traîtrise manifeste du pouvoir déchu. IBK, le sauveur… Le peuple visiblement mesurait, tant bien que mal, les enjeux du maintien aux commandes de cette tourbe de politiciens alignés, ayant précipité le pays dans l’abîme. Les épisodes de mise à la touche d’IBK par ceux qui, pour l’opinion, endossaient la responsabilité de la faillite de l’Etat, sa longue traversée du désert, mais aussi le souvenir d’un décideur de poigne ayant fait preuve de fermeté, vont lui conférer incidemment l’image miraculeuse du Sauveur repenti sur le chemin de croix. Je dis bien repenti, car on sait qu’il a trempé. Prétendue réconciliation ! Que Diable IBK apporte-t-il à la nation malienne éplorée, en se mettant ainsi dans la peau ridicule d’un Koulé, collabo honteux, passé boisselier assigné à coudre des bris de calebasse, d’une prétendue Réconciliation ? Entre qui et qui ? Le peuple malien martyr n’est-il pas digne d’avoir son mot à dire quand se joue son destin ? Kòrò, ça ne passe pas. Nul besoin de revenir sur le sinistre bilan des compromissions de la “démocratie de façade” du soudard nickelé. La haute trahison du Général déguerpi à la sauvette se passe de commentaires, pour qui n’a pas la mémoire courte. Il est l’artisan d’un pouvoir “médiocrétin” basé sur le régionalisme, le copinage, la famille, l’ethnicité, le corporatisme, la jalousie des brillants, la vengeance sournoise, la duplicité, l’hypocrisie et le mensonge, la manipulation des esprits fragiles et du religieux, la haine viscérale pour certains, j’en passe car il y a bien autre chose. L’installation des puissances synonyme d’insécurité !!! Les Maliens ne sont pas les seuls témoins, encore moins les seules victimes, de sa forfaiture dévoilée au grand jour, et qui a permis aux puissances, dont la France, de venir s’installer chez nous avec troupes, bagages et mercenaires, pour nous mettre tranquillement en insécurité et voler nos richesses, sous prétexte de lutte contre le terrorisme, dont elles sont irréfutablement les vrais marionnettistes. Soyons dignes, pour ceux qui le peuvent, car la nature est la nature. Min Yé Min Yé, O Yo Yé. Ne nions pas l’évidence, mes frères, par pur intérêt sordide, car l’histoire vous rattrape en bout de course inévitablement. Ayons souci de notre fin : Labanko jòrò. Les fuites en avant ne sont que lâcheté. Ayons le courage de la vertu. Les fossoyeurs de l’ordre républicain Nos fossoyeurs de l’ordre républicain, se prenant pour de grands stratèges, ont ravalé l’Etat malien à un si bas seuil, que la déculotté au grand jour de gouvernants méprisables est applaudie par des thuriféraires, des courtisans en ventre, aveuglés, qui ont bouffé leur cervelle de bon toutou fidèles au maître. Que chacun se le tienne pour dit, ce n’est pas l’onction de compères politicards dans des assemblées “bon foutou” qui va plébisciter qui que ce soit. L’Histoire est implacable ; nul temps ne presse dans son infinitude. Chacun, même de sa tombe, répondra de ses actes. Janjo pour ceux qui osent mourir pour la patrie. Ils seront rejoints tôt ou tard par les zéros. Gouvernance de sangsues Après tout ce qui s’est passé, l’humiliation historique des “descendants des grands empires” ; toute la honte bue par notre peuple durant ces années d’occupation du sol national ; toutes les souffrances de nos populations qui continuent dans le Nord et partout ailleurs, il est difficile de croire que de vrais fils du Mali osent venir se perdre en élucubrations- entre incantations, évocation de Dieu et valeurs sociétales, pour ne trouver aucun coupable à notre déchéance. La déchirure malheureuse du tissu social provoquée par cette gouvernance de sangsues et d’apatrides a fini d’installer par endroits une méfiance entre les paisibles populations : les Bambaras et leurs frères Tamasheq, Sonrhaïs, Maures, Peuls ; aussi entre Peuls et cousins Dogons ; exacerbant des conflits communautaires en tout genre. L’Etat de mensonge permanent a supplanté le mensonge d’Etat conjoncturel. ATT coupable… Ces énergumènes qui annoncent qu’ATT est responsable et non coupable (U té Allah don), finiront bien un jour par prétendre que leur forfaiture- c’est la faute de nous tous : à la fois ceux qui ont été aux affaires, gouverné, pris et pas pris les décisions, qui ont volé, traficoté, comme tout le monde le sait, pour accaparer, s’enrichir indûment, et ceux qui les ont subi et souffert, et même parfois dénoncés. La foutaise au sommet, décidément. Ces eunuques, au cerveau rabougri par leur concupiscence, veulent, dans ce jeu de déloyauté envers la Nation malienne, mis en évidence dans ce folklore politique de mauvais goût, instituer l’impunité, cela pour leur propre immunité permanente. Car si ATT n’est pas coupable, soit, quel autre coupable allons-nous trouver aux dérives de sa gestion du pouvoir ? Il faut obligatoirement une réponse crédible pour que la page se ferme. A yé siran Allah nyè. Moussa Traoré jugé, pourquoi pas ATT ? Je dis, Moussa Traoré n’a-t-il pas été jugé pour situer les responsabilités de sa gestion des événements avec ses équipes ? Pourquoi donc ATT, lui et les siens, ne doivent répondre de rien ? Qui ne veut pas de la justice dans ce pays ? Qui craint ou veut couvrir quoi dans les événements d’effritement de l’Etat, pire par endroit que ceux de 1991 ? Qui pense passer par pertes et profits la vie de nos jeunes soldats héroïques abandonnés à Abéibara et Aguel Hoc, celle de tous les agents de l’Etat, civils et militaires, des chefs de village et élus et aussi des citoyens ordinaires qui continuent d’être fauchés, exilés, déplacés, avec toutes les peines de ce statut marginal qu’ils doivent à ceux qui nous gouvernent ? On est fondé à penser que dans le crime perpétré contre le peuple malien, ATT ne doit certainement pas être le seul à devoir répondre, n’étant qu’un Valet entre des Rois, des Reines et des As. Si le micmac, le business, est de refuser le procès d’ATT, incontournable pour que les Maliens comprennent qui a fait quoi pour nous livrer à l’ennemi, et aussi pour le disculper, s’il n’a rien à se reprocher, le Peuple saura juger les coupables à son heure, où qu’ils soient. Le monde entier est témoin… Le monde entier est témoin de l’implication des plus hautes autorités maliennes d’alors dans le dossier du narcotrafic qui a trouvé chez nous un terrain d’incursion : infrastructures réalisées pour, opérations montées, routes empruntées et itinéraire suivi, agents affectés pour la couverture, et la sécurisation des convois, blanchiments, etc. Des acteurs sont encore en vie et peuvent témoigner. Pourquoi vouloir se mentir sur ce qui est su et connu du monde entier ? Il faut que soit compris que nous ne serons dignes aux yeux de nos frères africains et du monde qui nous observent que si nous osons regarder la vérité en face et non nous dérober, que si nous nettoyions nos écuries d’Augias et non nous cacher dans les crottes. Quoi de mieux qu’un procès pour nous laver de tant de souillures qui salissent notre mémoire collective, assombrissent l’histoire d’un vaillant peuple de bâtisseurs, de bout en bout ? De grâce, un peu de respect pour les maliens De grâce, un peu de respect pour les Maliens, pour ce peuple balloté au bout de sa grande misère résultant d’une gestion catastrophique de l’Etat, depuis 1968. Après 1991, c’est une précarité concoctée par des prétendus démocrates, discoureurs endimanchés, escrocs, voleurs, devenus des milliardaires avec leurs familles, leurs enfants, leurs amis, leurs maîtresses, leurs fidèles, flanqués de pitbulls, dangereux suppôts chargés d’aboyer, de mordre, de dissuader, voire éliminer les patriotes exaspérés par tant de débauche et de vilénie. IBK responsable de la déliquescence de l’Etat ! Si IBK nous avait paru à distance plus conséquent, mieux au fait et plus respectueux des canons républicains, différent de la horde des prédateurs regroupés en association politique de malfaiteurs, il porte pleinement et logiquement sa part de responsabilité indivise dans la déliquescence de l’Etat. Ce qui est grave dans son geste malencontreux, pas vraiment réfléchi, digne d’apprentis politiciens, c’est qu’au-delà des scandales et fourvoiements liés à sa gestion et dénoncés par ses détracteurs, il confirme aux yeux de ceux qui ne voulaient y voir que de regrettables dérapages incontrôlés, croyant mordicus à ses « Soubahana wa talla », qu’il est moins innocent et plus un acteur à la manœuvre dans les actes incriminés. J’ai eu à le dire, et cela est bien clair – les gestes de tolérance, de civilité et de pardon mutuel entre responsables politiques, tenants de régime, n’engagent qu’eux-mêmes, et pas le peuple malien, qui reste souverain. Un Président de la République ne saurait absoudre qui que ce soit, encore moins lui-même, de répondre de ses crimes. Et, lorsque la connivence devient une combine d’impunité entre les animateurs des institutions censées garantir l’égalité, la justice, le droit, l’équité pour tous, le peuple est en devoir de rompre ce cirque de basse-cour et reprendre le pouvoir délégué à ses mandataires corrompus, déviants, complices des forfaits commis sous la couverture de leurs fonctions. Catastrophe à venir… Dans un registre convergent, j’ai parlé de catastrophe à venir. Rfi, par son correspondant à Bamako, Anthony Fouchard, nous a informés, courant novembre, que des “artificiers” seraient gracieusement venus de Syrie au Mali, pour la fête sans doute. Il n’indique pas le vol emprunté, les consulats impliqués dans le transfèrement. C’est le ce chef de la MINUSMA qui est pris en témoin, chargé de passer le message. Quelle en est la source ? Les services des puissances qui nous veulent tant de bien, assurément. C’est dire que nous devons nous attendre à du grabuge français les jours à venir, comme en Catalogne, des feux d’artifice à l’artisanal de la plus belle facture, puisque depuis des années, nos amis ont en projet de nous faire une fin d’année tragique, pétillante, sanglante, qui, à défaut, a fini entre le Bataclan parisien et le Radisson Blu de Bamako, en novembre 2015. Ces montages et crimes ne resteront pas impunis, car il y a un Dieu qui veille sur l’immanence de ses créatures dotées d’une âme. Seuls les mécréants attentent à la vie d’autres humains aussi gratuitement. S’ils pensent avoir un marché prospère de leur terrorisme chez des Nègres simplets, pour idiots, nous les patriotes nous sommes conscients qu’il ne s’agit en vérité que d’une agression coloniale en invasion maquillée d’un pays souverain, dont ils auront à répondre, un jour ou l’autre, tôt ou tard. Et, les richesses volées seront restituées intégralement. Le jeu des puissances coalisées et de décimer toute force de résistance intérieure au Mali… Dans tous les cas, le jeu des puissances coalisées pour agresser le Mali, utilisant la couverture de l’ONU, consiste à décimer en douceur, parfois avec fracas, toute force de résistance intérieure, à nous installer dans un climat de hantise et de peur qui leur laisse le champ et le temps de racler tout l’or et le diamant de Kidal ainsi que le pétrole du bassin de Taoudéni, avec la bénédiction des mouvements des ânes du Tilemsi. Pour cela, tous les moyens sont bons pour nous distraire : attentats, attaques, meurtres, assassinats, embuscades, dérapages, bavures, mais aussi, dans la panoplie des mises en scène, ce retour d’Arlequin orchestré par un Président surveillé, cerné, neutralisé, qui n’a plus aucune commande véritable de son pays, royalement installé dans un rôle de figurant major pour prononcer des discours, rien que des discours et tous les discours, Alléluia ! Il voit bien le désastre autour de lui, les divagations des proches, mais reste incapable de la moindre résistance, ou d’une quelconque initiative en dehors du miroir aux alouettes du G5 Sahel, avec des milliards en os pourléché pour les chiens en appétit. Aucune foule derrière ces hommes politiques On m’a parlé d’une foule à l’accueil du rapatrié de ce dimanche ; on a vu la foule derrière Ras Bath, le jeune activiste très populaire ; on voit encore la foule derrière les leaders religieux, le vent en poupe ; le Général démissionnaire aussi draine foule chez lui m’a-t-on dit ; mais depuis au moins deux décennies, aucune foule derrière aucun des hommes politiques qui se veulent un destin de présidentiable. Une honte. Ils appréhendent déjà les bruits de casseroles après eux s’ils osaient. C’est pourquoi, ils ne misent généralement que sur les milliards volés, pour subjuguer les nécessiteux, acheter des consciences et des voix pour exister, et avoir des rats affamés, des partisans sponsorisés, à scander leurs noms entachés. Ils n’ont aucune légitimité Ils n’ont aucune légitimité, et à court d’idée, ils sont prêts à twister avec le démon et chercher refuge à l’ambassade du diable. C’est la preuve que ces gens ne peuvent plus rien apporter au Mali, et qu’il faut nécessairement renouveler la classe politique, en travaillant à disposer d’une relève ayant une saine culture politique, une moindre culture générale, capable de mobiliser les citoyens autour d’idéaux et non de masses d’argent à partager, parce que formée à la bonne école que les jeunes générations actuelles peinent à trouver. Dieu sauve le Mali et le préserve de tant d’infamie et… de vacuité. Mohamed COULIBALY Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here