CAFO : Mme Dembélé Oulematou Sow élue présidente pour 5 ans

41
Apres des années de crise due au refus de la présidente sortante, Mme Traoré Oumou Touré d’organiser l’assemblée générale élective, la Coordination des Associations Féminines et ONG (CAFO) pourra bientôt commencer son fonctionnement normal. Le bureau exécutif national a tenu une assemblée générale extraordinaire le samedi 30 décembre 2017 dans la salle de conférence du mémorial Modibo Keita. C’est Mme Dembélé Oulematou Sow qui est élue présidente pour 5 ans. Les travaux de ladite assemblée générale extraordinaire étaient présidés par la secrétaire générale du bureau sortant, Mme Dembélé OulématouSow, en présence des représentantes de la CAFO de toutes les régions du Mali et celles des coordinations des six communes du district de Bamako,de Mme Nene Touré, représentante de la première dame , du maire de la commune III du district de Bamako, du représentant des familles fondatrices de Bamako etc. Précisions qu’au cours de cette assemblée générale extraordinaire, les participantes ont apporté de l’amélioration sur les textes qui régissent la CAFO tout en modifiant certaines parties, elles ont fait des résolutions et ont élu un bureau de 33 membres dirigé par Mme Dembélé Oulematou Sow. D’ abord, dans son mot de bienvenue, le représentant des familles fondatrices de Bamako s’est réjoui de la tenue de cette assemblée générale de l’association faitière de la femme malienne. Il a ensuite rappelé la nécessité de l’union des femmes maliennes avant de souhaiter les vœux des familles fondatrices de Bamako à tous les membres de la CAFO. Mme Keita Aminata Ba, maire de la commune III du district de Bamako, a félicité ces femmes qui se sont battues en longueur de journée pour que cette assemblée générale extraordinaire ait lieu. Pour elle, la tenue de cette assemblée générale peut être synonyme de l’amélioration des conditions de vie et de travail des femmes Maliennes partout où elles sont.Elle a enfin rassuré les participantes du soutien et de l’accompagnement de la mairie de la commune III. Dans son discours d’ouverture, la secrétaire générale du bureau sortant, Mme Dembélé Oulematou Sow a rappelé la division qui règne au sein de la CAFO depuis des années. « Depuis près de 10 ans, notre organisation traverse une grave crise interne.Les femmes du Mali, malgré les innombrables efforts fournis, les inlassables combats menés, ont dû marcher en rangs dispersés, déchirés par des querelles intestines, des conflits de personnes… », A-t-elle rappelé avec regrets. « Cette situation désastreuse ne saurait en aucune manière nous honorer », a ajouté la secrétaire générale du bureau sortant. Pour Mme Dembélé Oulematou Sow, les femmes maliennes ont fortement besoin de l’organisation pour lutter contre tous les maux auxquels elles sont victimes. Avant de déclarer l’ouverture officielle, pour le bonheur de la CAFO, elle a invité tout un chacun d’être démocrate tout en respectant les textes de leur organisation. Au cours des travaux, des modifications ont été apportées dans les textes. D’abord, au lieu de deux mandats de cinq(5) ans, chaque présidente n’est élue que pour un mandat de cinq (5) ans. Après le mandat, la présidente sortante ne peut plus se présenter à sa propre succession mais elle peut occuper autre poste dans le bureau. Une autre modification est que les présidentes élues au niveau régionales sont désormais membres du bureau exécutif national. Un troisième point, le nombre des membres du bureau exécutif national est passé de 21 à 33. Apres les modifications des textes, les participantes ont élu un bureau de 33 membres dirigé par Mme Dembélé Oulematou Sow.Ce bureau, élu pour 5 cinq ans, travaillera pour non seulement l’union des femmes du Mali, de la défense de leurs droits mais aussi pour l’amélioration de leurs conditions de vie partout où elles vivent au Mali. En ce qui concerne les résolutions , elles sont entre autres : la reconnaissance de la CAFO, organisation faitière des femmes du Mali et de son accompagnement dans toutes ses actions pour le saut des femmes maliennes ; la défense des droits des femmes sur l’ensemble du territoire national ; la mise en place des bureaux de la CAFO dans toutes les régions, cercles et communes du Mali dans un bref délai ; la lutte contre toutes les violences auxquelles les femmes sont victimes ; faire régner la communication entre les membres de la coordination des associations féminines et ONG(CAFO) etc. BoureimaGuindo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here