Comme face à Poutine, Macron a mis les pieds dans le plat face à Erdogan

14

DIPLOMATIE – Le cadre n’était pas aussi majestueux qu’à Versailles quand il avait rencontré Vladimir Poutine. Mais le ton du discours d’Emmanuel Macron face à Recep Erdogan, son homologue turc ce vendredi à l’Elysée, rappelait celui tenu à l’époque.

 “Il nous faut dans un dialogue exigent, évoquer nos désaccords pour les réduire mais surtout renforcer ce qui nous lie”, a résumé le Président français.

Cela implique de saluer par exemple une coopération “exemplaire” sur le front du terrorisme ou de signer des contrats commerciaux comme ce fut le cas avant la conférence de presse des deux Présidents. Cela implique aussi de dire ce qui ne va pas. Le chef de l’Etat l’a dit de manière non déguisée. “Les évolutions récentes de la Turquie ne permettent aucune avancée dans le processus d’adhésion à l’Union Européenne”, a déclaré Emmanuel Macron qui a proposé à Ankara “un partenariat” plutôt qu’une “adhésion”. “La Turquie est fatiguée d’attendre”, a répondu Recep Erdogan.

Il faisait ainsi référence à la purge lancée par Recep Erdogan depuis la tentative ratée de putsch contre lui en 2016. Le chef de l’Etat a évoqué “un chemin de crête tortueux” pour mener la lutte contre le terrorisme dans le respect de l’Etat de droit. “Nous avons des désaccords sur la vision des libertés individuelles qui est la nôtre. (…) Les démocraties doivent respecter un Etat de droit”, a-t-il ajouté.

A ce sujet, Emmanuel Macron a dit avoir donné à son homologue une liste de noms de personnalités incarcérées alors que les raisons de leur emprisonnement sont contestées. “Nous continuerons à dialoguer pour que tout ce qui peut être réglé le soit”, a-t-il conclu.

Par huffingtonpost.fr

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here