Coup de griffe : Telecel ! Pour en rajouter au vacarme ambiant ?

7

De la concurrence ! Il y en aura bien dans le secteur des télécommunications où le duel des deux compagnies, qui nous enquiquinent à longueur de journées à coups de messages publicitaires intempestifs, vient d’être désormais cassé avec l’arrivée de Telecel via Atel-sa, une autre compagnie qui a commencé ses activités à Bamako et affiche de grandes ambitions pour le Mali. 100 milliards de francs Cfa ont été déclarés investis par les patrons de cette nouvelle compagnie qui en ont mis du temps pour enfin se décider à sortir de l’ombre et faire de leur présence au Mali non une réalité scripturale, mais une partie du décor de la vie quotidienne de la population. L’essentiel, pour les consommateurs que nous sommes, c’est de voir les offres des prestations de télécommunications s’améliorer dans une saine concurrence, en faisant attention aux dérangements et autres désagréments que nous subissons, notamment avec ces messages publicitaires agressifs, réveillant parfois du sommeil ou coupant le bonheur d’une galante compagnie lorsqu’on sursaute suite à un message indésirable, tombé malheureusement comme un morceau de charbon dans du lait caillé.

En d’autres termes, l’arrivée d’un nouvel opérateur va-t-elle signifier une intensification des campagnes de promotion à la limite du harcèlement ?  Bon, ce n’est pas grave si c’est pour en faire profiter la clientèle. Ce qui n’est souvent pas évident. Et puis, me direz-vous, on est dans le domaine de la téléphonie où les tonalités et sonneries sont faites pour être bien entendues. Alors vous avez raison. J’abdique ! Vivement donc le quatrième opérateur qui sera choisi courant 2018. Et les quatre ensemble, que ça sonne, sonne encore et tonne jusqu’au coin le plus reculé du Mali. A ce jeu, tout le monde sera servi sur l’ensemble du territoire. Mais cela veut dire aussi que cela doit beaucoup sonner au niveau du Trésor public où malheureusement c’est le contraire qui s’y passe. En effet, au niveau des caisses du Trésor public, cela ne sonne jamais, même en cas de grande communication avec les sociétés de télécommunications. Si les caisses se remplissent davantage, c’est parc que cela crie et sonne fort sur les réseaux des télécommunications, jusqu’à l’encombrement. Oui, le chiffre d’affaires et conséquemment les impôts s’en portent mieux, mais le silence radio reste la sonnerie préférée au Trésor public. Le contact direct des compagnies de télécommunications avec les caisses du Trésor public – qui se voient ainsi renflouées – demeure la seule communication au monde qui se passe sans clic ni tonalité ni aucune autre sonorité. Bon, ça aussi, c’est la vie ! Comme le rappelle souvent un de mes amis commerçants qui se promène très souvent les poches trouées : “L’argent n’aime pas le bruit“. Effectivement, les rares fois qu’il sort une liasse de son portemonnaie, c’est pour écouler des billets de banque très fatigués et des billets pareils, ça ne craque pas. Alors pas du tout ! A.B.N.  

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here