Du retour d’ATT au procès de Sanogo et co-accusés : Un challenge de taille pour le Président IBK

25
Chassé du pouvoir par un putsch le 22 mars 2012 et reconnu comme persona non grata, l’ex-président Amadou Toumani Touré fut accueilli en héros le dimanche 24 décembre 2017 par son successeur IBK. Le retour au bercail dans de telles conditions était quasiment inimaginable à cause d’une d’un projet de loi voté par l’Assemblée nationale, qui accusait ATT de haute trahison, avant qu’il ne soit blanchi quelques mois plus tard. Ce retour héroïque d’ATT de son exil, réalisé par le Président de la République IBK, est tout de même un grand pas pour la paix et la réconciliation nationale même si la question de l’Azawad reste floue. Une page très importante de l’histoire du Mali est sur le point d’être inscrite par l’actuel homme de Koulouba, IBK, s’il parvenait à en conclure. Sur ce, nombreux sont ceux qui s’interrogent sur le cas des ex-putschistes emprisonnés à Manantali et Sélingué, et dont le verdict du procès pourrait faire basculer à nouveau ce pays. A quelques mois de l’élection présidentielle, le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéita a peut-être l’unique cartouche de reconquérir son électorat et sa popularité de 2013, même si on sait que l’opposition aussi a suffisamment eu le temps et les moyens adéquats de bien discuter ce scrutin. Sachant que toutes les initiatives pour une véritable paix et une réconciliation nationale avaient presque échoué tant qu’au nord qu’au sud, c’est pratiquement le moment opportun et une décision sage du Président de la République de ramener tous les Maliens et Maliennes autour de l’idéal d’une véritable paix durable. Le retour d’ATT ouvrira-t-il la chasse aux ex-putschistes et alliés ? Voilà la question qui mérite une attention particulière. Si l’heure est à la récupération politique pour le Mandé Mansa qui a subitement multiplié les réalisations ces derniers mois, on pourra donc se demander le rôle que jouera l’ex-Président Amadou Toumani Touré, dont les alliés et collaborateurs attendaient avec impatience. Un véritable casse-tête s’installe au sein de la classe politique malienne, dont le citoyen lambda reste un simple spectateur. Si la résolution de la crise malienne n’est toujours pas une réalité pour le Président IBK à quelques mois de la fin de son mandat, la gestion du procès des ex-putschistes, combinée au retour héroïque d’ATT, lui donnera une occasion de redorer le blason. Le général démissionnaire Moussa Sinko Coulibaly, cet ancien putschiste qui n’a pas caché son amertume pour l’actuel Président de la République Ibrahim Boubacar Kéita, verra en ATT un répondant et pourra prendre du recul. Pour corroborer tout cela, seule une clémence et une justice équitable pourront être les éléments essentiels pour y parvenir. A moins qu’une main invisible n’intervienne pour appuyer le Président IBK dans ce challenge, sinon il risque de rater une occasion en or pour la paix et la réconciliation au Sud. Adama Traoré Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here