Projet d’eau de Kabala : Le rythme est bon

27
Le taux d’exécution global des travaux est de 70%. Les premières goûtes d’eau de la station sont attendues en décembre 2018 Il n’y a pas de difficulté majeure dans l’exécution du Projet d’alimentation en eau potable de la ville de Bamako à partir de la localité de Kabala. Les travaux avancent normalement conformément au planning des entreprises. Le constat a été fait par le ministre de l’Energie et de l’Eau, Malick Alhousseini qui s’est rendu, samedi dernier, sur le chantier dans le cadre du suivi régulier des travaux. Le ministre était accompagné des membres de son cabinet, du directeur national adjoint de l’Hydraulique, Djouoro Bocoum, des directeurs généraux de la Société malienne de patrimoine de l’eau potable (SOMAPEP-SA), et de la Société malienne de gestion de l’eau potable (SOMAGEP-SA), respectivement Yénizanga Koné et Boubacar Kane. Cette visite du ministre en charge de l’Énergie s’inscrit dans la mise en œuvre du Programme présidentiel d’urgences sociales d’accès à l’eau potable. Avec une production attendue, en fin décembre 2018, de 144 millions de litres d’eau potable par jour, le projet d’eau de Kabala permettra de mettre fin à la crise récurrente de l’eau potable dans la capitale. C’est par le chantier de la station de production que le ministre a débuté sa visite. La mission de contrôle Merlin/CIRA, chargée du contrôle et suivi des travaux a présenté l’état d’avancement du Projet. Les travaux évoluent normalement et le taux d’exécution est en phase avec le délai contractuel, a indiqué le représentant du cabinet Merlin/CIRA, Serge Konan. Les ouvrages de génie civil sont en progression. Il s’agit notamment des ouvrages de la prise d’eau dans le fleuve Niger, ceux des canaux de liaison, la station d’exhaure et la conduite de refoulement des eaux brutes. Le taux d’exécution global des travaux est de 70% a souligné Mamadou Sangaré, coordinateur du projet d’eau de Kabala, tout en assurant le respect strict des délais contractuels des marchés. « Les premières goûtes d’eau de Kabala seront disponibles au plus tard le 14 décembre 2018 », a-t-il confirmé. Le ministre est allé ensuite voir les ouvrages pour s’enquérir de leur qualité. Partout, les ouvriers s’activent sur ce grand chantier qui est aussi un cas d’école par son envergure et sa complexité. Les entreprises travaillent à mettre la dernière touche dans certains endroits. Le ministre les a exhortés à maintenir le cap avant de réitérer la disponibilité de son département à tout mettre en œuvre pour leur faciliter la mission. Après le chantier du projet d’eau de Kabala, le ministre s’est rendu à la Cité universitaire dans la même localité. Ici aussi, il a visité l’installation autonome de production d’eau potable du site qui s’apprête à accueillir 40 000 étudiants au titre de l’année universitaire 2018-2019. L’ouvrage est composé de trois forages nouvellement construits d’un débit cumulé d’une trentaine de mètres cubes. Le ministre a instruit aux sociétés d’Etat SOMAPEP-SA et SOMAGEP-SA de prendre en charge la gestion et le renforcement de ces ouvrages pour répondre à la demande en eau des étudiants. Malick Alhousseini a donné l’assurance que toutes les dispositions seront prises pour satisfaire les besoins en eau et électricité de l’Université de Kabala dans le cadre de la collaboration entre son département et celui en charge de l’Enseignement supérieur. CCOM/MEE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here