Le président du front social de l’opposition, Dr Aboubacar Sidiki Fomba à propos des 13 000 tablettes : « Ces 3,8 milliards de FCFA pouvaient être utilisés pour sauver plus de cinq millions de Maliens menacés par la faim en 2018 »

23
Après la décision du Conseil des ministres du vendredi 5 janvier de satisfaire à une vieille promesse du président IBK relative à l’utilisation de 3, 8 milliards de FCFA pour l’achat de 13 000 tablettes destinées aux étudiants maliens, le président du front social de l’opposition, Dr Aboubacar SidikiFomba estime que cette somme pouvait servir à réaliser plusieurs projets de développement. Selon lui, ce montant puisé sur le Fond d’accès universel (FAU) est d’une dépense inéligible. Et de poursuivre que même si cela devait être, il pense que les 3,8 milliards de FCFA pourraient financer la construction de 140 écoles, de plus de 253 projets en raison de 15 millions par projet. Cela pouvait réduire considérablement le nombre très élevé dechômeurs dans notre pays. « Le montant peut également servir à financer plus de 140 projets maraîchers, car selon les statistiques plus de cinq millions de Maliens seront menacés par la famine en 2018 », a laissé entendre Dr Fomba. À ses dires, ces sommes pourraient servir à autre chose que pour financer des tablettes pour des étudiants. De son point de vue, ces tablettes n’auront aucun effet sur la qualité des enseignements. Plutôt, précise-t-il, elles serviront à diviser davantage le milieu des étudiants déjà fragilisés par des affrontements entre des clans rivaux dans les différentes facultés. Il a mis l’occasion à profit pour évoquer la qualité de la relation entre le Mali et la Communauté internationale. D’après lui, l’incompétence de la diplomatie malienne sous lerégime IBK met en cause la souveraineté du Mali.« C’est cela qui explique que les Nations unies offrent un espace d aux ex-rebelles pour parler de l’opérationnalisation du MOC, du retour des réfugiés et du recensement de la population du Nord sans associer les autorités maliennes », a-t-il déploré. Mama PAGA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here