Hôpital du Point G : Quand l’eau manque…

35

Agents de santé, patients et accompagnateurs, simples visiteurs du prestigieux hôpital du Point G étaient confrontés, hier dans la matinée, à une coupure d’eau inhabituelle. Devant les toilettes ouvertes au public, toutes les bouilloires étaient vides. Les lessiveuses se tournaient les pouces, faute d’eau. Munis de bidons ou de seaux vides, beaucoup de gens faisaient le tour des différentes bornes fontaines installées un peu partout dans la cour de cette structure hospitalière. «Nous sommes sans eau depuis lundi soir à 22 heures. Les réserves d’eau sont toutes vides», nous a confié une dame qui effectuait des va-et-vient entre les bureaux du service d’urologie et la toilette. Elle se démenait sans succès pour trouver de quoi remplir les bouilloires.

Cette interruption de la fourniture de l’eau était due à une coupure d’électricité survenue lundi au niveau du quartier de Djicoroni où est installée une des stations de pompage de la Société malienne de gestion de l’eau potable (SOMAGEP), a précisé le patron de la cellule de communication. Abdoul Karim Koné a, contacté par nos soins, expliqué que cette station de pompage ravitaille l’hôpital du Point G, via la bâche de Korofina, en commune I du district de Bamako. C’est cette bâche qui, le temps de la coupure d’électricité, aurait été vidée de toute son eau. Quand l’électricité est revenue, il fallait attendre que la bâche soit totalement ou partiellement approvisionnée pour pouvoir ravitailler l’hôpital du Point G. Pendant que ce remplissage s’effectuait, les abonnés situés en amont du Point G s’approvisionnaient en prévision, peut-être, d’éventuelle coupure d’électricité. Ce qui empêchait le ravitaillement de l’hôpital du Point G. Afin de faire face à la situation, l’hôpital du Point G a dû appeler à la rescousse le Centre de secours de la protection civile de l’ACI 2000, en face de l’ambassade des Etats-Unis. Les pompiers ont alors dépêché deux citernes remplies d’eau pour ravitailler les châteaux au niveau des unités de dialyse, puis au niveau de la cuisine de l’hôpital. Le camion des pompiers était pris d’assaut par les usagers de l’hôpital à la recherche du précieux liquide pour leurs besoins. Les agents du Centre de secours ont promis d’effectuer plusieurs voyages, si nécessaire, pour satisfaire les besoins en eau. La solution la plus durable passe par la construction d’une bâche de ravitaillement au sein de l’hôpital du Point G. «Une grande structure comme cet établissement hospitalier doit avoir sa propre bâche, construite à ses frais», préconise Abdoul Karim Koné. Afin, selon lui, de se prémunir de ce genre de désagréments. Cheick M. TRAORÉ

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here