Arcane politique du moment : I.B.K et ses amis de Chefs religieux en désaccord total !

8

Le monde politique malien est agité depuis environ deux mois  avec  le changement de gouvernement intervenu le 30 décembre 2017 qui a vu la nomination de Soumeylou Boubèye MAÏGA comme Chef du septième gouvernement et cinquième dans l’ordre d’arrivée des premiers ministres dans le quinquennat d’I.B.K. Les déclarations de candidatures de  Modibo KONE, de Hamadoun TOURE, Mamadou Igor DIARRA, le désormais ex-Général Moussa Sinko COULIBALY ont également dominé   les débats  politiques dans les grins et les salons feutrés de la capitale.

Mais le dernier  séisme qui   a surpris le malien lambda a été sans doute   le refus du Président du Haut Conseil Islamique (HCIM) et son adjoint le guide religieux des Ançardine, respectivement Mahmoud DICKO et Ousmane Cherif HAÏDARA à aller présenter les vœux de nouvel an au président I.B.K. De  sources concordantes, I.B.K au lieu d’envoyer directement leurs cartes d’invitations à eux-mêmes, a préféré passer par la chefferie des TOURE et NIARE de Bamako, une façon  de mettre sous tutelle les religieux. Notons au passage que les NIARE et les TOURE même s’ils sont  les fondateurs de Bamako, ils le  sont avec  les KEITA de Samalé, même s’ils ont bénéficié de lègue de la chefferie,  ils sont avec les Keita les fondateurs de la ville des trois caïmans. L’histoire est claire sur cet aspect. Cette précision est de taille pour éviter de falsifier l’histoire de la ville. Cette invitation est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Toute chose qui a poussé  le président du HCIM  a déclaré urbi et orbi  qu’I.B.K se devait de donner un véritable contenu à son slogan « le Mali d’abord » et cela  à quelques encablures de la fin du contrat  qui le lie aux maliens en général et aux musulmans en particulier. Le Président du HCIM a dans une déclaration dit : « Quoi qu’on dise, celui qui est  au pouvoir n’a d’autres soucis  que la préservation de son régime et celui-là qui le convoite, point de priorité que de parvenir aux affaires. En tout état de cause, l’engagement pris en faveur d’I.B.K en 2012, prendra fin en 2018 ». Le président du HCIM, a mis le peuple en garde contre un péril à l’image du scenario somalien. Selon l’orateur I.B.K n’est plus visiblement l’homme de la situation dans ce registre. Les musulmans à travers le président du HCIM, ont-ils rejoint la position du chérif de Nioro qui depuis plus de trois ans ne  porte  plus I.B.K dans son cœur ? La situation actuelle est-elle que le Mouvement CDR de RAS-BATH, est entrain de plaider  en faveur  du  retrait pur et simple d’I.B.K de la scène politique   à la fin de son mandat, les mouvements initiés par les jeunes et nouveaux leaders politiques candidats à l’élection présidentielle de 2018, y compris le Général Moussa Sinko  associés  aux partis de l’opposition et aux groupes de musulmans, finiront-t-ils  par forcer  IBK à  renoncer à un second mandat. « Être seul dans tous les cas de figures c’est s’entraîner à la mort » selon Louis-Ferdinand Céline. Selon I.B.K lui-même, il est sûr qu’il n’est pas fou du pouvoir mais du Mali plutôt. Et pourtant, I.B.K a fait plusieurs actions en faveur des musulmans du Mali pour avoir leur sympathie. Presque chaque religieux a eu un véhicule 4×4 flambant  neuf, sans compter leurs nombreux parents qui sont partis à la Mecque  pour le  pèlerinage  sur le dos de l’Etat, sans compter aussi   les enveloppes distribuées à chaque fête de ramadan et de tabaski, les prises en charge médicale etc… Tous ses bienfaits  pour les musulmans  en revanche  rien pour les catholiques et les protestants  parce que ceux-ci n’ont pas signé d’acte  d’engagement avec I.B.K, ce sont les chefs religieux musulmans qui ont signé en lieu et place des catholiques et des protestants  qui n’ont rien demandé en retour. Les religieux pensent qu’il est désormais possible de renverser l’opinion, comme le mécanicien de la locomotive renverse la vapeur. I.B.K  en pensant que Ousmane Chérif HAÏDARA avec les 150 hectares qu’il lui a octroyé,  fera en sorte  qu’il soit  du même bord politique que les musulmans, qu’ils seront solidaires, emportés par la même planète, et qu’ils constitueront l’équipage d’un même navire selon Antoine de Saint –Exupéry  a prêché dans le désert, voilà que les musulmans tournent les vestes dès à présent. C’est vrai et démontré qu’en de pareilles circonstances, l’hypocrisie n’est jamais absente de ces jeux politiques. Les musulmans ont vite compris avant les hommes politiques que leur degré de liberté se mesure à  leur taille politique. Pendant les derniers mois du quinquennat, I.B.K doit s’attendre à ce que les mauvais génies travaillent à sa perte, car il n’y a pas de vertu que la calomnie ne sache atteindre. La première trahison, si elle provient des forces alliées telles que les religieux, elle sera irréparable. C’est ce qui semble être la situation actuelle. Donc le réveil risque d’être brutal Badou S. KOBA

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

1 commentaire

  1. Moi je crois sincèrement que IBK a péché par la corruption. au lieu et place d’honorer ses engagements il a pris le raccourci de distribuer à tour de bras des véhicules, des enveloppes, des billets pour la Mecque et récemment 150 h. s’il s’était attelé à la tâche à lui confiée il aurait gagné en confiance mais malheureusement il a préféré le raccourci. Les religieux se doivent de se réconcilier avec Dieu et avec leurs adeptes pour la déviation qu’ils ont commise en prenant partie dans l’élection présidentielle. IBK a trop abusé du trésor public pour garder une mainmise sur l’opinion au détriment des objectifs qui lui ont permis d’accéder à Koulouba.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here