Mali: un an après l’attaque de Gao, le MOC peine à se relever

3

C'était il y a un an, jour pour jour, à Gao au Mali. Un attentat suicide contre un camp du MOC, le Mécanisme opérationnel de coordination, fait plus de soixante morts. Cette attaque a été revendiquée par le groupe al-Mourabitoune, rallié à al-Qaïda au Maghreb islamique, qui a choisi ainsi un symbole du processus de paix. L’attaque est spectaculaire. Tôt le matin du 18 janvier 2017, un kamikaze installé dans un pick-up, maquillé aux couleurs du MOC et chargé de 500 kilos d'explosifs, se fait exploser dans le camp de cette force mixte. La déflagration fait plus de 60 morts et des centaines de blessés. C'est un symbole du processus de paix qui est touché. Le MOC à Gao regroupe 600 combattants : 400 des groupes armés signataires des accords de paix de 2015 : la Plateforme et la CMA, la Coordination des mouvements de l'Azawad et 200 militaires maliens. « L’erreur a été qu’on a installé le MOC à Gao pour créer un évènement et montrer qu’il y a une avancée dans la mise en œuvre de l’accord de paix, explique Attaye Ag Mohammed membre du comité directeur de la CMA. Mais il n’y a pas eu de dispositions préalables pour sécuriser leur installation et aujourd’hui il n’y a pas beaucoup de changements ». Menace terroriste Le MOC doit assurer la sécurité de Gao et sa région. Une mission qu'il peine aujourd’hui à mener. « La population de Gao ne se sent pas en sécurité, déplore Ibrahim Maïga, membre de la société civile. Il y a des enlèvements, parfois ce sont même les véhicules du MOC qui sont enlevés en plein Gao. La ville et ses environnements ont été infiltrés par les djihadistes. Il faut plus de patrouilles, il faut qu’ils soient plus visibles ». Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20180118-mali-an-apres-attaque-gao-moc-peine-r... Source : Africatime Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here