Projet ACEFOR: un budget 400 millions pour 2018

49
Le siège du Conseil national du patronat a abrité hier jeudi la 2ème session de comité pilotage du projet ACEFOR, un programme qui constitue un appui du Gouvernement français aux efforts du Gouvernement du Mali visant l’amélioration et la diversification de l’offre de formation professionnelle dans les régions de Sikasso et Ségou. Après une année de mise en œuvre, cette 2ème session s’inscrit dans le cadre du suivi du niveau d’exécution des activités dudit projet. La cérémonie d’ouverture des travaux, était présidée par le secrétaire général par intérim du ministère de l’Emploi et de la formation professionnelle, Boucary TOGO. M. TOGO, dans son allocution, a insisté que les objectifs spécifiques du projet ACEFOR concernent l’amélioration de l’offre de formation professionnelle dans le domaine para-agricole en région et du dispositif de formation professionnelle dans les régions de Sikasso et Ségou, en favorisant la mutualisation des pratiques et des ressources entre les Centres de formation professionnelle ainsi que le renforcement de la capacité de formation. « Il s’agit aussi de contribuer à l’employabilité des jeunes dans les régions de Sikasso et de Ségou, par l’accompagnement à l’entrepreneuriat et le renforcement des liens avec les entreprises du secteur formel et informel », a-t-il expliqué. Pour cette 2ème session de pilotage, M. TOGO a expliqué que les travaux consisteront à examiner et de valider le rapport de la mise en œuvre du Plan de Travail et Budget Annuel 2017 du projet ACEFOR, le Plan de Travail et le Budget Annuel pour l’année 2018 et à traiter les questions diverses. « L’examen et l’adoption de ces documents, indispensables à la réalisation des objectifs du projet ACEFOR, interviennent dans un contexte marqué par un engagement fort du Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle à promouvoir l’implication de tous les acteurs dans la mise en œuvre des processus de formation et d’insertion professionnelle », a-t-il martelé. Il a par ailleurs révèle que son département ouvre un important chantier d’élaboration de textes d’opérationnalisation de la loi relative à la formation professionnelle et de son décret d’application. « Le projet ACEFOR y contribuera fortement », a-t-il dit, avant de remercier le gouvernement français pour le financement de vaste de programme de lutte contre le chômage des jeunes dans certaines de nos régions. « Je voudrais adresser, au nom du Ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, nos sincères remerciements au gouvernement de la république de France, à travers l’Agence française de développement, pour son soutien combien appréciable pour la formation et l’insertion professionnelle de nos jeunes», a-t-il dit. Pour finir M. TOGO a aussi remercié l’ensemble des membres du comité de pilotage, pour leur accompagnement fécond du projet ACEFOR dont la mise en œuvre, selon lui permettra d’améliorer la qualité des ressources humaines et d’insérer les jeunes dans les métiers para-agricoles. Signalons que le projet est organisé en cinq composantes qui concernent entre autre l’amélioration de la qualité du dispositif de formation professionnelle en région de Ségou et de Sikasso, la création d’une nouvelle offre de formation visant les métiers porteurs en zones rurales. A ces composantes s’ajoute le renforcement institutionnel et développement des partenariats notamment les conseils régionaux, les directions régionales de l’emploi et de la formation professionnelle. Les composantes 4 et 5 concernent respectivement les infrastructures et équipements et les formations professionnelles rapides. Aussi, le budget de la mise en œuvre des activités de 2018 s’élève à la somme de 400 millions de FCFA. Le projet ACEFOR, faut-il le souligner, vise à améliorer la compétitivité des entreprises du secteur formel et informel, en adaptant l’offre de formation professionnelle à leurs besoins de compétences. L’objectif global est de diminuer le chômage des jeunes dans les régions de Sikasso et de Ségou. Le projet ACEFOR, faut-il le souligner, vise à améliorer la compétitivité des entreprises du secteur formel et informel, en adaptant l’offre de formation professionnelle à leurs besoins de compétences. L’objectif global est de diminuer le chômage des jeunes dans les régions de Sikasso et de Ségou. PAR ABDOULAYE OUATTARA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here