Statut autonome des enseignants : L’application de la loi en discussion aujourd’hui au Conseil des Ministres

1411
Après le vote et la promulgation de la loi portant Statut autonome des enseignants, la question liée à son « application » va faire objet de discussions au Conseil des Ministres d’aujourd’hui. L’information a été donnée par Amadou Coulibaly, le Secrétaire Général du Syndicat National de l’Enseignement de Base (SYNEB), membre du Comité des syndicats grévistes. Selon lui, cela fait partie des promesses prises par le Ministre de l’Education nationale lors de sa dernière rencontre avec la Délégation des Syndicalistes. Le Comité syndical des enseignants signataires du 15 octobre 2016 a l’oreille attentivement tendue vers le Conseil des Ministres qui doit se tenir aujourd’hui, vendredi 19 courant. Le Ministre de l’Education Nationale, Housseini Amion Guindo, leur avait promis de soumettre en discussion le projet d’application de la loi portant Statut autonome des enseignants aux autres membres du Gouvernement lors du prochain Conseil des Ministres ; donc, d’aujourd’hui. Amadou Coulibaly joint par nos soins affirme que le mot d’ordre de grève ne sera levé tant qu’il n’y aura pas satisfaction de leurs points de revendications. «On attend voir », nous a-t-il laissé entendre fermement. Malgré le vote de la loi portant Statut autonome des enseignants et sa promulgation le mardi dernier par le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, l’Arrêt de dispenser les cours demeure toujours. Les enseignants signataires du 15 octobre 2016 ne veulent toujours pas se laisser surprendre désagréablement. D’où leur exigence de la mise en application effective la mesure comme cela a été prescrit dans leur préavis de grève. Cette grève de 17 jours a été lancée le lundi 8 janvier dernier par les enseignants signataires du 15 octobre 2016 après une grève préalable de 3 jours. Malgré les nombreuses réunions avec le Ministre de l’Education Nationale, le Gouvernement n’a pas eu gain de cause. Les enseignants restent résolument catégoriques sur leur position initiale. Car, pour eux, le vote et la promulgation de loi en question est une chose ; mais son application aussi en est une autre qui peut devenir tout à fait différente. En attendant, les parents d’élèves s’appesantirent sur le sort de leurs progénitures. Ils déplorent la situation et demandent aux autorités de trouver maintenant solutions à cette crise qui n’a fait que durer. Adama A. Haïdara : LE COMBAT Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here