CEMAG : “Des force Armées de défense et de sécurité au service du peuple pour un Mali fort “

36
L’année qui s’achève a été laborieuse pour nos Forces de Dé- fense et de Sécurité. Les groupes armés terroristes, par des actions lâches de harcèlement, de pose d’engins explosifs improvisés et de mines ainsi que par des assassinats ciblés, ont voulu installer la terreur et la peur chez la population et dans nos rangs. Ces actions ne nous feront pas reculer et n’entameront en rien notre moral et notre engagement d’honorer notre serment. Nos compatriotes comptent sur les Forces pour lutter contre l’insécurité et le terrorisme, en vue de créer un environnement favorable au développement socio-économique. C’est bien là notre vocation. En échange, les Forces Armées maliennes (FAMa) savent qu’elles peuvent compter sur la nation pour soutenir et participer pleinement à l’effort collectif de défense. Dans l’esprit des attentes et instructions du Président de la Ré- publique, Chef Suprême des Armées, les Forces de Défense et de Sécurité seront en 2018 au service du peuple et veilleront au prix de leur sang à la sauvegarde de l’honneur de notre pays. Un Mali fort par une Armée forte ! Un Mali debout dans le concert des Nations ! Un Mali uni par l’amour et indivisible par la perspicacité et la combativité des hommes et des femmes! Au cours de l’année qui s’est achevé, les Forces de Défense et de Sécurité ont assuré malgré le contexte sécuritaire complexe les missions de défense et de sécurisation des populations. Le nom « Dambé » de l’opération en cours est révélateur de notre engagement et de notre volonté inébranlable à restaurer l’honneur du Mali et de son peuple. L’insécurité dans les régions du centre se pose avec acuité ces derniers temps. Les engagements opérationnels dans plusieurs localités que l’on pensait temporaires s’inscrivent désormais dans la durée. Sortir des sentiers battus Les actions des Forces de Défense et de Sécurité ne sont pas seulement militaires elles sont aussi civiles par la participation aux activités de développement. Je citerai, entre autres, le personnel du service de santé des Armées dans les Centres Hospitaliers, les infirmeries de Garnison, les consultations gratuites au profit de la population, les interventions techniques des Ateliers Militaires Centraux de Markala dans le machinisme agricole, la construction des routes et ponts par la Direction du Génie Militaire, l’effort de désenclavement par l’Armée de l’Air et les actions civilo-militaires au quotidien par nos unités sur le terrain. À noter également que la bonne visibilité de nos actions par la Direction des Relations Publiques des Armées, la mise en service du site web des FAMa et la diffusion des messages par le journal interne des Forces Armées Le Clairon ont permis une bonne communication et une compréhension positive de nos activités. Nous continuerons à mettre l’accent sur les actions civilo-militaires et les relations publiques pour sensibiliser les militaires à leur devoir et renforcer la confiance de nos concitoyens notamment dans les zones d’insécurité. En dépit des inquiétudes du moment, nous sortons des sentiers battus pour trouver le bon chemin de la vertu. Je puis rassurer nos populations que nous allons amplifier la mutualisation des moyens de l’Opération « Dambé », ceux du Plan de Sécurisation Intégrée des régions du centre et avec ceux des partenaires pour créer un environnement favorisant le développement socio-économique et culturel, et permettant la tenue des élections géné- rales de 2018. Réussir le processus de DDR Les instruments en place nous aideront sûrement à l’atteinte des objectifs. Le Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) est un instrument de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger qui, contribue à renforcer la confiance entre les FAMa et les ex-combattants des mouvements signataires. Le MOC de Gao est fonctionnel et ceux de Tombouctou et Kidal sont attendus. L’ensemble permettra de réussir le processus de DDR. En outre, la création de la Force Conjointe du G5 sahel est intervenue dans un contexte particulier. Pour paraphraser le Président de la République, « les menaces contre la paix et la sécurité, les phénomènes émergents tels que le terrorisme sont venus s’agré- ger aux vulnérabilités climatiques et environnementales qui, avec la désertification, les sècheresses cycliques et la famine, ont accru et renforcé la fragilité du Sahel. ». Les FAMa seront au rendez-vous du calendrier pour l’opérationnalisation complète de la Force conjointe. La foidu Président de la République au projet G5 Sahel et son engagement pour le réussir sont remarquables. C’est ainsi qu’en sa qualité de Président en exercice, il a pu obtenir l’adhésion de ses pairs et celle des partenaires internationaux. Au plan de la logistique, nos Armées ont vu accroître leurs capacités par l’engagement et la présence constante des services de soutien. L’acquisition des moyens de mobilité en véhicules, des armes, des munitions, des ambulances, des vecteurs aériens et la dotation en matériels de soutien des hommes, les tenues, les matériels de campement, les structures sanitaires de campements ont permis de suivre, de soutenir et de déployer nos forces dans des délais requis. Par un système de soutien adapté et les moyens acquis les forces ont eu plus d’aisance opérationnelle. La programmation des formations classiques continue avec un nouvel état d’esprit : affirmer le leadership des cadres officiers et sous-officiers en leur faisant acquérir des connaissances essentielles, un « savoir-faire » pour exercer convenablement leur rôle au sein des formations de combat et des qualités de chef militaire, un « savoir-être » résolument dirigé vers le devoir. Une armée forte, capable de défendre le territoire comme stipulé dans vos interventions, reposera essentiellement sur la capacité et la qualité des hommes. Nous travaillons à favoriser l’émergence de militaires responsables, efficients, professionnels, imprégnés des valeurs et principes républicains, respectueux des droits humains et sous contrôle démocratique. C’est le véritable enjeu que nous allons relever pour le salut du Mali. L’insuffisance de moyens financiers face à l’urgence des défis impose la gestion rationnelle des hommes au plan de leur carrière et de leur administration. C’est pourquoi la relecture du Statut Général des Militaires a corrigé des lacunes et renforcé le commandement par : • L’amélioration de la valeur du point d’indice ; • L’obtention d’indemnités forfaitaires au profit des ayants droits des militaires décédés sur le théâtre des opérations ; • La prise en charge des militaires blessés au cours d’une opération de guerre ou de service commandé ; • La création de la fondation de la solidarité au profit des orphelins de militaires. Ces actions ont contribué grandement au bon moral et à l’engagement remarquable au combat des hommes. ` Une perpétuelle remise en question Toujours dans le cadre des réformes, l’adoption du Budget Programme, la mise en œuvre de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire et celle de la Loi d’Orientation et de Programmation de la Sécurité Intérieure s’inscrivent dans la vision stratégique des Forces de Défense et de Sécurité au courant du nouvel An. La satisfaction des besoins en effectif passera par le recrutement qui ne sera plus systématique et non plus comme une obligation morale de combler un vide mais plutôt un travail de responsabilité recherchant la qualité pour honorer valablement un emploi. La formation, qu’elle soit du cycle continu ou discontinu, sera pragmatique en donnant des capacités aux militaires. L’effort de formation se concentrera sur le cœur de métier et les éléments feront l’objet d’une perpétuelle remise en question. Les instructeurs chargés des formations seront sélectionnés de façon rigoureuse et déclarés aptes pour l’enseignement militaire. Les formations en cours renforcent l’aguerrissement, la spécialisation et les aptitudes tactiques des hommes dans les centres de formation et d’entrainement (Samanko, Hombori, Tibi, Koutiala, Seguela, Markala, Bapho, Banakoro, Koulikoro, Kati etc.). Les actions de professionnalisation seront poursuivies et renforcées au courant de l’année 2018. Aussi, ces efforts de formation sont-ils soutenus par nos partenaires par l’octroi de bourses d’études. C’est le lieu de les remercier pour leur accompagnement. La gestion des hommes en cours de carrière proprement dite sera juste et reflètera la qualification par rapport aux emplois et postes. Elle fera plus de place à l’adaptation des compétences aux emplois. Les services techniques tels que la Direction des Écoles Militaires et la Direction des Ressources Humaines joueront un rôle primordial de conseil pour le commandement. Servir le pays et le peuple jusqu’au sacrifice ultime Tous ces efforts visent à la reconstruction d’une nouvelle Armée, garante de la politique sécuritaire, de la souveraineté et de l’intégrité du pays, le Mali. Une Armée mieux équipée et moderne, adaptée à la menace asymétrique et au service de son peuple. Nous saluons le soutien personnel du Président de la République qui est déterminant pour la réussite des opérations. Pour notre part, nous renouvelons notre serment de servir le pays et le peuple jusqu’au sacrifice ultime pour que la République du Mali vive libre et prospère. Les FAMa en ont d’ailleurs fait un chant de marche que les Maliens connaissent bien. Nous saurons nous montrer dignes des efforts énormes consentis par nos anciens, par les autorités et par le Peuple. Les efforts consentis sont énormes face aux besoins immenses et divers. L’État a déployé des moyens considérables pour renforcer les capacités des Forces de Défense et de Sécurité À travers la Loi d’Orientation et Programmation Militaire et la Loi d’Orientation et de Programmation de la Sécurité Intérieure, le soutien que le Président de la République apporte en moyens et à l’amélioration des conditions de travail et de vie est primordial et salutaire. Au titre du nouvel An 2018, nous sollicitons la poursuite des efforts de réforme et de renforcement de nos capacités opérationnelles. Ces efforts se traduiront par : • L’acquisition de moyens en mobilité terrestre, aériens de surveillance, de transport et d’intervention, de communication, de soutien santé et à l’amélioration de la qualité des ressources humaines ; • Le renforcement des capacités de nos centres de Formation ; • La poursuite de la réhabilitation de nos casernes et centres de formations ; • La réalisation de bases logistiques pour réduire les délais et distances ; • La diligence de la mise en place de l’hôpital militaire ; • L’amélioration du taux de la prime globale d’alimentation ; • La mise en place diligente des nouvelles unités organiques dans le cadre de la reforme pour une meilleure couverture du territoire national ; • La création et le renforcement de la marine fluviale ; • L’adoption définitive de la politique de Défense et de Sécurité Nationale ; • La poursuite de la relecture des textes relatifs à l’emploi des forces, au plan de carrière du personnel, au rôle de la justice militaire dans un contexte de guerre, aux règles d’engagement, aux manuels d’emploi des unités, à la coopération militaire interarmées et aux droits humanitaires ; • La poursuite de la politique de coopération bilatérale et ou multilatérale en exploitant au mieux les opportunités offertes ; • Et enfin, l’amélioration des crédits de fonctionnement courant des États-majors et services pour supporter les nouvelles grilles des frais de mission. “Un Chef, une mission, des moyens” La liste n’est pas exhaustive et nous sommes conscients des difficultés de l’État. Toutefois, nous croyons à la réalité « la sécurité n’a pas de prix mais a un coût » et restons fidèles à l’adage militaire « Un Chef, une mission, des moyens ». Nous poursuivrons les efforts avec les moyens mis à notre disposition pour le succès des Armées du Mali et en éloignant de nous tout esprit de surenchère. Nous ne pouvons que compter sur nos propres efforts en considérant ceux des autres comme complémentaires. C’est le lieu de reconnaitre les efforts de la MINUSMA, de Barkhane, de l’EUTM, de l’EUCAP, de la CEDEAO, de l’Union Africaine et de tous les pays partenaires qui de près ou de loin s’engagent aux côtés de nos Forces au prix d’énormes sacrifices. Qu’ils reçoivent ici la reconnaissance des Forces de Défense et de Sécurité. Que le bon Dieu nous accorde la paix, la sécurité dans une Afrique Unie et solidaire en général et en particulier dans un Mali réconcilié, fort et riche de sa diversité ! Vive l’Afrique, vive le Mali, vive les Forces de Défense et de Sé- curité ! Que Dieu bénisse le Mali! Amen ! Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here