Honorable Zoumana N’tji Doumbia, nouveau président de l’union sportive de bougouni : “Notre ambition, c’est de faire sortir le club de l’amateurisme pour le professionnalisme”

21
Dans un entretien exclusif qu’il a bien voulu nous accorder, le nouveau président de l’Union Sportive de Bougouni (Usb), le député Zoumana N’Tji Doumbia, dévoile ses ambitions pour l’Us Bougouni, seul club de la région de Sikasso à évoluer actuellement en première division de football. Aujourd’hui : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ? Zoumana N’Tji Doumbia : Je suis Maître Zoumana N’Tji Doumbia, président de la Commission lois à l’Assemblée nationale du Mali et le nouveau président de l’Union sportive de Bougouni (Usb). Honorable, vous-venez d’être élu président de l’US Bougouni. Quels sentiments vous animent-ils après cette marque de confiance ? Vous savez, c’est un sentiment de fierté et de joie qui m’amine à cet instant parce que c’est vraiment une fierté de diriger un club et surtout un club de la première division qui a eu dans un passé récent à remporter le trophée de la Coupe du Mali. Je peux donc dire que c’est un grand honneur pour moi de pouvoir être à la tête de ce club. Est-ce à votre demande où sur proposition des populations de Bougouni que la gestion du club vous a été confiée ? Depuis un certain temps, les amateurs du ballon rond du cercle de Bougouni ont bien voulu que je puisse présider aux destinées de ce club. J’ai accepté volontiers car pour vous dire très humblement, j’ai toujours dit que je suis à la disposition de mon cercle et de ma région. Une ville à laquelle je dois tout et si jamais on m’appelait à faire quoi que ce soit pour le cercle, je donnerai le meilleur de moi-même. C’est pourquoi lorsque les amateurs du ballon rond, la jeunesse dans son entièreté, mon sollicité pour être le président du club, j’ai accepté bien volontiers parce que c’est un grand honneur pour moi. Il y a tellement de dignes fils de Bougouni et parmi tout ce lot me choisir, donc je ne fais qu’accepter avec humilité. Vous savez, une seule personne ne peut gérer un club, c’est tout une équipe, tout un cercle et même tout une région qui doivent se donner la main pour que le club puisse aller loin possible. Quelles sont les ambitions que vous nourrissez pour l’US Bougouni maintenant que vous en êtes le président ? L’un des premiers objectifs, et qui est primordial, c’est le maintien en première division. Mais un maintien en toute confiance parce que nous avons vu que chaque année le club termine la saison avec la peur au ventre, notamment celle de ne pas descendre en deuxième division. Il est important aujourd’hui que l’équipe puisse terminer la saison en toute confiance, sans pour autant avoir à se soucier de la descente. Tel sera notre premier objectif et au-delà de cela, nous avons l’idée de retenter l’exploit de la coupe du Mali et enfin, nous allons aussi rendre le club plus professionnel parce que nous avons des difficultés d’effectif aujourd’hui, dus au manque de vivier. Donc, nous allons travailler pour avoir un vivier qui pourra servir de relève au club. Nous ferons aussi en sorte que le club soit plus compétitif et quand nous allons nous tenir en toute confiance, nous pourrons voir éventuellement s’il y a autre chose à faire. Mais d’ores est déjà, nous voulons sortir de l’amateurisme pour le professionnalisme. Avez-vous les moyens de réaliser ces ambitions ? J’hérite d’un club plombé parce que nous avons 16 millions de Fcfa déficit, donc c’est difficile, mais pas impossible de faire sortir le club de cette difficulté. Je pense que nous pouvons compter sur les filles et les fils du cercle de Bougouni et ceux de la troisième région pour nous aider à mener à bien ce bateau à bon port. Nous sommes optimistes parce que nous pensons que cela augure de bonnes choses et nous avons déjà un ressortissant de Bougouni qui réside en Côte d’Ivoire, en la personne de Yacouba Diakité, qui vient de nous appuyer en termes d’équipements sportifs. Nous comptons dans les jours à venir prendre notre bâton de pèlerin pour aller chez tous les Bougounoises et Bougounois et chez tous les Sikassoises et Sikassois, mais aussi nous allons chercher du parrainage et des sponsors afin que nous puissions atteindre nos objectifs. J’ai toujours dit qu’aucun club ne peut se gérer à travers les poches d’une personne. Honorable, comment concilier l’activité parlementaire pour laquelle vous êtes très actif avec les responsabilités de président de l’US Bougouni ? Vous savez, je pense que cela va de pair car tout ce qui concerne l’avenir de la nation, je pense que tel doit être le leitmotiv d’un élu qui est le représentant du peuple. Je pense que le nombre de personnes qui sont drainées à travers le football, dans notre pays et dans le monde, prouve à suffisance que c’est un domaine dans lequel on doit avoir un œil. Je pense aussi que cette responsabilité n’entamerait en rien les activités parlementaires parce que je suis entouré d’une bonne équipe et je suis persuadé qu’avec cette équipe nous pourrons faire de très bons résultats. Votre mot de la fin ? Je profite de votre tribune pour féliciter l’équipe sortante de l’US Bougouni. Elle n’a pas démérité. Elle a fait ce qu’elle pouvait. Nous pensons que, comme aucune œuvre humaine n’est parfaite, il y a eu des imperfections, mais aussi des avancées et du succès. Je les félicite pour cela. Nous leur tendons la main pour qu’ensemble nous puissions renforcer les acquis et faire en sorte que nous puissions aller de l’avant. Réalisé par Mahamadou TRAORE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here