De Moussa Sinko à IBK : Démissionner ou ne pas se présenter

9
La cérémonie de lancement des activités du nouveau mouvement ” la plateforme pour le changement” a eu lieu ce samedi 20 janvier sur le terrain de football de Magnambougou en commune VI du district de Bamako. Malgré le déplacement du lieu de la cérémonie, la foule a répondu présent. A sa prise de parole, l’initiateur du mouvement, le démissionnaire Général de brigade Moussa Sinko COULIBALY, a dénoncé sans retenus les incapacités du régime à faire face aux problèmes du pays avant de réaffirmer son unique objectif : Prendre le pouvoir en juillet prochain à la suite d’élections libres et transparentes. “Le seul choix que nous laissons aujourd’hui au Président Ibrahim Boubacar KEÏTA, c’est soit de démissionner avant la fin de son mandat ou à ne pas se présenter à l’élection présidentielle de juillet 2018”, conseille dans ses propos Général de brigade Moussa Sinko COULIBALY à IBK. Sur le lieu, le public semblait être impatient de voir l’arrivée de leur leader. C’est vers 17 heures que la nouvelle coqueluche des déçus du régime d’IBK, Général de brigade Moussa Sinko COULIBALY, pénètre le terrain. Une ovation générale l’a accueillie. Toutes les régions du Mali étaient représentées. Ils étaient des centaines de personnes, selon notre estimation. Pour l’occasion, Moussa Sinko COULIBALY était habillé en boubou blanc, chaussée d’une babouche blanche et coiffé d’un bonnet blanc. Entouré par une dizaine de garde, il traverse en pas cadencés des militaires la distance qui sépare l’entrée de la cour de la place des officiels. Puis avant de s’asseoir, le Général démissionnaire adresse des poignets de main chaleureux aux invités assis au premier rang de la loge officielle. Dans ses premiers mots, sur le plateau, il a adressé une salutation spéciale à Aliou COULIBALY le maire de la commune VI. Après, l’ancien Général de brigade demande à la foule d’observer une minute de silence à toutes les victimes du régime actuel : économique, sécuritaire et autres. Ensuite, pendant 20 minutes, il a prononcé un discours impétueux sans aide mémoire en main. Dans lequel, il dénonce les incapacités du régime à faire face aux problèmes du pays, tels-que : la mise en œuvre de l’accord pour la paix, l’insécurité, la santé, l’éducation, l’agriculture… Selon l’ancien Général de brigade, “IBK n’a pas de solution pour le Mali mais au contraire il fait partie du problème”. Ce lancement des activités, selon lui, est le début d’un mouvement dont la finalité recherchée est l’accession au pouvoir. A la fin de ses propos, il a invité toutes les forces politiques du Mali à se joindre à la plateforme pour le changement. Rappelons que Moussa Sinko COULIBALY était Général de brigade de l’Armée nationale avant de démissionner. Depuis 2014, il occupait le poste de Directeur général de l’école de maintien de la paix ”Alioune Blondin BEYE”. Incorporé dans l’armée en 1990, il a effectué sa formation d’officier à Saint Cyr en France, de 1992 à 1995. Il a occupé plusieurs postes de commandement dans l’armée malienne. En 2012, il fut l’un des acteurs majeurs du putsch contre le régime démocratiquement élu d’ATT. Pendant la transition, il était ministre de l’Administration Territoriale. Après l’élection d’IBK, il est reconduit au même poste ministériel dans le gouvernement qui ne durera pas. Au Mali, ce n’est pas la première fois qu’un officier de l’armée démissionne et nourrit une ambition politique. En 2002, ATT l’avait fait et avait été élu président de la République. Cette année, Moussa Sinko COULIBALY tente l’aventure. Réussira-t-il comme ATT en 2002 ? Voilà la question. Sory Ibrahim TRAORE

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here