Candidature de l’ADEMA à la présidentielle de 2018 : Dramane Dembélé tente un forcing, le C.E prépare la riposte…

8
Le 2ème vice-président de l’ADEMA-PASJ a procédé, le samedi 20 janvier 2018, au lancement de son niveau livre intitulé un « Nouveau Pacte Social Solidaire » (NPSS). Ce livre de 48 pages retrace une vision claire sur la gouvernance du pays, une contribution qui permet, selon lui, de redresser les choses après la profonde crise qu’a connue le pays. C’est dans cette même dynamique que le Ministre Dembélé est sorti de sa réserve pour informer l’opinion publique nationale et internationale sur la candidature de son parti aux prochaines échéances électorales. « Le Mali est la finalité de toutes nos hypothèses », et compte tenu de la dure épreuve que traverse notre pays, il est temps que les Maliens fassent une table rase du passé et prendre une nouvelle dimension afin de contribuer au développement socioéconomique de notre pays. Dans sa déclaration liminaire sur le livre, le Ministre Dembélé a rappelé que le Nouveau Pacte Social Solidaire (NPSS) est un Projet de société ambitieux et cohérent, il se décline en vision et en programme avec des propositions adaptées au Mali, à la situation et aux besoins de notre pays dans l’urgence et surtout dans la perspective. Le Nouveau Pacte Social Solidaire (NPSS) est une vision, un projet refondateur et alternatif ; c’est un projet de renouveau valorisant notre culture nationale ; un projet de large rassemblement des politiques et des citoyens ; un projet ancré (valeurs maliennes de travail, de solidarité, d’unité et de partage) mais ouvert (à l’évolution du monde, à la modernité). Ce projet nouveau met l’Humain au cœur de sa vision, l’Humain dans son acception individuelle (initiatives privées) et collective (l’essor sociétal). Ainsi, porte et promeut-il des valeurs de liberté y compris dans la création des richesses, de mérite, d’excellence et résolument de partage et de solidarité dans la logique de la culture et des valeurs et des traditions fondatrices du Mali. Le NPSS est clairement un projet de refondation en ce qu’il interroge la crise malienne dans sa profondeur pour proposer des solutions à hauteur des attentes. Il nourrit l’ambition du renouveau malien à travers un citoyen nouveau et repose sur les axes fondamentaux suivants, structurant sa vision globale, à savoir : la refondation de l’éducation en vue de l’avènement d’un malien nouveau ; la reconstruction d’un Etat solide, stratège et protecteur avec une infrastructure de défense et de sécurité solide, outillée, adaptée ; la préservation de l’unité nationale et le raffermissement du lien national ; la libération des énergies et des initiatives pour une culture de création de richesses en vue d’un progrès économique et social fondé sur des valeurs du mérite, du partage et de la solidarité ; une nouvelle philosophie de la gestion locale pour décentralisation souple, respectueuse de l’intégrité territoriale et des besoins locaux pour un véritable développement local et une valorisation des potentialités des territoires. Un Mali jouant à fonds sa partition de pays clé dans l’intégration régionale, acteur respecté sur la scène africaine et internationale, capable de promouvoir ses intérêts et de protéger sa forte diaspora, laquelle, avec son fort potentiel, doit être pleinement intégrée dans la vision nouvelle du développement. La présidentielle de 2018 en ligne de mire Le 2ème vice-président de l’ADEMA n’a pas manqué de clarifier la position du parti à la prochaine échéance électorale de 2018. Car depuis un certain temps, cette candidature du parti continue de faire couler beaucoup d’encres et de salives, non seulement au sein de la classe politique malienne, mais aussi au sein de la société. Selon Dramane Dembélé, le parti ADEMA a fait dix ans au pouvoir et a continué à accompagner d’autres présidents au pouvoir. La question qui se pose aujourd’hui est de savoir pouvoir le parti ne pourra-t-il pas se présenter à la présidentielle prévue en juillet 2018 ? Ainsi c’est pour couper court aux supputations, Dramane Dembélé est sorti de son silence pour dire que le parti aura son propre candidat. Pour le moment, la course est ouverte au sein du parti et à travers les règlements et les statuts du parti, la personne qui sera désignée comme candidat à la présidentielle aura le soutien total de tous les militants et sympathisants du parti. Liant l’acte à la parole, l’homme a organisé un meeting hier pour déclarer sa candidature à la candidature de l’ADEMA-PASJ. Cet optimisme de l’ancien ministre et candidat malheureux à la présidentielle de 2013 n’est cependant la chose la chose la mieux partagée au sein de l’ADEMA dont le directoire n’a jusqu’ici pas décidé de mettre la question en débat. Mieux, celui qui était jusqu’ici l’un des partisans de la candidature du parti, notamment, l’honorable Yaya Sangaré, opte plutôt pour une candidature unique de la majorité présidentielle. Autrement, il appelle à une coalition en faveur du Président IBK ! Avant lui, Adama Sangaré, l’actuel maire du District avait clairement opté pour la même chose. Et à l’ADEMA, l’acte posé par Dramane Dembélé est considéré comme une forfaiture pour laquelle il doit être châtié Qui est Dramane Dembélé ? Après un premier essai intitulé « Mon ambition pour le Mali est permis », publié en 2013, Dramane Dembélé revient encore sur le terrain de l’édition. Dramane Dembélé n’est plus à présenter. Il est natif de Ségou. Il a été candidat de l’Alliance pour la Démocratie au Mali-Parti Africain pour la Solidarité et la Justice (ADEMA-PASJ) à l’élection présidentielle malienne de 2013. Ingénieur géologue de formation, il a commencé sa carrière professionnelle en 1994 exerçant en tant que géologue d’exploration dans les compagnies privées notamment CMC, Barrick Gold, PangeaGolfield. En 2004, il travaille à la mise en valeur des ressources en pierres précieuses et semi-précieuses pour la Banque Européenne d’Investissements et il est chef de Projet du Minier Mali. Depuis 2011, il est consultant indépendant dans le secteur minier. Militant syndical, il adhère à l’Association des Elèves et Etudiants du Mali (AEEM) où il est membre du bureau de coordination de 1991 à 1992. Militant politique de l’ADEMA-PASJ en tant que secrétaire général de la sous-section de Faladié, district de Bamako. En 2005, il devient membre de la section ADEMA-PASJ de Ségou. Au comité exécutif de l’ADEMA-PASJ, il est secrétaire chargé des Mines et de l’Industrie. La même année, il est président et membre fondateur du réseau « Alternative pour un Mali debout ». En janvier 2015, il est nommé ministre de l’urbanisme et de l’habitat du gouvernement Modibo Keita, avant d’y être chassé. Il remet donc cela, et ce malgré des avertissements de son parti ! …Le jeune « Mussolini » aussi ! Un de ses soutiens de poids qui se démarque ! Le candidat malheureux de l’Adema-PASJ à la présidentielle de 2013, Dramane Dembélé, après avoir lancé son livre intitulé « Le Nouveau Pacte Social Solidaire (NPSS), le 20 janvier dernier, un document dans lequel il livre sa vision sur le Mali articulée en cinq axes prioritaires, à savoir Education, Défense et Sécurité, Création de richesse et Emploi, Décentralisation et gouvernance locale et Intégration, vient d’être appelé par ses partisans à se porter candidat à l’élection présidentielle de juillet prochain. Un exercice auquel l’homme s’est prêté, et cela au nom de l’ADEMA-PASJ, sachant bien que le comité exécutif a jusqu’ici déconseillé de telle option aux cadres du parti. Ce serait donc à ses risques et périls, d’autant qu’il avait été averti dans ce sens à l’interne ! Quelle sera donc la réaction du comité exécutif à ce que d’aucuns qualifient déjà de travail fractionnel ? En attendant la réponse à cette question, Dramane Dembélé ne saurait d’ores et déjà compter sur un de ses soutiens de taille et de poids, en l’occurrence Mahamadou Traoré alias « Mussolini », un jeune-homme qui, plus qu’un ami, a toujours été jusqu’ici considéré comme son « fils spirituel » ! Celui-ci nous a en effet fait parvenir un communiqué dans lequel il s’insurge contre l’acte posé par Dramane Dembélé, celui-là même qu’il qualifie encore de son « frère » ! « Pour mémoire, nul au sein de l’ADEMA-PASJ n’ignore les liens qui m’ont, jusqu’à au dimanche dernier, lié à Dramane Dembélé, l’homonyme par loyauté d’un de mes enfants, et cela alors qu’il sortait de prison, qu’il n’était ni candidat, ni ministre, encore moins directeur, bien que des incongruités n’ont jamais manqué entre nous. Mais je le dis haut et fort, car c’est le lieu de le dire, je n’ai jamais imaginé qu’il pourrait vouloir sacrifier tout l’effort qu’il a fait pour le PASJ, et tout l’aura que le parti lui a donné sur l’autel de ses ambitions personnelles. Son meeting du dimanche dernier est une insulte faite aux textes du parti, et ce après que lui et KalfaSanogo ont été avertis par le comité exécutif, lui spécifiquement pour son statut de 2ème vice-président. Que mes propos ne soient aucunement mis hors de leurs contextes par qui que ce soit : je serais parmi les premiers à me féliciter de la candidature de Dramane Dembélé ou de KalfaSanogo, si cette candidature était décidée par le comité exécutif du parti… A défaut, je suis et je reste derrière les consignes de la direction de mon parti, ce parti qui a fait de moi 1er Adjoint au Maire de ma commune rurale. C’est aussi de ce fait, et parce que je me bats désormais pour mes convictions, que je ne saurais faire le combat de personne, quels que soient liens qui me lieraient à cette personne ! Finis donc les combats de personnes, place aux valeurs et principes républicains propres à notre grand parti, l’ADEMA-PASJ, ce parti qui peut tanguer, mais qui ne saurait jamais chavirer ». Telle est la réaction Mahamadou Traoré alias « Mussolini » au meeting de soutien à Dramane Démbélé I SIDIBE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here