IBK- l’armée et les élections: le message d’espoir, de devoir et d’engagement

39
Conformément à une pratique républicaine, le Président IBK s’est adressé à l’Armée et à l’ensemble de ses compatriotes, à l’occasion de la célébration du 57e anniversaire de l’Armée. Saluant la mémoire de ceux qui ont perdu la vie sur le champ de l’honneur, l’abnégation de tous les blessés et de ceux qui se battent encore au quotidien, IBK souligne que cette Armée est celle qui nous protège. L’opérationnalisation très prochaine de la Fondation pour la Solidarité est, pour lui, une réponse de l’Etat par rapport à la gestion sociale des militaires et de leurs familles. Comme à chaque événement majeur, IBK invite à la cohésion nationale, autour des valeurs républicaines, convaincu que notre pays sortira plus grand, plus fort et plus solidaire de cette épreuve injuste qui nous est imposée. Il a rappelé que 2017 a été une année de positionnement dans le processus d’accélération de sortie de crise et de retour de la paix, de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale. Le Chef suprême des Armées relève le caractère asymétrique des conflits qui nous impose des deux réformes. Il annonce les perspectives pour l’année 2018, tout en faisant un plaidoyer en faveur de la Force du G5 Sahel. Il invite les FAMA à se tenir prêtes pour relever le défi de la bonne organisation des élections de cette année. Son adresse est un message d’espoir, de devoir, d’engagement et de foi en l’avenir de notre pays, quand des oiseaux de mauvais augure prédisent l’apocalypse. Décryptage du discours du Chef suprême des Armées. L’armée qui nous protège Le Président IBK, en parlant de notre Armée nationale, dont le pays tout entier célébrait fièrement, samedi dernier, le 57e anniversaire de la création, a jugé bon de mettre en exergue ‘’celle qui nous protège’’. Ce rappel, loin d’être anodin, a tout son pesant d’or dans un contexte où l’on assiste à un ballet des Forces étrangères dans notre pays. En effet, en plus de Barkhane, il y a la présence des Forces de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA). La première, avec une mission exclusive de lutte contre le terrorisme, alors que la seconde vise la stabilisation du pays. Avec plus de 12 000 militaires et policiers, pour la MINUSMA, et plus de 2 000 soldats pour le compte de l’Opération Barkhane, la présence militaire étrangère est incontestablement importante, au point de faire naître chez une partie de nos compatriotes le sentiment que notre défense est assurée par l’extérieur. Par conséquent, pour ces compatriotes, c’est superfétatoire de célébrer notre Armée qui aurait délégué sa mission régalienne à d’autres armées. L’assertion ‘’celle qui nous protège’’ vise donc à rappeler à ces Maliens dubitatifs que nous ne disposons que d’une Armée et que les Forces étrangères, dans notre pays, n’interviennent que par devoir de solidarité, selon les dispositions internationales. Cela, tout comme l’Armée malienne a eu à intervenir pour le rétablissement de la paix dans bien de pays en Afrique. Le rappel du Chef suprême des Armées peut aussi être considéré comme une manière de piquer au vif les FAMA qui devront comprendre qu’elles ne devraient compter que sur elles-mêmes d’abord pour l’accomplissement de la mission de protection des populations et de leurs biens. Ce qui devrait faire résonner aux oreilles de certains d’entre nous ce message qui passait régulièrement sur la radio nationale du temps de GMT : ‘’l’aide la plus noble et la plus utile est et sera celle qui vient de nous-mêmes’’. En Chef suprême des Armées, IBK est reconnaissant des efforts de nos militaires pour la défense de l’intégrité territoriale, la protection des personnes et de leurs biens. Aussi a-t-il salué la mémoire de tous ceux qui sont morts sur le champ de l’honneur, salué l’abnégation de tous les blessés et de ceux qui se battent encore au quotidien sur les théâtres d’opérations auxquels il exprime la reconnaissance éternelle de la Nation. Requinquer le moral des troupes Le discours du Président IBK fait ressortir un souci de requinquer le moral des troupes. Une mesure innovante participe de ce souci, à savoir ‘’l’opérationnalisation très prochaine de la Fondation pour la Solidarité, dont les textes viennent d’être adoptés, devra permettre une meilleure gestion de la politique sociale de l’Etat en faveur des militaires, de leurs familles et de leurs ayant droits en particulier dans les domaines de l’éducation, de la santé, du logement, de la reconversion ainsi que de la mémoire’’. Avec ce dispositif, les expressions ‘’champ de l’honneur’’, ‘’mission commandée’’ revêtiront leur véritable signification. Par la même occasion, ledit dispositif donnera un contenu à ce passage du discours présidentiel, à savoir ils ‘’peuvent compter sur l’attention de leurs frères d’armes et sur le soutien de l’Etat et l’ensemble des populations maliennes et de moi-même’’. L’union sacrée Comme affirmé en d’autres circonstances, l’unité nationale revêt aux yeux du Chef de l’Etat une importance capitale. La Fête de l’Armée a été une nouvelle fois l’occasion pour lui d’inviter au rassemblement, ‘’dans un même élan et au-delà de tous clivages, dans un esprit de cohésion nationale, autour des valeurs républicaines’’. Se fondant sur ces valeurs et sur le souvenir de nos pères fondateurs, leur conviction, leur foi en l’avenir du Mali et leur confiance en le peuple malien, IBK croit que nous devons trouver en nous la force de croire que quelles que soient ‘’les difficultés que nous rencontrons aujourd’hui, notre pays sortira plus grand, plus fort et plus solidaire de cette épreuve injuste qui nous est imposée’’. L’on notera que le Président IBK souligne que l’épreuve que traverse notre pays n’est pas méritée et qu’en aucun moment elle n’a été souhaitée. Le Mali est une République laïque qui reconnaît la liberté de culte à chacun de ses fils, dans le respect des croyances des autres. Toute autre idéologie est déviationniste, peut-on comprendre du discours présidentiel. L’occasion de la célébration de ce 57e anniversaire de l’Armée était bonne pour IBK, Chef suprême des Armées, de rappeler sa promesse lors de la cérémonie d’investiture quant à redonner à notre outil de défense son lustre d’antan dont la mise en œuvre est matérialisée par la Loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM 2015-2019) et la Loi de programmation pour la sécurité intérieure (LPSI 2017-2021). Revenant sur l’année 2017, le Président IBK a rappelé qu’elle a été ‘’une année de positionnement dans le processus d’accélération de sortie de crise et de retour de la paix, de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale’’ qui a permis d’atteindre d’importants résultats, grâce aux efforts de tous. Ce, nonobstant les difficultés rencontrées. Aussi partage-t-il avec ses compatriotes un message d’espoir, de devoir, d’engagement et de foi en l’avenir de notre pays. Commandant du Bateau Mali, IBK est dans son beau rôle, à un moment où certains alarmistes, souvent obnubilés par le pouvoir, annoncent plutôt l’apocalypse. Il est dès lors important d’entretenir la flamme de l’espoir. Les nouveaux impératifs Le Chef des Armées est en outre persuadé que le monde d’aujourd’hui fait face à une nouvelle menace, à savoir celle des conflits de nature asymétrique dont le terrorisme, le radicalisme religieux, le narcotrafic et la criminalité transfrontalière sont aujourd’hui révélateurs. Notre pays, dans ce contexte inédit, ne reste pas dans l’expectative, à en croire le Chef suprême des Armées. D’où l’annonce de deux réformes majeures : l’adoption d’un nouveau concept de sécurité et la redéfinition du rôle et des missions des forces armées. A contexte inédit, exigences du temps et nouveaux impératifs politiques, économiques et sécuritaires du pays. De ce fait, selon IBK : ‘’cette volonté politique se traduit par de grandes mutations au sein de nos forces armées et de sécurité : équipement des troupes et leur réarmement moral, réorganisation de la chaine de commandement, mise en condition et préparation opérationnelle des troupes, renforcement des effectifs, amélioration des conditions de vie et de travail des militaires et de leurs familles, Ces mutations visent à moderniser notre outil de défense, à créer les conditions les meilleures de son plein épanouissement et du renforcement continu de ses capacités, à renforcer la cohésion et la discipline au sein des Forces Armées et de Sécurité’’. Le Président IBK se réjouit du sacrifice consenti par les populations et des appuis multiformes de l’Etat en faveur de nos Forces de défense et de sécurité. Il estime également que des résultats significatifs et de qualité obtenus, en termes de réponses aux exigences d’une armée professionnelle et républicaine, sont des indicateurs essentiels des progrès enregistrés dans la réconciliation de notre peuple avec son armée. Les perspectives En termes de perspectives, IBK vise la poursuite de la promotion de ‘’l’efficacité et les capacités opérationnelles de l’ensemble des dispositifs de la défense nationale, et de renforcer la coopération en matière de sécurité avec les pays voisins et les autres pays et institutions, amis du Mali’’. En saluant la création du G5 Sahel qui a enregistré des avancées importantes sous sa présidence, IBK souligne que c’est ensemble que nous relèverons les défis communs liés à la sécurité et au développement de nos pays. Les avancées importantes se traduisent par la mise en place de la Force conjointe ; l’adoption des résolutions 2359(2017) et de 2391(2017) des Nations Unies sur la Force conjointe ; les premières opérations de la Force conjointe (la première HAWBI en octobre 2017 et la deuxième PAGNALI en cours). Le Président en exercice (jusqu’à février) est convaincu qu’avec l’adoption du règlement organique de la Force conjointe et la création d’un Fonds fiduciaire, les réunions ministérielles de Bamako le 8 janvier dernier et de Paris le 15 janvier passé constituent un tournant décisif dans l’évolution du G5 Sahel. Des dividendes pour le Mali Pour IBK, outre le fait que la présidence du Mali à la tête du G5 Sahel a servi de levier à notre diplomatie pour mettre l’accent sur les défis, enjeux et opportunités du Sahel, comme jamais auparavant, au cœur de l’agenda international, la désignation d’un des nôtres, notamment le Général Didier DACKO pour conduire le commandement de la Force Conjointe du G5 Sahel, participe non seulement de la reconnaissance de l’engagement de notre pays, mais aussi de l’honneur fait à notre vaillante Armée.. Celui qui a plaidé la cause de l’organisation sous régionale commune, partout où de besoin, pendant sa présidence, invite les pays amis et organisations partenaires à soutenir la Force Conjointe du G5 Sahel. The last, not the least, un des défis essentiels à relever ensemble au cours de l’année qui commence est incontestablement l’organisation des élections générales libres, crédibles, transparentes, paisibles et conviviales, a souligné le Chef de l’Etat qui y engage l’Armée dont les missions seront encore essentielles, plus difficiles et plus exigeantes. Le fait que Majorité et Opposition sont d’accord qu’il faut aller à ces élections traduit toute leur importance pour la stabilité future du pays qui n’a plus le droit de sombrer comme cela s’est produit en 2012. Par Bertin DAKOUO Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here