Pré-lancement du livre de Daouda Tékété sur président Modibo Keita : ’’50 ans après le coup d’Etat militaire de 1968’’

7
La performante maison d’Edition Cauris livres a procédé le 19 janvier dernier (dans le cadre du 57ème anniversaire de l’armée malienne) au pré-lancement de ‘’Modibo Keita, portrait inédit du président’’. Un livre de M. Douda Tékété, journaliste écrivain autour du thème : « Que retenir de Modibo Keita, 50 ans après le coup d’Etat militaire de 1968 ?». La rencontre s’est déroulée au mémorial Modibo Keita, en présence de Mme Kadiatou Konaré, directrice des Editions Cauris, Daouda Tékété, l’auteur du livre, M. Souleymane Keita, porte-parole de la famille Daba Keita et M. Moussa Traore (il ne s’agit pas de l’autre…) directeur du mémorial Modibo Keita. Après avoir salué l’auteur du livre, le directeur du mémorial Modibo Keita a expliqué qu’un seul livre ne peut contenir l’œuvre du feu président Modibo Keita. Tant, celui-ci aura été un homme d’humanité, simple, modeste et exceptionnel qui a lutté pour l’indépendance de notre Maliba et mis en avant tout, l’intérêt du peuple, sa tradition et sa culture. Après cette intervention, il a été projeté un court métrage sur le président Modibo Keita qui disait : « être militaire ne veut pas dire prendre l’arme et s’en prendre aux innocents, mais plutôt protéger le pays contre ses ennemis. Aucun malien ne vaut plus qu’un autre. Nous sommes tous les mêmes ». M. Daouda Tékété, auteur du livre, a pour sa part expliqué que le lancement de son œuvre à la date du 19 janvier s’inscrit dans deux contextes. « D’abord, c’est une date dont le lendemain correspond à la création de l’Armée malienne, ensuite, elle est aussi la même date à laquelle Daba Keita (père de Modibo Keita) est décédé en 1965 ». Le hasard, selon M. Tékété n’a pas sa place dans ce monde. C’est pourquoi, il rappelle cette pensée de Jacques le fataliste : « tout ce qui arrive à l’homme, en bien ou en mal, était écrit la haut ». M. Tékéké a ensuite évoqué les grandes lignes de son ouvrage. Selon lui, son écrit est divisé en 7 chapitres et 23 sous chapitres. « Il contient la personnalité et les exploits de Modibo Keita, sa vie politique, ses sacrifices pour sa Patrie et son vécu pendant 8 ans et 8 mois dans la prison de Kidal. Un bagne où, Modibo Keita vivait dans l’obscurité, avec les souris, les salamandres et d’autres espèces d’insectes nauséabonds. Le Grand homme, en effet, dormait dans une chambre, véritable cercueil et sur un lit plus petit que sa taille», a noté l’écrivain. Et, suite à ces épreuves, dira M. Tékété, le président Keita avait perdu tout goût de la nourriture et a passé plus de 5 ans sans manger des fruits. « Les lettres retrouvées dans sa cellule après sa mort en témoignent », a commenté M. Tékété. Le président Modibo Keita était également un animateur de théâtre, un dirigeant de la décolonisation et de la solidarité, qui n’avait qu’un seul rêve, celui de voir : « émerger un nouveau Mali digne de ses enfants », conclura-t-il. Enfin, pour la fin de la cérémonie, M.Souleymane Keita, porte-parole de la famille Daba Keita a félicité l’écrivain pour son brillant travail, « une recherche approfondie qu’aucun membre de la famille n’a su faire depuis la mort du président Modibo Keita ». Aminata Dagnon (Stagiaire) Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here