Lutte contre l’insécurité routière : Les forces de sécurité se forment à leurs missions

14
Les forces de l’ordre et de sécurité sont plus que jamais conscientes de leur rôle fondamental dans la lutte contre l’insécurité routière et pour la réduction des accidents de la circulation. C’est pour cela que la Direction nationale de la Police à travers la Compagnie de la circulation routière a initié, hier, une formation à destination des porteurs d’uniforme. La session qui regroupe une vingtaine de policiers en charge de la circulation routière des 15 commissariats du District de Bamako et le commissariat de Kalabancoro ainsi que 2 éléments de la Compagnie de la circulation routière, s’est ouverte hier dans les locaux de l’Ecole nationale de police. C’était sous la présidence du commandant de la Compagnie de la circulation routière, le commissaire principal Abdoulaye Coulibaly et le président de la commission communication du comité des compagnies d’assurance, Mohamed Compaoré. En effet, cette formation qui s’inscrit dans le cadre de la formation continue des acteurs principaux de la circulation vise surtout à renforcer leur capacité en matière d’insécurité routière et favoriser leur mise à niveau sur les normes internationales en la matière. Ainsi, la première phase de la formation avait concerné des formateurs de la Compagnie de la circulation routière, qui ont été initiés à la détection de fausses cartes grises, de faux permis de conduire, de fausses assurances ainsi que d’autres documents administratifs faisant l’objet de falsification. Cette deuxième phase concerne donc la gestion des procédures en matière de constat des accidents. Dans son intervention, le premier responsable de la Compagnie de la circulation routière, commissaire principal Abdoulaye Coulibaly indiquera que cet atelier de formation est une réponse aux besoins pressants des policiers en charge de la circulation routière. « Le constat dans la pratique au quotidien est que les usagers sont confrontés à d’énormes préjudices par rapport à la gestion des constats après les accidents de circulation. Cela est sans doute lié à la faible capacité des policiers et surtout au manque de formation. Cette formation est donc une occasion pour mieux outiller nos policiers à mieux réguler la circulation et mieux gérer les contraintes au quotidien », a-t-il expliqué avant de remercier le comité des assureurs du Mali pour leur accompagnement. S’adressant à ses agents, le commandant Abdoulaye Coulibaly les invitera à vivre avec intérêt cette formation. « Nous avons voulu que chaque commissariat puisse envoyer un élément, et que ces éléments soient formés pour une meilleure gestion de procédures en matière de constat d’accident. En retour, vous devez servir de relais à vos compagnons pour une bonne restitution », a-t-il indiqué. Pour le président de la commission communication du comité des compagnies d’assurance, Mohamed Compaoré, cette formation vise surtout à renforcer les compétences des officiers de police judiciaire sur les procédures d’indemnisation des victimes d’accident de la circulation. « Cela ne s’arrête pas seulement à la procédure d’indemnisation des victimes, il y a une partie de la formation qui va porter sur la prévention des accidents de la circulation et notamment sur l’assurance obligatoire, la responsabilité civile automobile », a-t-il souligné, ajoutant que c’est une série de formations qui sera initiée pour mieux outiller les policiers. Parlant de la responsabilité civile automobile, l’assureur a indiqué que la loi fait obligation à toute personne qui met un véhicule en circulation de souscrire une assurance responsabilité civile. « Et il faudrait que nous puissions aider la police à contrôler l’effectivité de cette obligation d’assurance à travers une formation sur les attestations d’assurance, sur le contrôle des attestations d’assurance », a-t-il expliqué. En ce qui concerne l’indemnisation des victimes d’accident de la circulation, il a expliqué que la procédure commence dès la réception du procès-verbal d’enquête préliminaire par la société d’assurance. C’est la police qui a l’obligation légale de transmettre ce procès-verbal d’enquête préliminaire à la société d’assurance d’où son rôle fondamental dans les procédures en matière d’assurance. Mohamed Z. DIAWARA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here