Lancement de la plateforme pour le changement de Moussa Sinko Coulibaly

124
En prélude à l’élection présidentielle de 2018, Moussa Sinko Coulibaly soutenu par des associations et des clubs a procédé au lancement de son mouvement dénommé «la plateforme pour le changement ». C’était le samedi 20 janvier 2018 au terrain de football de Magnabougou en présence de certains responsables de partis politiques et de nombreux membres de la plateforme venus de l’intérieur du pays et de l’extérieur. Arrivée aux environs de 17 heures et habillé en bazin tout blanc de la tête au pied, le désormais ex Général Moussa Sinko Coulibaly a fait son apparition dans le stade sous un tonnerre d’applaudissement. Après son mot de bienvenu et des propos de remerciement pour la grande mobilisation de ses adhérents, Moussa Sinko concentre son discours essentiellement sur les dérives du pouvoir actuel. « Le président Keita et son équipe ne seront plus là au mois de septembre prochain » a-t-il d’emblée laissé entendre, avant de faire un détour sur la gestion des affaires publiques durant les quatre années du président IBK à la tête du pays. «En 2017, ce régime a laissé mourir des centaines de Maliens faute de soins pendant 45 jours » a-t-il dit pour évoquer les mouvements sociaux au niveau de la santé avant d’ajouter « que l’école a été transformée en champs de bataille » qui selon lui n’est pas le souci du Président Keïta et son régime, et de renchérir en ces termes « le seul souci de ce régime est de comment surfacturer un avion, et pouvoir voyager ». Parlant de la sécurité qui est devenue une préoccupation majeure pour tous les Maliens, le Général démissionnaire n’a pas hésité à décrier cette situation. Pour lui, les autorités ne font qu’utiliser l’armée comme moyen pour vider les caisses de l’Etat. « Tous les marchés de l’armée sans exception ont été surfacturés » a-t-il déclaré. Evoquant la question de la justice, il dira que sous le régime d’IBK, il y a une justice pour les amis, une justice pour la famille, une justice pour les bons criminels et une justice pour les bons terroristes. Selon lui, face à tous ses dérives du régime actuel dans la gestion des affaires courantes, des citoyens maliens ont été amenés à se poser la question s’ils ne se sont pas trompés en 2013 en élisant à la tête du Mali le président Keita ? « Non, nous ne nous sommes pas trompés, mais nous avons été trahis par le régime » a-t-il répondu. M. Coulibaly a profité de l’occasion pour inviter tous les Maliens qui veulent faire de ce pays un beau pays, qui veulent la paix, la sécurité, l’éducation et un système de santé performant à rejoindre la plateforme ‘’pour le changement’’ qui est ouverte à tout le monde. « Le seul choix que nous laissons au président Keita est soit de démissionner avant la fin de son mandat ou ne pas se présenter à l’élection présidentielle à venir » a déclaré Moussa Sinko Coulibaly en guise de conclusion. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here