Le porte-parole des coordinations régionales politiques de la CMFPR, Mohamed A. Sidibé : “Me Harouna Touré ne pourra plus parler en notre nom car nous l’avons désavoué totalement et définitivement”

27
” Vu la confiscation de la Coordination des mouvements et forces patriotiques de résistance (Cmfpr) et son exploitation à des fins personnelles par un seul homme (ndlr : Me Harouna Touré) au mépris de l’intérêt général, cet homme ne méprise nos communautés qu’au seul motif qu’il est un porte-parole circonstanciel. Aussi, ce titre circonstanciel devait lui permettre de rassembler notre communauté, de la protéger de la défendre au lieu de l’écraser et de la marginaliser… “. Ce sont là, en substance, les raisons avancées le mardi dernier par les responsables de la branche politique et armée de la Cmfpr pour justifier le retrait de leur confiance au porte-parole dudit Mouvement, Me Harouna Touré. C’est au cours d’un point de presse tenu à la Maison de la presse que la décision du retrait de la fonction de porte-parole de la Cmfpr à Me Harouna Touré a été rendue publique. La rencontré présidée par le désormais président de la Cmfpr, Alassane Djitteye, a enregistré la présence des responsables politiques et les chefs d’état-major des 12 groupes armés que constituent la Cmfpr ; dont l’Acrt, Ganda Iso, Faco, Fln, Bouctou Protection, Cmfpr3… Premier à prendre la parole, le président de la Cmfpr, après avoir fait un rappel historique de la création de ce mouvement en 2013 à Ouagadougou, a révélé que l’un des principaux obstacles à l’avancée vers la paix est le déséquilibre en faveur des ex-rebelles et de leur communauté, au point, selon lui, que les populations restées loyales se demandent où est le mérite d’être fidèle à un Etat dont les concessions à l’égard des ex-rebelles hypothèques gravement le sort des songhoy, peulhs, bellas, voire toutes les populations majoritairement sédentaires. “Ces communautés, presque totalement exclues des discussions autour de leur sort, en sont presque à regretter de ne pas emprunter la voie de la sédition” a fait savoir M. Djitteye. Le président de la Cmfpr a insisté sur leur participation accrue au processus de mise en œuvre de l’accord. “La composition du Comité technique de sécurité (Cts) illustre la faible représentation de la Cmfpr. Ce comité qui a la mission cruciale et délicate de gérer les questions de sécurité se réunit chaque mois, sans représentants légitimes des seules communautés sédentaires, alors qu’elles subissent quotidiennement l’insécurité plus que n’importe qu’elle autre communauté du Mali. N’étant pas du Cts, dont nous ne sommes ni informés des travaux, encore moins associés aux décisions, nos mouvements de résistance patriotique dont l’Etat a pu apprécier l’apport à toutes les étapes de la négociation d’Alger, sont lourdement entravés dans leur volonté de contribuer au retour de la paix dans notre pays” a fait savoir le président de la Cmfpr. Les Raisons de la discorde avec Me Harouna Touré Abordant dans le même sens que le président de la Cmfpr, Alassane Djitteye, le porte-parole des coordinations régionales (aile politique) des mouvements sédentaires du Mali et le représentant des chefs d’état-major des groupes armés de la Cmfpr ont tous fait des constats peu reluisants sur l’avancée de l’Accord d’Alger. Ils ont, par la même occasion, révélé que leur désormais porte-parole, Me Harouna Touré, ne fait plus leur affaire. Pour la simple raison que celui-ci a confisqué la Cmfpr et l’exploite à des fins personnelles, au mépris de l’intérêt général. ” …Considérant que cet homme ne méprise nos communautés qu’au seul motif qu’il est un porte-parole circonstanciel, considérant que ce titre circonstanciel devait lui permettre de rassembler notre communauté, de la protéger de la défendre au lieu de l’écraser et de la marginaliser… Nous sommes tous convaincus que notre communauté, jusqu’à ce jour, est en marge de la mise en œuvre de l’Accord, issu du processus d’Alger…Au regard de tout ce qui précède, nous, coordinateurs régionaux des Mouvements de la Cmfpr réunis à Bamako, retirons notre confiance de porte-parole circonstanciel à Me Harouna Touré qui a complètement démérité. Disons à la communauté internationale et au gouvernement qu’il ne pourra plus parler au nom de notre communauté, qui vient de le désavouer totalement et définitivement” a conclu Mohamed A. Sidibé, porte-parole des coordinations régionales (aile politique) des mouvements sédentaires du Mali de la branche politique de la Cmfpr. Kassoum THERA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here