Mali: le président IBK redit sa fermeté à lutter contre le terrorisme

41
Le chef de l'Etat s'est exprimé samedi 27 janvier après s'être rendu à Boni dans le centre du pays où un convoi de commerçants se rendant au marché a sauté sur une mine, jeudi dernier. Hier, un camp militaire a également été lourdement attaqué, à Soumpi, près de Tombouctou. Ibrahim Boubacar Keïta a affirmé qu'il ne reculerait pas. Le président malien s'est rendu sur les lieux du drame et s'est recueilli devant les tombes creusées à la hâte à quelques mètres de là où l'engin a explosé. Il s'exprimait hier, à la télévision nationale. « Ces gens savent notre détermination la plus farouche, la plus énergique, à leur barrer la route. La montée en puissance réelle du G5 Sahel les a rendus littéralement fous. Boni hier, Soumpi aujourd'hui. Nous ne sommes pas dirigeants à être effrayés au point d'oublier notre mission qui est défendre par tous les moyens possibles et imaginables notre vaillant peuple malien, vaillant peuple du Sahel. » Peu de temps après cette attaque, les femmes des militaires de Nampala, proche de la frontière mauritanienne, sont sorties dans les rues pour protester contre la mutation de leurs maris à Youwarou, dans le centre du Mali. Le camp militaire de Youwarou a lui aussi subi un assaut des terroristes, il y a quelques jours, que les militaires maliens sont parvenus à repousser. Sur la vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, on peut entendre les femmes et les proches de militaires crier : « ou té ta », « ils n'iront pas » en langue locale. C'est la troisième fois en une semaine que des camps militaires sont visés par les terroristes.
Source : Africatime Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here