Allocution du président de la République de retour de Boni : « Il est temps que notre front uni national pour le Mali soit enfin à l’oeuvre »

32
Ibrahim Boubacar Keita a d’abord exprimé son émotion devant l’horreur et assuré la population touchée de la solidarité agissante de tout le pays. Il a ensuite souligné la résilience du Mali face à la dure épreuve qui lui est imposée. Enfin, le chef de l’Etat a salué la condamnation unanime des terribles attentats de Boni et de Soumpi avant d’en appeler à l’effectivité du «front uni national» contre le terrorisme assurant que lui-même assumera pleinement sa mission régalienne de défense du peuple malien. «Bissimilayi Rahamani Rahimi, Nous venons de Boni, où il y a 48 heures, l’horreur s’est abattue sur la population qui s’affairait aux activités de sa foire habituelle hebdomadaire, laquelle est connue de longue date puisque nos voisins du Burkina y ont leurs habitudes. C’est précisément sur ce chemin là que des civils burkinabé ont été fauchés en compagnie de leurs parents maliens. Tant de vies humaines fauchées par une bombe traitresse, ces engins qu’on appelle engins explosifs improvisés, qu’on n’a pas craint de déclencher au passage d’un véhicule chargé d’êtres humains innocents qui n’ont aucun compte à régler avec ces hordes barbares ; ces barbares venant d’un autre âge. Pour quelle cause ? Je ne le sais. Pour quelle valeur ? Je l’ignore. Ce qui est sûr, c’est que ces gens savent notre détermination la plus farouche, la plus énergique à leur barrer la route. La prochaine montée en puissance réelle du G5-Sahel aux alentours de la mi-mars et la détermination farouche, sans aucun doute possible, de l’engagement de nos hommes, les éléments de nos Forces armées maliennes dont nous sommes fiers, tout cela les a rendus littéralement fous. Ainsi, Boni avant-hier, Soumpi, aujourd’hui. Que cherche-t-on ? L’effroi, la mise sous saignée d’un pays par l’effroi, par la peur. Telle est la vocation du terrorisme, faire peur. Mais nous ne sommes pas un peuple à avoir peur. Nous ne sommes pas dirigeants à être effrayés au point d’oublier notre mission. Notre mission régalienne qui est de défendre par tous les moyens possibles et inimaginables, par toutes les voies possibles, notre vaillant peuple malien, nos vaillants peuples du Sahel, qui n’aspirent qu’à vivre en paix et en sécurité, en s’adonnant à leurs tâches de développement, pour être les uns et les autres contemporains de leur siècle, enfin. Que tout ce que la science et le progrès de cette science ont mis au service de l’homme, que ces peuples là aussi en soient enfin bénéficiaires. Quête humaine, quête légitime que l’on veut empêcher ! Nos tâches de développement élémentaire, notre aller et venir, notre démocratie qui est un libre choix du citoyen, en période régulière, cela aussi on veut l’empêcher ! Au nom de quelle valeur ? C’est pour cela que nous avons apprécié, nous avons noté les communications faites par l’ensemble de la classe politique malienne à cette occasion, qui a compris qu’il ne s’agissait plus de positionnement personnel, de petits jeux favoris, mais de la survie d’un peuple et d’un pays ; et pas de la tête d’un homme, de la survie d’un homme, mais d’un grand peuple, d’un grand pays, le Mali. Dès lors, la tâche du moment, l’unité nationale a été entendue comme appel pressant par tout un chacun. Il est temps, il est grand temps que notre front uni national pour le Mali soit enfin à l’œuvre et de manière vivace. Nous avons vu l’horreur à Boni. Nous avons vu des familles éplorées. Nous avons vu un père de famille esseulé, toute sa famille détruite par cet engin explosif improvisé. Mais l’homme garde courage, garde sa foi encore en son pays et à la capacité de ceux qui ont en charge de son pays, de défendre son village Boni, de défendre le Mali, son pays cher à lui, à son cœur et toute la population de Boni. Nous l’avons trouvé seul, très seul avec le maire, le chef de village, que je salue, avec le sous-préfet, le préfet de Douentza, toutes les autorités locales, traditionnelles légitimes historiques et administratives, Monsieur le gouverneur de Région, colonel Sidi Touré en tête, se sont tous communiés pour que ce qui vient de se passer à Boni soit géré de la façon la plus conforme. A savoir qu’immédiatement, la solidarité de la nation soit la plus vive, la plus sensible possible pour les populations de ce village martyr. Nous pensons que dans la douleur, telle que beaucoup de grands peuples, l’ont connue, et, c’est peut-être là aussi quelque part que se trouve l’étincelle du réveil. Et, tel le phénix, le Mali se relèvera et continuera sa marche glorieuse. Personne n’arrêtera le Mali. Personne ne fera trembler le Mali au point qu’il oublie sa mission d’être au service des Maliens porteurs de civilisation, des annonciateurs de civilisation. Tous ceux qui partagent nos valeurs, tous ceux qui les ont partagés au long des siècles sont déjà à nos côtés car ils sont confrontés aux mêmes défis, aux mêmes menaces. Nous fondons beaucoup d’espoir, nous disons encore une fois, sur nos Forces de défense et de sécurité, nos enfants, nos fils, dans l’épreuve, qui sont armés d’un courage inébranlable. Ils viennent de nous accompagner sur le terrain, nous l’avons vu et nos amis également, des pays engagés dans le G5-Sahel, à l’unisson avec nous, avec courage, détermination sous la conduite de notre frère, le général de division, Didier Dackouo, pour une mission dont chacun sait dorénavant l’extrême acuité, l’extrême gravité. Je voulais dire simplement ceci de retour de Boni, plus que jamais déterminé à assumer ma mission historique, Insh’Allah. Vive le Mali, Qu’Allah bénisse le Mali». Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here