Affaires bérets : L’appel des organisations de défense des droits de l’Homme

14
Tout en rejetant la demande de mise en liberté conditionnelle introduite par les avocats pour Amadou Haya Sanogo et ses seize co-accusés, la justice a accepté celle de Yamoussa Camara, un très proche du général Sanogo mais aussi ex-ministre de la Défense au moment des faits, a été mis en liberté conditionnelle “pour des raisons de santé”, invoque la chambre d’accusation. L’autre prévenu, le général Ibrahima Dahirou Dembélé, chef d’état-major des armées en 2012, était quant à lui sous contrôle judiciaire depuis trois ans. La justice a décidé de surseoir à cette mesure. L’Association malienne des droits de l’Homme (AMDH) a immédiatement lancé un appel au gouvernement pour que “toutes les mesures soient prises” pour que les deux hommes comparaissent lors du procès. Un procès qui se fait attendre. Il a été reporté sine die depuis plus d’un an maintenant.

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here