Menaces de sanctions de l’ONU contre le Mali : Cette décision des Nations-Unies est- telle la conséquence de la visite de la CMA à New York

373
De toute évidence, lors de son intervention au conseil de Sécurité des Nations-Unies, le Secrétaire Général de la CMA a marqué des points quand il a déclaré que : « L’inefficacité des interventions de l’Armée malienne, conjuguée au manque de confiance des populations locales, constituent un obstacle majeur à la mise en œuvre de l’Accord de paix et à la prospérité future de la Région». Le mercredi dernier, le Conseil de Sécurité des Nations-Unies a fixé un ultimatum de deux mois aux parties signataires de l’Accord d’Alger de mai 2015. Elles ont désormais jusqu’en fin mars pour se rattraper dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger. C’est la première fois que l’ONU envisage la mise en place d’un Comité de sanctions, afin de faire bouger les lignes. Un régime général de sanctions a été adopté par le Conseil de Sécurité en septembre 2017 par la Résolution 2074. Cela, pour éviter l’effondrement de l’Accord de paix. Cette Résolution porte sur l’interdiction de voyager et le gel des avoirs de toute personne ou entité constituante une entrave à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale. La situation au Mali, en ces moments, est très tendue ; car, l’Accord de paix issu du processus d’Alger se trouve plus que jamais menacé. En réalité, c’est un secret Polichinelle que l’Accord en question est en blocage à bien d’égards alors que tout le monde fait semblant d’œuvrer pour la mise en œuvre effective du document. En fait, la partie gouvernementale et les groupes armés signataires dudit Accord n’arrivent pas à accorder leurs violons sur un certain nombre de points décisifs de l’Accord. La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) explique que ce retard est dû au fait que la partie gouvernementale et les mouvements armés n’arrivent pas à s’entendre sur certains enjeux du document. Il s’agit, entre autres, du Code des Collectivités territoriales ; de la loi électorale ; de la réforme de l’Armée ; de la libre administration et de la réforme constitutionnelle. De son côté, la plateforme, proche du Gouvernement, trouve que cet Accord est une chance pour le pays parce qu’il consacre l’unité, l’intégrité et la cohésion interne du Mali. D’un constat général, il est à noter que depuis la signature de cet Accord, aucune amélioration n’est visible dans le cadre de sa mise en œuvre. Aujourd’hui, plus qu’hier, tous les Maliens semblent être disposés à soutenir le Gouvernement, en mettant de côté toute considération partisane. À cet effet, il est nécessaire d’impliquer toutes les forces vives de la nation. Mahamadou Yattara : LE COMBAT Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here