Candidature unique de l’opposition : Un piège à éviter !

31
Le temps est venu d’instaurer le débat ouvert et concerté sur la candidature unique de l’opposition. Pour ce faire, il est temps de le sortir du ghetto partisan et du monologue de candidats présomptifs où chacun fait croire qu’il y a un débat sur la question entre partis ou un débat citoyen sur le sujet, il n’en est rien. Pour ma part j’estime à titre personnel que dans le contexte du Mali, la candidature unique de l’opposition pourrait n’être qu’une erreur stratégique, un piège pour des raisons que voici. L’une des caractéristiques majeures de notre culture politique est la permanence du traditionnel cycle Regroupement/Effritement. L’effritement est la règle et le regroupement se fait autour du vainqueur ou le plus proche de « position de pouvoir ». Parmi les raisons de la perpétuation de cette tradition se trouve la très grande personnalisation des rapports sociaux et en conséquence de la vie politique. Chez nous, cette personnalisation est accentuée par le phénomène plus général du « pouvoir charismatique » qui procède de la reconnaissance, de l’autorité, de la qualité d’un individu. Ce concept met en évidence une légitimité reposant sur la reconnaissance des gouvernés, à un moment particulier, pour l’individu présumé avoir une qualité supérieure à la moyenne des élites de ses compatriotes. C’est justement la reconnaissance de cette qualité personnelle qui laisse peu de place à l’encadrement partisan, c’est là d’ailleurs une des explications objectives de la faiblesse intrinsèque des partis politiques dans notre pays. Une autre particularité et non des moindres de notre démocratie est la très faible mobilisation électorale. En 27 ans de pratique électorale démocratique, nous n’avons jamais atteint et dépassé le seuil de 50% de taux de participation électorale. Le Malien ne vote pas, certains de nos voisins se moquent en parlant « des élections sans électeurs ». Et quoi que déjà étriquée cette participation se fera en 2018, de plus en plus autour des terroirs, voire des communautés, le contexte national étant propice à cette perspective potentiellement dangereuse. De la faiblesse de la participation, les causes sont profondes, elles partent l’instauration d’une « partitocratie » inefficace, l’absence de chantiers de la citoyenneté dans notre pays, ces deux éléments étant les ferments du rejet de la classe politique. Il s’y ajoute le fait notable que notre système politique est aussi non réceptif à l’idée de « sanction politique », un chef de parti, a beau échoué deux à trois fois aux élections présidentielles, il se croit candidat naturel de son parti. En somme, quelles que soient les raisons de la faiblesse du taux de participation électorale, le constat est là, les Maliens ne votent pas. Malheureusement, les élections bâclées de 2013 ne permettent aucune analyse sérieuse sur les motivations du vote au Mali, mais selon le politologue colombien Fernando CEPEDA, il y a trois types d’électeurs :
  • Celui des fidèles du parti, ou vote d’affiliation ;
  • Celui des électeurs libres d’attache partisane réalisent leur vote, ou vote d’opinion ; • Celui des électeurs qui cherchent un bénéfice direct, fruit du clientélisme, ou vote d’échange. Sous ce rapport, il est évident que l’angle partisan est insuffisant pour saisir le poids électoralement « présidentialisable » d’une personnalité au Mali, s’il en était autrement l’occupant de Koulouba serait encore à Sebenicoro.
En effet, le président IBK, contrairement à ses prétentions de 2002 à 2007, n’a jamais été une foudre de guerre électorale. Il a été régulièrement battu par ses concurrents en 2002 et 2007. En 2007 non seulement il a été battu à la régulière aux présidentielles, mais il a fallu du bricolage politique aux législatives (coalition forcée des partis politiques contre un indépendant) pour le voir revenir à l’Assemblée nationale. Qui ignore dans le pays que IBK a failli perdre tout seul, contre lui-même en 2013. Le seul candidat qui a bénéficié de l’appui du clergé musulman, du soutien actif de la junte militaire qui contrôlait les appareils militaires et administratifs du pays, malgré tous ces soutiens, le candidat du RPM, a été incapable d’obtenir au premier tour 40% du suffrage des Maliens. N’importe quel autre candidat parmi les cinq premiers de l’époque dans les mêmes conditions serait passé au premier tour. L’armée, l’Administration territoriale, la rébellion coalisées, n’ont pas pu faire élire le Président actuel au premier tour en 2013. Or en sciences électorales, il est dit qu’au premier tour, on vote pour son choix, celui qu’on aime voir élu, et au second tour on élimine, celui qu’on n’aime pas voir élu, sans pour autant forcement aimé l’élu ou même être d’accord avec lui. Voilà pourquoi les références aux fameux 77% paraissent ridicule au regard de la réalité politique et sociologique du pays. Sous cette réserve, il est imprudent de la part de l’opposition à jouer à se faire peur. Une candidature unique pourrait avoir des effets de contraction sur la mobilisation dès le premier tour, et d’autres revers inutiles. Le prix à payer pour l’alternance Quelle que soit la bonne volonté des partenaires à y parvenir, si un accord ne parvenait pas, le risque est grand d’une division profonde au sein de l’opposition pour la suite, compte tenu de la trop forte personnalisation de la vie politique. De même, si la personnalité retenue ne rentre pas dans le canon de la majorité des Maliens déçus par le pouvoir, ou ne convient pas à l’appréciation de ceux d’entre nous fermement opposés à celui-ci, l’effet de contraction va inévitablement remettre en selle un candidat virtuellement battu. Dans une telle perspective, l’opposition n’aura plus de réserve de voix ou tout simplement de réserve sociale pour avancer. La meilleure stratégie actuelle est le mouvement continu, depuis la création de la « plateforme Antè A Bana », de la création d’une majorité d’idées dans le pays pour l’organisation des élections transparentes, équitables et crédibles. L’alternance en sera le fruit. Pour qu’il en soit ainsi, l’opposition doit se poser les bonnes questions et se donner la meilleure organisation possible. Car, nous devons être à l’image de ce que nous voulons promouvoir demain dans le pays. Il s’agit de rassembler maintenant davantage de compétences alternatives, de sensibilités politiques et sociales pour contrôler et surveiller le processus électoral et laisser ouverte au premier tour les candidatures, à tout le moins on pourrait encourager les regroupements pour trois à quatre candidatures au sein de l’opposition. Dans ce sens on pourrait trouver le pôle ADPS/Front populaire ; le NPP et Alliés, et faute de nom encore un axe autour du candidat de l’URD, etc. Ces pôles pourraient travailler de concert à informer les Maliens de l’ampleur des problèmes auxquels le pays est confronté et la façon dont le Président IBK à échouer à les résoudre et chacun des candidats au premier tour développera son programme de sortie de crise. Ensemble, ils devraient armer les malien politiquement afin qu’ils n’accordent plus leur confiance à des groupes d’hommes qui n’ont pas à rendre compte de leurs actes. Enfin la formation électorale, le contrôle et la surveillance du processus électoral, faut-il le répéter, doivent être entrepris par les ressources humaines mutualisées de toutes les composantes de l’opposition. La politique étant l’art du possible, ne pas s’enfermer dans un débat sans issue, est certainement le prix à payer pour l’alternance. Souleymane Koné Ancien Ambassadeur

Commentaires via Facebook :

Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here