Dénigrement et déstabilisation du Mali: le mouvement « malien je suis, mon pays je construit » en rempart

11
Face à la campagne médiatique internationale de dénigrement des institutions de la République, le Mouvement «Malien je suis, Mon pays je construis» interpelle la communauté nationale, notamment les jeunes et la presse. La sonnette d’alarme a été tirée, samedi dernier, au cours d’une conférence de presse, à la Maison de la Presse du Mali. Cette conférence de presse était animée par le président du mouvement, Alpha CISSE, média-traîner, qui avait à ses côtés, Sidi Ali Ould BAGNAN, en présence de plusieurs autres militants. Dans son exposé liminaire, Alpha CISSE a souligné que le mouvement «Malien je suis, mon pays je construis», a pour but de rassembler les Maliens de tous les bords, sans distinction aucune, et défendre nos valeurs républicaines dans la paix, la cohésion et l’unité nationale. Cette conférence de presse, a-t-il indiqué, a été organisée pour alerter l’opinion nationale et internationale, en premier lieu, sur la réponse à donner à cette campagne de dénigrement et de déstabilisation contre le Mali de la part de certains médias étrangers. À juste titre, le mouvement dénonce un acharnement médiatique. En second lieu, il s’agissait pour ce mouvement de réitérer son soutien total à nos Forces armées et de sécurité victimes, dit-il, d’une campagne de dénigrement et de déstabilisation par deux des journalistes d’Europe 1. Dans ses propos, M. CISSE, a rappelé que le Mali traverse une crise multidimensionnelle très difficile. «Nous n’avons pas besoin d’une campagne de dénigrement et de déstabilisation de notre chère patrie. Et nous n’avons surtout pas besoin de division, de contrevérités, de critiques des médias étrangers très souvent dans un langage ironique, dépourvu de toute courtoisie et peu respectueux envers nos plus hautes autorités et envers le Mali.», a-t-il dénoncé. S’adressant à la communauté nationale, il a invité nos concitoyens à dépassionner le débat et à sortir un moment de la politique, avant l’échéance de l’élection présidentielle pour penser «Mali». Il s’agit, selon lui, d’éviter de tomber dans la division, la destruction et la haine, qu’on arrête d’aimer le Mali du bout des lèvres. «Restons sereins, prudents et vigilants, ce ne sont pas d’autres pays qui viendront nous dicter ce qu’on doit faire», a-t-il conseillé. Dans son intervention, M. CISSE, a eu une pensée pieuse à l’endroit de nos vaillants soldats tombés sur les champs de l’honneur et a invité l’assistance à prier pour le repos de leurs âmes. Au passage, il a salué et félicité toutes les valeureuses Forces armées et de sécurité de notre pays. Par ailleurs, il a aussi salué les efforts colossaux de nos autorités à l’endroit des Forces armées et de sécurité pour leur combat au nom de la paix, la cohésion et la sécurité de tous les Maliens de Kayes à Kidal, de Taoudenit à Menaka. Face cette agression médiatique internationale contre le peuple du Mali, ses autorités et ses forces armées, il a invité chaque citoyen à prendre conscience du contexte préoccupant. «Gardons-nous de publier les images de nos compatriotes militaires morts sur le champ de l’honneur, ne soyons pas pressés de divulguer le nombre de morts de nos frères et sœurs morts au front, cela peut, démoraliser, déstabiliser», a-t-il conseillé. Et de terminer en disant : «nous restons mobilisés derrière nos FAMa, et nous soutenons nos Forces armées et de sécurité plus qu’hier et moins que demain. Nous lançons un appel aux Maliens de tout bord, du Nord, du Sud, de l’Est de l’Ouest sans distinction aucune pour l’union sacrée autour du Mali, votre Mali, notre Mali. Nous sommes Maliens, et le Mali se fera par les Maliens. Le Mali d’abord, le Mali encore, le Mali toujours!» Abdoulaye OUATTARA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here