10 ans après sa disparition de Ibni Oumar Mahamat: le rang des défenseurs de l’opposant Tchadien s’élargit

23
3 février 2008-3février 2018, cela fait 10 ans que l’opposant tchadien Ibni Oumar Mahamat était enlevé, torturé avant de disparaître de façon tragique. Cette année, ses partisans et des associations de soutien, à travers plus de 10 pays à travers le monde lui ont rendu hommage avant réclamer justice pour lui et pour tous les martyrs de la démocratie. Au Mali, des mouvements de Gauche qui partagent ses idéaux ne sont pas restés en marge de cette mobilisation internationale en faveur du Pr Ibni Oumar Mahamat Saleh. Ainsi, le samedi 3 février dernier, un point de presse a été animé à Banankabougou au Centre de recherche d’analyses politiques, économiques et sociales (CRAPES), en sa mémoire. Le thème choisi par les organisateurs était « Martyrs de la démocratie : refusons le silence, l’oubli et la prescription judiciaire ». La déclaration a été lue par Ibrahima Kébé du mouvement ‘’Faso Kanu’’ qui avait à ses côtés Oumar Diallo dit Barou de ‘’Bê K’i Djôyôrôfa’’ et de Adama Ben Diarra de ‘’Waati Sera’’. Après l’attaque de la capitale, N’Djamena, en 2008, par un groupe de rebelles, les opposants politiques, considérés à tort ou à raison par le régime du président Idriss Déby Itno, ont été enlevés et torturés dans les geôles par les militaires acquis à la cause du pouvoir. Malheureusement, depuis ce jour, le Pr Ibni Oumar Mahamat Saleh n’a plus donné signe de vie. Malgré les condamnations de sa famille de l’opposition tchadienne et des organisations de défense des droits de l’homme, le régime tchadien reste sourd et ne compte pas rouvrir ce dossier pour que la lumière éclate sur cette disparition tragique d’un homme qui ne rêvait que d’un lendemain meilleur pour ses concitoyens. Le Porte-parole de Faso Kanu, Ibrahima Kébé, parlant de l’homme, dira que le Pr Ibni était ‘’un digne fils du Tchad et de l’Afrique qui était contre la compromission’’. Il a aussi ajouté qu’il n’était pas un adepte de la facilité et que le luxe n’a jamais entamé ou altéré ses convictions gauchistes et gauchisantes. M. Kébé a ajouté que cette figure emblématique a payé de sa vie les frais d’une adversité pour avoir refusé de se laisser manipuler par le régime tchadien. Ibrahima Kébé et ses amis des autres mouvements de Gauche ont réclamé justice pour un homme qui a disparu pour son engagement et ses convictions politiques. Ils ont appelé à ce que toute la lumière soit faite sur les circonstances exactes de sa mort et le lieu de sa sépulture avant de lancer un appel à la justice afin qu’elle explore les pistes intéressantes pour la manifestation de la vérité sur la mort tragique du Pr Ibni Oumar Mahamat Saleh. Au Tchad, les soutiens de l’ex-porte-parole de l’opposition, Ibni Oumar Mahamat Saleh, ont consacré trois jours d’hommages à leur compagnon. Ils ont déclaré jeudi dernier vouloir que «la lumière puisse être faite» sur les circonstances de sa disparition le 3 février 2008. «Nous voudrions savoir ce qui est arrivé à Ibni et qui a donné l’ordre ? La cause de son interpellation, pour que toute la lumière puisse être faite et que la justice soit dite», a déclaré à l’AFP Mahamat Ahmat Alhabo, secrétaire général adjoint du PLD. «La personne qui a fait disparaître et a donné l’ordre de faire disparaître Ibni voulait faire disparaître quelqu’un qui dérange par ses idées», a ajouté Mahamat Ahmat Alhabo qui réclame aussi la restitution du corps de l’ex-opposant. L’ex-ministre de deux présidents tchadiens, dont Idriss Déby Itno, démis de ses fonctions en 1994 et passé dans l’opposition, avait disparu le 3 février 2008, pendant que N’Djamena était envahie par des groupes rebelles venus de l’est pour renverser le président Déby. Selon les conclusions de l’enquête d’une commission intégrant des membres de la société civile et de l’opposition, mise en place en 2008 par le Tchad sur demande de la communauté internationale, Ibni Saleh aurait été enlevé à son domicile par des forces de défense et de sécurité tchadiennes. Par SD Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here